à la Une

Les cicatrices d’acné : solutions et prévention

Bonjour à toutes et à tous, je vous retrouve aujourd’hui  pour un article concernant les cicatrices d’acné et plus globalement, l’hyperpigmentation. Quelles en sont les causes ? Comment les prévenir ? Comment y remédier ? Bonne lecture !

42-16639869_chapeau2

Pourquoi nos boutons nous laissent (parfois) de vilaines cicatrices ?

Lors du processus de reconstruction cutané suite à l’explosion d’un bouton (glamour, je sais) ou de tous traumatismes de la peau en général, les mélanocytes (cellules responsables de la production de mélanine) peuvent avoir tendance à trop s’exciter, laissant des excès de mélanine sur notre visage, on appelle cela l’hyperpigmentation. Certains types de peau sont, malheureusement, plus enclins à avoir des cicatrices plus foncées et plus tenaces ; les peaux noires, asiatiques, orientales et sud-américaines. Cela est simplement dû au fort taux de mélanine que contiennent ces types de peau. Cependant, avoir une forte concentration en mélanine s’avère être un avantage contre un adversaire de taille, le soleil ! Celui-ci joue un rôle important dans le processus de cicatrisation de notre peau. Vous le savez peut-être déjà, s’exposer au soleil sans protection SPF 30 minimum pour la ville, est une erreur à ne pas commettre, au risque de voir vos marques devenir permanentes. Le processus normal de cicatrise se situe entre 3 et 6 mois donc pas de panique si vos cicatrices semblent prendre un temps fou à s’effacer

Comment traiter l’hyperpigmentation de façon efficace ?

Règle n°1 : Ne pas triturer ses boutons.

732x549_Types_of_Acne.jpg

Oui, je sais c’est très (très) tentant mais c’est la cause principale de cicatrices hyperpigmentées, hypertrophiées ou hypotrophiées (cicatrices épaisses ou creuses). Quand un bouton se retrouve ouvert, c’est l’open space à toutes sortes  de bactéries qui peuvent empêcher une cicatrisation saine. Je vous recommande dans tous les cas de ne pas les toucher mais si vraiment vous ne pouvez pas vous en empêcher, adoptez les bons gestes :

  • nettoyez en profondeur votre visage ainsi que vos mains
  • utilisez de la vapeur afin d’ouvrir vos pores
  • procédez à l’extraction (glamour, toujours) en utilisant soit un tire-comédon si vous savez vous en servir, sinon un mouchoir en papier a placer sur vos doigts
  • appliquer un soin cicatrisant juste après.

Règle n°2 : Avoir les bons produits

L’indispensable comme je l’ai évoqué plus haut est la protection solaire. Nous n’y pensons pas forcément hors période de vacances surtout quand on est citadin mais je vous assure que cela fait toute la différence en empêchant les rayons UV A et B de causer trop de dégâts. Les UVA sont ceux qui pénètrent le plus profondément dans la peau occasionnant tâches pigmentaires, vieillissement prématuré de la peau et rides (on adore !). Les UVB, eux, sont responsables de tout ce qui est brûlures, cloques et coup de soleil, cancers de la peau etc. Vous ai-je convaincu ?

Ensuite, il existe un tas d’actifs chimiques et naturels à utiliser de préférence le soir car souvent photosensibles :

  • La vitamine C, permet la régulation de la sécrétion de mélanine et peut éclaircir les tâches déjà présentes. Il est possible d’en porter en journée en dessous de son écran solaire
  • Les peelings chimiques, permettent une exfoliation en douceur de la peau en rongeant les peaux mortes contrairement aux gommages mécaniques (à grains) qui peuvent parfois se révéler être trop abrasifs et des micro-coupures sur votre peau si sensible. Les peelings chimiques sont généralement à base d’AHA (Alpha Hydroxy Acids) et BHA (Beta Hydroxy Acids) qui sont des acides de fruits dérivés de canne à sucre, agrumes, papayes etc… Redoutablement efficaces !
  • Le rétinol, qui accélère le régénèrement cellulaire afin de permettre à votre peau d’effacer les tâches plus rapidement pour avoir un teint plus unifié.
  • Les masques d’argile, notamment le fameux masque INDIAN HEALING CLAY de la marque Aztec Secret (qui a complètement inondé le Youtube outre-Atlantique). L’argile est un moyen efficace de purifier votre peau et ainsi, de façon logique de prévenir les nouveaux invités sur votre visage !

71YU8kJuJKL._SX355_

  • Les huiles essentielles et huiles végétales notamment celles de tea tree, citron, lavande, huile de rose musquée.
  • Les masques en tissus, étant remplis d’actifs régénérants se trouvent être une bonne option.

4_tips_how_to_use_a_face_mask_banner

  • Le miel, un puissant anti-bactérien peut poser sur votre visage en tant que masque. Essayez c’est très efficace (et gourmand)

Règle n°3 : Adoptez les bons outils

Il existe un outil plutôt efficace appelé le dermaroller, que vous avez peut-être déjà vu sur Instagram. C’est une roulette comportant plusieurs mini aiguilles allant de 0,5 mm à 2 mm. Si le dermaroller vous fait peur, vous pouvez vous laisser tenter par le rouleau de jade. On appelle la technique faisant appel à cet outil le Gua Sha, qui est une technique ancestrale chinoise permettant d’éliminer les toxines du corps grâce à des mouvements de massages particuliers. En plus de cela, c’est extrêmement relaxant.

Règle n°4 : Avoir une bonne routine soin et hygiène de vie

Il faut que vous connaissiez votre peau, testez différents produits jusqu’à ce que vous trouviez les bons et surtout soyez consistants. Aussi, il faut avoir une hygiène de vie la plus saine possible (coucou les OBs, le StarCaf’, les pots …), boire beaucoup d’eau et avoir une alimentation la plus saine possible.  Allez, courage #SummerBodyIsComing !

1.jpg

_By Chiddi

à la Une

Incluez la Provence dans votre routine beauté !

          Que vous soyez ou non incollables sur les différents produits l’Occitane, vous avez sûrement entendu parler de cette marque ! Ou alors votre regard a été attiré par les diverses boutiques orange vif logées dans les rues marchandes…au moins une fois ! Non ? Même pas ? Bon, il est grand temps de vous familiariser avec cette belle enseigne âgée de quarante-trois ans !

L’Occitane est une marque de cosmétiques créée par Olivier BAUSSAN. Tous les produits sont fabriqués à partir d’aromathérapie et de phytothérapie. Je vous ai perdus ? Soyez rassurés, je vais tout vous expliquer !

L’aromathérapie est l’utilisation des huiles essentielles (composés aromatiques extraits des plantes) à des fins médicales. On parle de phytothérapie pour désigner la médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels.
Dans la plupart des produits l’Occitane, on retrouve des extraits de lavande, de verveine et du beurre de karité. L’Occitane s’assume comme une marque visant à limiter son impact sur l’environnement en proposant des produits aux composants naturels.

Dernièrement, l’Occitane a acquis le groupe britannique Elemis, société spécialisée dans le soin de la peau. Les produits sont vendus entre 50 et 200€ ce qui, bien que les produits l’Occitane soient parfois chers, vient contraster le côté chic mais abordable des produits du groupe au drapeau de la Provence. Nous espérons simplement que l’Occitane maintiendra des prix raisonnables…

Assez parlé d’actualité ! La vraie question c’est : Que puis-je vous conseiller d’acquérir sous peu et pourquoi ? Laissez-moi vous présenter quelques produits que j’utilise depuis longtemps afin de vous éclairer sur les petites routines à suivre…c’est parti ?

POUR LE MATIN :

Les parfums Terre de Lumière. J’ai successivement utilisé le parfum et l’eau de toilette (dans cet ordre) et ils sont absolument extraordinaires ! J’ai décidé de changer car je trouvais que l’odeur du premier manquait un peu de légèreté. Elle n’était pas du tout agressive mais j’avais envie de quelque chose de plus doux. J’ai donc choisi l’eau de toilette aux notes florales et j’ai été conquise !

Ce que j’aime particulièrement chez les parfums l’Occitane est que tous sont produits par la marque l’Occitane en Provence et exclusivement par celle-ci ; je trouve que cela confère un aspect plus atypique, rare, au parfum et le rend ainsi unique. Il a davantage de valeur qu’un parfum acheté par exemple chez Sephora qui, en plus de sa propre marque (que j’aime beaucoup mais qui reste limitée en parfums) commercialise beaucoup de marques autres que la sienne à l’instar de Dior, Chanel, Hugo Boss…

Le petit plus : les parfums existent également en échantillons très esthétiques, parfait pour glisser dans votre sac afin de sentir divinement bon à chaque instant de la journée.

Vous aussi vous aimez que tout votre corps sente bon le parfum mis le matin ? Petit conseil…vaporisez un nuage de parfum devant vous puis passez au travers. N’oubliez jamais de mettre du parfum derrière vos oreilles. En effet, la peau garde mieux les odeurs à cet endroit et il sera toujours agréable de vous faire la bise, pensez-y ! Enfin, si vous décidez de vaporisez vos poignets (ce que je fais constamment), ne les frottez pas ensuite l’un contre l’autre ; cela casse les molécules du parfum et en atténue alors l’odeur.

Prix : les 90 mL d’eau de parfum sont à 89€et les 90 mL d’eau de toilette sont à 79€. Je ne sais pas pour vous, mais un parfum me dure à peu près un an…et oui, j’en mets absolument TOUS les jours !

3

La crème senteur Pivoine ! Rien de mieux qu’une crème aux notes florales pour commencer la journée en douceur. Prenez le temps de bien faire pénétrer la crème dans vos mains afin de les rendre douces. La texture de la crème n’est pas grasse du tout ce qui est idéal afin d’empocher ses dernières affaires pour quitter son domicile direction une belle journée de travail ! Le tube est petit et se glisse facilement dans votre sac, au côté de votre échantillon de parfum pour une journée toujours plus riche en odeurs agréables.

Prix : le tube de 30 mL est à 8€.

POUR LA JOURNEE:

4

L’huile d’amende douce ! Idéale pour hydrater votre corps pendant presque quarante-huit heures. Votre peau vous apparaîtra souple et douce. C’est fort agréable… ! De plus, elle se raffermira avec le temps. Appliquez l’huile grâce à des mouvements circulaires de bas en haut sur votre peau (commencez donc par les chevilles). Il est conseillé de réchauffer l’huile dans vos mains avant de l’appliquer afin d’apporter un peu de chaleur à votre peau

Le petit plus : si jamais vous êtes enceinte (ou que l’une de vos proches l’est), l’huile d’amende douce est un excellent produit pour éviter les vergetures après la grossesse. Mettez une noix d’huile dans votre main et venez masser votre ventre en insistant bien sur la partie inférieure de ce-dernier. Massez ainsi votre ventre tous les jours, entre trois et cinq minutes. Votre peau risque de vous remercier…

Prix : les 100 mL sont à 36€.

POUR LE SOIR

P.aspx

La fameuse crème pour les mains ! Chaque soir j’applique cette crème riche en beurre de karité biologique à hauteur de 20% afin d’hydrater au mieux mes mains. Quand vous l’appliquez, elle donne un aspect un peu gras qui se dissipe très rapidement après pénétration de la crème. Personnellement je préfère la mettre avant de me coucher afin de laisser la crème agir toute la nuit afin d’avoir des mains douces au réveil ! Bien sûr vous pouvez mettre cette crème durant votre journée mais vous prenez le risque de rapidement salir vos mains (poignées de portes, rampes d’escaliers, boutons d’ascenseurs…).

Le petit plus : sont présents des extraits de miel, d’amande et d’huile de coco… ! La crème sent très bon mais l’odeur reste discrète, ce qui est parfait si vous décidez de l’appliquer avant de vous endormir. En effet, vous ne serez en rien dérangés par l’odeur !

Prix : le tube de 150 mL coûte 23€ mais si, comme moi, vous utilisez chaque produit avec parcimonie, ce tube peut durer minimum deux mois… !

7Le gel douche Terre de Lumière. Oui, j’apprécie beaucoup cette gamme ! Je l’inscris dans la catégorie « Pour le soir » car il a une certaine particularité…vous avez une idée ? Non… ? Il brille ! Plus exactement, le gel est pailleté et après la douche, même sèches, vous aurez un dépôt léger mais pailleté sur votre corps. Idéal si vous avez une soirée de prévue afin d’éblouir vos convives et amis !

L’odeur, bien qu’à mon avis délicieuse, est légèrement plus relevée que celle d’un gel douche dit classique. Mais elle reste ainsi un peu plus longtemps !

Prix : les 250 mL coûtent 15€ ! Pas mal non ?

5

 

La brume d’oreiller ! À vaporiser quinze minutes avant de vous coucher sur votre oreiller, à une distance de vingt centimètres ! Cette brume, que j’utilise lorsque je me sens particulièrement stressée et fatiguée, dispose de vertus relaxantes. Elle contient des huiles essentielles de lavande, bergamote, mandarine, orange douce et géranium.

Le petit plus : croyez en l’effet placebo parce que sincèrement, j’ai l’impression que cette brume fonctionne !

Prix : le flacon de 100 mL est à 19,50€.

9

 

Pensez également aux coffrets si votre Famille ou bien vos amis sondent vos désirs pour vous offrir un superbe cadeau !

J’espère que cet article vous aura donné envie de tester quelques-uns de ces produits ! Si vous avez la moindre question, n’hésitez pas !

 

 

Lien du site :

– Prendre soin de sa peau c’est commencer à prendre soin de soi –

_By Maud.

à la Une

Slow-joaillerie : à la découverte des bijoux éthiques et recyclés !

          Avez-vous déjà entendu parler des bijoux éthiques et recyclés ? Je ne parle évidemment pas des colliers de pâtes que vous faisiez en maternelle à votre mère pour sa fête, ni de vos bracelets en scoubidou… mais bien de bijoux réalisés par des artisans et parfois même de luxe !

Avec les tendances actuelles qui sont à l’écologie et le consumérisme responsable, les vêtements et accessoires de mode recyclés et éthiques se développent de plus en plus. Contrairement aux idées reçues, ces derniers ne sont pas forcément cheap et trop fantaisies. Il existe des modèles très sobres qui ont l’avantage, en plus de nourrir la slow-fashion à travers la slow-joaillerie et l’up-cycling, d’être réalisés sur mesure par des petits artisans créateurs !

D’ailleurs, le salon français du bijou, Bijorhca Paris, a décidé de créer le Concours Chall’angel destiné à dénicher les nouveaux talents. En janvier 2019, les bijoux éthiques et recyclés ont été mis à l’honneur avec 3 lauréates  :

– Made in My… avec des bijoux en chambres à air et en forme de plumes

plume.PNG

Atelier la Menteuse avec des bijoux en laiton et mousseline

menteuse.PNG

Apphia Créations avec des bijoux en cuir de poisson (oui vous avez bien lu)

poisson.PNG

  • Bijoux éthiques : c’est quoi  le concept ? 

Lorsque l’on parle de bijoux éthiques, il s’agit d’une production de bonne qualité avec une attention particulière sur la provenance des matières, qui ne pollue pas l’environnement et qui assure un respect des personnes, notamment en ce qui concerne les conditions d’extraction des pierres. Il s’agit également de promouvoir la création et l’artisanat. Certains bijoux éthiques sont apposés de certifications.

Le label Fairmined garantit que les mines d’extractions sont respectueuses des droits des travailleurs mais également de l’environnement. Il assure un soutien aux mines artisanales pour les aider à développer leurs normes de qualité et de sécurité envers les travailleurs qui doivent être majeurs.

Résultat de recherche d'images pour

L’engagement Kimberley Process, dans la lignée des labels « Conflict Free », assure quant à lui que l’or et les pierres précieuses utilisés ne sont pas issus d’une zone de conflit grâce à un système de traçabilité.

Certains artisans souhaitent mettre fin à la consommation de masse pour acquérir une plus grande transparence et promouvoir leur savoir-faire tout en diminuant leur impact environnemental à la conception des bijoux.

Parfois même, les artisans ont des collaborations avec des artisans-bijoutiers du monde entier et reversent une partie de leurs revenus à des causes pour lesquelles ils se sont engagés :

– protection des animaux

– droits des femmes

– meilleure employabilité et conditions de travail des travailleurs

– scolarisation des enfants

– protection de l’environnement

– lutte contre l’esclavage

C’est d’ailleurs ce que propose Natifs, à travers son commerce équitable de bijoux issus des traditions et cultures du monde entier. Chaque bijou fait l’objet d’une légende expliquant son histoire et celle de son fabricant.

Aglaia & Co, marque collaborative de bijoux raffinés, vous propose un concept similaire basé sur la créativité, le partage mais surtout la responsabilité sociale et environnementale en participant activement à des œuvres sociales ou humanitaires par le biais du reversement de 5% du montant des commande à des associations.

D’autres créateurs dans des styles différents mais avec la même mission sont listés sur le site de mode équitable Altermundi. On peut notamment trouver :

Paulette à Bicyclette, pionnière dans ce domaine

JEM Paris, April Paris et Or du Monde, dans le haut de gamme

Le tiroir de Lou, Treez et Flore & Zephyr, pour des bijoux élégants

Acai Bijou, pour des modèles à partir d’herbe dorée

Amahlé pour des bijoux tissés en Afrique du Sud

  • Bijoux recyclés, oui, mais recyclés comment ? 

Qui dit consommer mieux dit évidemment recycler ! Il existe d’abord les bijoux recyclés entièrement, par exemple avec des matériaux nobles comme le fait la marque haut de gamme Innocent Stone. Il s’agit plus précisément de bijoux en or recyclé et diamant de synthèse, créés en laboratoire. Pour l’instant, la collection compte 80 modèles vendus en ligne. Il s’agit de la première initiative de ce genre prise dans une Maison de Joaillerie haut de gamme pour le moment.

IS.PNG

Il existe d’autres petits créateurs vous proposant des bijoux à base d’or, d’argent ou encore de laiton totalement recyclés !

laiton.PNG

D’ailleurs, la grande tendance, ce sont les bagues de fiançailles et de mariage éthiques ! Les futurs mariés voient ainsi en leur bijou le symbole porteur de leurs valeurs communes.

Une autre tendance est le surcyclage aussi appelé upcycling. Il s’agit du fait de réaliser des objets à partir de matériaux dont nous ne trouvons plus l’utilité : on parle de recyclage par le haut ! En plus du bénéfice écologique dû au recyclage des produits, c’est une occasion pour créer des objets uniques.

Les matériaux bruts utilisés pour créer les bijoux sont alors multiples, souvent sous-estimés et issus du quotidien : chambre à air et caoutchouc, fils électriques, essuie-glaces (oui oui, ne jetez pas vos essuies-glasses abîmés), écrous, joints de plomberie, anneaux de rideaux, plastique, boutons, capsules à café, tissu (jeans), liège, perles d’anciens bijoux cassés, etc.

L’éco-conception implique donc des moindres coûts dans la mesure où la majorité des matériaux utilisés pour créer un objet sont réutilisés. En revanche, les crochets, supports, fermoirs, crochets, tiges et chaînes sont souvent faits à partir de matières plus nobles telles que l’acier, l’argent et l’or et sont garantis conformes à la réglementation française (sans nickel) afin d’éviter les allergies.

Alors je sais ce que tu te dis, là tout de suite : « les trucs recyclés c’est cool mais franchement le choix c’est pas ouf, les modèles sont pas hyper jolis ». Et je vais te répondre que faire du neuf à partir du vieux c’est possible ! Voici quelques exemples de modèles que tu peux retrouver et acheter sur le site Etsy :

  • DIY mon bijou recyclé

Pas besoin d’être une grande bricoleuse ni une grande artiste pour faire ton propre bijou. On peut créer un peu de tout à partir de rien ! Il faut juste collecter tous les objets non utilisés ou récupérés qui pourraient servir à la confection du bijou souhaité. Nous vous proposons ensuite deux modèles simples :

DY

Récupérez du tissu qui ne vous sert plus et effectuez les différentes étapes comme ci-dessus pour obtenir votre collier !

DI

Coupez vos bâtonnets de glace en bois, peignez-les de la couleur que vous souhaitez avec un vernis à ongles, puis ajouter les crochets. Ces derniers peuvent être achetés à bas prix en mercerie ou en magasins spécialisés.

Tu peux trouver d’autres idées sur Pinterest ou en Tuto sur Youtube. Et si vraiment c’est trop compliqué pour toi, tu peux toujours faire un joli bracelet en perles et fil de pêche à l’ancienne !

_By Solène Dsbls

 

à la Une

Les Designers Africains à l’assaut du marché international

           Si la diversité progresse parmi les mannequins, c’est moins le cas parmi les créateurs de mode : on se souvient de l’événement que fut la nomination de Virgil Abloh à la tête de la maison Louis Vuitton Homme au printemps dernier.

Cependant, on voit de plus en plus émerger de nouveaux designers africains, encore peu connus du grand public, mais qui visent une clientèle internationale. Certains sont récompensés de prix internationaux et figurent dans des revues de mode renommée, ou se retrouvent dans la garde-robe de célébrités très exposées.

En effet, l’industrie de la mode africaine voit naître de nombreux talents çà et là, mais souffre encore d’un manque de visibilité ainsi que d’un réseau peu développé entre ses créateurs. Afin d’y remédier, la plateforme Industrie Africa qui se décrit comme étant « le premier showroom digital d’Afrique », a été créée afin d’offrir aux professionnels, comme aux amateurs, une vision globale du paysage africain de la mode contemporaine.

Fini la tendance passagère pour le wax ou la « mode ethnique » rapidement tombée aux oubliettes. Progressivement, les créateurs africains sont réellement reconnus sur la scène internationale, dans la mode comme dans les autres domaines artistiques : le prestigieux Woolmark Prize créé en 1953 (qui récompense les créateurs faisant un usage talentueux de la laine labelisée Woolmark) a récemment ouvert ses inscriptions aux créateurs africains. Dans le mobilier, en 2019, Ikea a lancé la collection Overällt en collaboration avec 8 designers africains ; selon le chef artistique de l’enseigne suédoise,

« Ikea s’intéresse à l’explosion créative qu’on observe en ce moment dans plusieurs grandes villes africaines. Nous voulons apprendre de ce mouvement, et le répandre dans le reste du monde ».

 

Beyoncé a elle-même rendu hommage au savoir-faire africain contemporain en optant pour des tenues de marques africaines exclusivement à l’occasion de son passage en Afrique du Sud en décembre dernier.

À ma petite échelle, je vous invite à découvrir quelques-uns de ces créateurs qui mettent à l’honneur une esthétique africaine contemporaine, et qui sortent du lot par leurs créations uniques, sophistiquées et engagées.

TONGORO (SÉNÉGAL)

Créée en 2016 par Sarah Diouf, une entrepreneuse issue du monde de la communication, cette marque propose des vêtements aériens et riches en motifs et textures pour un prix relativement accessible.

De Beyoncé à l’actrice française Karidja Touré, elle a aussi conquis le cœur des célébrités avec ses modèles. Le nom des pièces, toutes fabriquées à Dakar, renvoie à des expressions locales issues de divers pays d’Afrique, car la créatrice voit dans cette marque un moyen de célébrer le mode de vie africain et sénégalais en particulier.

La marque vient tout juste de lancer, en mars 2019, sa gamme « Mogö » dédiée aux hommes, que vous pouvez découvrir comme tout le reste sur son site et son compte Instagram.

Image Fatou 6

ANDREA IYAMAH (NIGERIA)

 

D’abord connue pour ses collections de maillots de bain atypiques, Andrea Iyamah a fait grandir sa marque avec une proposition riche de vêtements aux coupes sophistiquées et riches en détails, qui mettent en avant le corps de la femme qui les porte. En plus de créer de beaux vêtements (comme la plupart des marques citées dans cet article), les campagnes qui accompagnent les collections sont un plaisir pour les yeux.

 

Image Fatou 14

LOZA MALÉOMBHO (CÔTE D’IVOIRE)

Image Fatou 15

Depuis que ses créations ont été aperçues dans le clip Formation de Beyoncé, Loza Maléombho connaît son public d’adeptes, tous séduits par ces pièces au style décalé. D’abord créée en 2009 à New York, l’enseigne s’est relocalisée à Abidjan en 2013 où sont désormais fabriqués tous les accessoires tels que les sandales unisexe Fah Regal, signatures de la marque.

 

Image Fatou 19

Image Fatou 20

Image Fatou 21

CHRISTIE BROWN (GHANA)

Cette maison de luxe ghanéenne a été fondée en 2008 par Aisha Ayensu et propose des tenues de sortie d’inspiration multiculturelle. Seule marque ghanéenne à défiler à la Paris Fashion Week dès 2010 pour l’« Arise Afrique-à-porter », elle est depuis habituée des semaines de la mode et s’impose comme un nom incontournable de la mode africaine contemporaine.

Image Fatou 22

Image Fatou 23

RICH MNISI (AFRIQUE DU SUD)

 

Basée à Johannesburg, Rich Mnisi a été créée en 2014 par le créateur du même nom, lauréat la même année du « Africa Fashion International Young Designer of the Year ». Ses créations osées s’inspirent largement de la culture populaire tout en gardant des références culturelles qui les rendent uniques.

 

Image Fatou 32

LISA FOLAWIYO (NIGÉRIA)

 

Mêlant textiles traditionnels et silhouettes modernes, Lisa Folawiyo a donné une dimension globale à la mode nigériane. Au point que sa marque a collaboré avec L’Oréal pour une ligne de rouge à lèvres et stickers à ongles, ainsi qu’avec BlackBerry sur une collection de coques de téléphone. Pour en voir et savoir davantage, c’est par ici !

 

_By Fatou G.

à la Une

Le minimalisme ou comment se réapproprier son rubik’s cube !

           Ah le MoMA (Museum of Modern Art), véritable lieu éclectique qui se veut temple de l’art moderne. Espace singulier où se côtoient iPads ambulants et pseudo-artistes à lunettes. Si Louis n’a pas la prétention d’être un érudit de l’art contemporain, il aime se prêter au jeu et se laisser porter par des œuvres toutes plus ou moins abordables –  bien qu’il lui arrive parfois de se demander où est-ce qu’il a encore atterri…

Et c’est ainsi qu’il tombe nez à nez face à 4 cubes qui, à eux seuls, occupent la salle entière. Décontenancé, Louis ne se laisse pas pour autant abattre, il cherche désespérément à comprendre la démarche de l’auteur : est-ce une performance, un produit purement esthétique, une métaphore du vide ?

Pourtant, il ressent difficilement quelque chose… hormis le fait qu’il est entrain de faire une petite branlette intellectuelle à propos de quatre blocs. Il en reviendrait presque à regretter son rubik’s cube. Comment en est-on arrivé là ?

1.jpg
Robert Morris, Untitled (1965)

Ces quatre cubes de Robert Morris s’inscrivent dans la démarche du minimalisme, courant artistique apparu dans les années 60, à distinguer du lifestyle « Less is more », auquel on a tendance à l’associer aujourd’hui. Le minimalisme (ou l’art ABC, suite aux nombreuses formes géométriques qui le caractérisent) est une réjection de l’art abstrait et cherche à mettre de côté toutes formes d’expression de l’artiste. Ce mouvement prend également à contre courant les critiques d’art qui tendent à sur-interpréter la démarche de l’artiste et déformant le but originel de l’œuvre.

Le minimalisme évite tout allusion à la métaphore ou autre interprétation, mais fait place à la forme dans sa forme pure et impersonnelle. Cette idée est héritée directement du Suprématisme Russe. On peut penser à Malevitch qui met un terme au symbolisme de l’art figuratif, notamment à travers Carré noir sur fond blanc (1915) où la dépersonnalisation de l’œuvre, en apparence(!), atteint son comble.

2.jpg
Kasimir Malévitch, Carré noir sur fond blanc (1915)

Les objets sont réalisés de façon impersonnelle, souvent à l’aide de machines industrielles. Finie donc, l’exaltation des sentiments, cette constante recherche de narration et de rétrospection de l’artiste à travers son œuvre. En effet, comme l’affirmait Sol Lewitt :

« Utiliser une forme simple de façon répétée limite le champ de l’œuvre et concentre l’intensité, l’arrangement de la forme. Cet arrangement devient la finalité de l’œuvre tandis que la forme n’en est plus que l’outil »

Dorénavant, c’est la forme de l’œuvre qui contribue au jeu de sa disposition dans la salle ou dans son environnement extérieur. L’intérêt est d’en finir avec la barrière entre le spectateur et l’œuvre d’art, dans laquelle l’échange proliférait.

L’œuvre se retrouve donc dénudée de ses atouts de séduction vis-à-vis du spectateur étant donné qu’elle génère dorénavant seulement de l’espace dans la salle, sans prétendre à faire une quelconque référence particulière : l’artiste Carl Andre décrit ce phénomène de « Poésie Plastique ».

3.jpg
Dan Flavin, Untitled (80s)

Ainsi, on comprend que la démarche minimaliste est en totale opposition avec les techniques prépondérantes de l’art abstrait. Par exemple, la fameuse technique du « dripping », propre à Jackson Pollock, qui consistait à jeter de la peinture sans que le pinceau effleure la toile se voit d’être complètement remise en cause.

En effet, si on ressent le vide qu’éprouvait Pollock à travers les courbes des couleurs apportant une vivacité particulière à l’œuvre, le minimalisme prend le parti inverse : nous rendre non plus face à l’artiste, mais à nous-même.

4.jpg
Jackson Pollock et sa technique du dripping (40s)

Face au rien, l’artiste n’est plus réellement artiste, c’est le public qui le devient. Cette idée provient de l’art conceptuel qui a fait ses débuts dès les années 1910 lorsque Marcel Duchamp a signé un urinoir « R Mutt ». L’art n’est plus défini par ses propriétés esthétiques mais bien par le concept auquel il renvoie.

5.jpg
Marcel Duchamp, Fountain (1917)

Avec la complicité de son ami photographe Alfred Stieglitz, il en fait une œuvre d’art : l’installation devient œuvre s’il existe des regardeurs. A partir de ce moment, il n’y a plus besoin d’artiste pour faire l’œuvre, mais seulement d’un public. Louis commence à voir où je veux en venir.

Cependant, un art s’affranchissant de toute représentation subjective est-il pour autant dénoué de tout sentiment ? Malgré tout, Louis commence à ressentir un certain vertige entre la place qu’occupe l’œuvre dans la salle et sa présence qui se fait étrangement presque opportune.

Peu à peu, il commence à se prêter au jeu qu’impliquent les différents niveaux de luminosité auxquels sont sujets ces cubes. D’ailleurs, la perspective des formes semble dicter une certaine mouvance, rythme à adopté au jeune garçon. Ne serions-nous pas en train d’assister à une certaine perspective simplifiée du monde, sans déformation ?

6.jpg
Mona Hatoum, Black finished steel and fishing wire (2009)

Si la plupart des artistes à l’origine du minimalisme n’ont jamais prétendu le représenter, ils ont néanmoins influencé le monde du design et de la mode. On peut penser au phénomène du déconstructivisme, qui a par la suite influencé de nombreux créateurs et modélistes. C’est notamment le cas du mouvement de déconstruction du vêtement orchestré par Martin Margiela dans les années 90, où la modernité s’affirme dans un processus d’élimination des détails, coutures et poids des pièces réalisées.

7.jpg
Le déconstructivisme par Martin Magiela (90s)

D’ailleurs, il convient de rappeler que dans les années 1960, Yves Saint Laurent lui-même s’était inspiré de l’art pour réaliser sa collection Mondrian. De même, l’obsession des petits pois de l’artiste Japonaise Yayoi Kusama (qui a actuellement une installation exposée à la Fondation Louis Vuitton) a donné forme à des collaborations plus ou moins douteuses avec la Maison Louis Vuitton.

Finalement la mode et l’art ont toujours été liés, de Sonia Delaunay à Margiela. L’abstraction et le minimalisme ont permis à la mode de sortir de ses carcans habituels et de mettre un terme aux tailleurs Chanel pour renouveler la manière dont on voit la haute couture qui, de saison en saison, tend à se rapprocher de plus en plus de l’art minimaliste que du prêt à porter de Louis.

8.jpg
Yayoi Kusama, Dots Obsession (1997) et collaboration avec Louis Vuitton (2012)
9.png
Piet Mondrian, Composition en Rouge, Jaune, Bleu et Noir (1921) et défilé YSL (1965)

En se débarrassant d’artifices clinquants, le mouvement du minimalisme ne fait donc pas juste rempart à l’excès de lyrisme de l’impressionnisme abstrait et d’ironie propre au Pop art. Cette réduction à l’essentiel, en faveur du littéral, propose également à Louis une profonde réflexion sur la place qu’il occupe en tant que sujet, dans un monde en apparence, sans déformation.

_By Quentin Gd

à la Une

« Il n’y aura pas d’enterrement, plutôt mourir ! », notre Adieu à Karl Lagerfeld

          Le mardi 19 février dernier, le monde de la Mode a tristement dit « Adieu » à son icône principale voire son père fondateur pour certains. Si Karl Lagerfeld avait un avis particulièrement tranché sur la mort (« Il n’y aura pas d’enterrement, plutôt mourir » disait-il), sa disparation n’en demeure pas moins malheureuse. Mais connaissiez-vous bien Karl ? Oui ?Non ? Moyen ? Dans tous les cas, cet article vous présente son parcours et son personnage qui n’est pas moins atypique !

Qui était Karl Lagerfeld ?

Karl naît en 1928 à Hambourg en Allemagne. Cela peut sembler anecdotique mais c’est sans compter le mystère qui plane au-dessus de notre grand couturier favori ! En effet, son année de naissance, si elle oscille entre 1929 et 1933 n’a jamais été rendue publique. Karl Lagerfeld, couturier et directeur artistique de la maison Chanel est décédé mardi 19 février 2019 à l’âge de 85 ans. Il était surnommé le « Kaiser » (L’Empereur) et laisse derrière lui un monde de la mode empreint de son style chic et élégant. Karl a marqué le monde en présentant non pas seulement des défilés mais aussi et surtout des spectacles grandioses, permettant aux pièces présentées de s’inscrire dans un paysage toujours plus réaliste. Il mettait la mode en scène. Vous ne me croyez pas ? Voici de belles photos qui prouvent que la mode, pour Karl, méritait de s’exprimer de façon théâtrale.

Muraille de Chine
En 2007, une centaine de mannequins défilent sur la Grande Muraille de Chine pour Fendi.

Bernard Arnault (Président de LVMH et propriétaire de Fendi) dira à cette occasion : « C’est le premier défilé au monde visible depuis la lune ! On ne voit ça qu’une fois dans une vie ».

Avion

En 2012, Karl Lagerfeld embarque à bord de l’A380 qui symbolise l’Europe qui lui est si chère. La moquette est signée Chanel, des nuages défilent au plafond et le hublot s’illumine de bleu, à l’image de la couleur prédominante du défilé.

Chanel Shopping Center

En 2014, place au Chanel Shopping Center !Les mannequins défilent en baskets afin de proposer une touche décontractée. Voilà que le Grand Palais de Paris est transformé en immense centre commercial ! Tous les objets sont estampillés « Chanel », même l’eau minérale ! Ça doit valoir le coup !

Plage

Enfin l’année dernière, en 2018, le Grand Palais est transformé en une belle plage de sable fin, pour une ambiance farniente. La plage représentée est celle qui a bercé l’enfance de Karl, celle de Sylt. Du sable, des vagues, des dunes, un bleu incroyable (un jour de pluie pourtant), tout semble plus réaliste que nature ! Déjà fatigué, il ne participera pourtant pas au défilé Haute couture fin janvier 2019.

Et après Karl Lagerfeld ?

Alain Wertheimer, copropriétaire de Chanel, a décidé de confier le soin d’assurer la création des collections à Virginie Viard, directrice du studio de création mode de Chanel et plus proche collaboratrice de Karl Lagerfeld. Ce dernier avait l’habitude de la présenter comme son « Bras droit et bras gauche à la fois ».

Elle l’avait notamment remplacé lors du défilé Printemps-Été 2019 le 22 janvier dernier car il se sentait déjà épuisé. C’était la première fois pour Karl Lagerfeld manquait un défilé depuis ses débuts dans la grande maison Chanel en 1982. Karl et Virginie se sont rencontrés en 1987, alors qu’elle était stagiaire. Lorsqu’il est retourné chez Chloé en 1992, Karl lui a proposé de l’y accompagner. Virginie Viard parle d’une « connivence de longue date » entre eux, si bien qu’elle a toujours apprécié travailler aux côtés de son mentor.

Quelques citations cultes que vous pourriez vous attribuer pour vos potentielles futures soirées mondaines

« Les pantalons de jogging sont un signe de défaite. Vous avez perdu le contrôle de votre vie, donc vous sortez en jogging ».

Rassurez-vous, nous aussi il nous arrive de nous laisser aller le dimanche…le samedi…le mardi après les cours…bref, soyez rassurés, il est confortable et cela est parfois suffisant.

« La mode n’est pas faite pour les cloches, alors allez sonner Pâques ailleurs que chez moi ».

En même temps c’est compréhensible. Si les chocolats sont largement appréciés, il est vrai qu’en silence, ce n’est pas mal non plus ! Mais toujours avec une pointe d’élégance…

« Choupette était à un de mes amis qui m’a demandé si ma gouvernante pouvait s’occuper d’elle pendant ses deux semaines d’absence. Quand il est revenu, on lui a dit que Choupette ne reviendrait pas chez lui ».

Peut-on appeler ça du vol s’il s’agit de Karl… ? Vous avez quatre heures. D’ailleurs ce petit chat tout mignon est l’héritier unique de notre Karl… Pensez à votre reconversion animale. Pour la petite touche culture, il est interdit, en France, de léguer un héritage à un animal, pour la simple et bonne raison qu’il ne s’agit pas d’un individu. En revanche en Allemagne, lieu d’origine de Karl Lagerfeld, cela est autorisé !

_By Maud

à la Une

Être stylé au ski ? On relève le défi !

          En cette période de vacances hivernales, nombre d’entre nous font un petit tour à la montagne ou à Altigliss pour prendre un grand bol d’air frais. Alors que certains ont pour but de dévaler un maximum de pistes en un minimum de temps, d’autres se prélassent au soleil sur les terrasses des bars d’altitude.

Mais tous ont la même problématique : comment rester stylé au ski ? C’est vrai quoi, ta dégaine de skieur du dimanche avec les cheveux en bataille et la marque du masque ne devrait pas être un frein pour trouver une choppe à la Folie Douce ou bien pour débusquer un petit moniteur de ski sexy.

Nous avons donc décidé de mettre à votre disposition quelques conseils pour que tout le monde se retourne sur votre passage, que ce soit sur les pistes, sur les télésièges ou en pleine station (et non à cause de votre niveau de débutant mais bien parce que vous serez le plus stylé…).

POUR ELLE :

Astuce maquillage :

Au ski, difficile d’avoir un maquillage très recherché… Avec l’humidité, ce dernier coule souvent, il est donc préférable de faire un maquillage assez naturel et simple.

Pensez tout d’abord à utiliser un mascara waterproof pour ne pas vous retrouver avec des yeux de panda ! Bannissez l’eye-liner et le crayon noir ; cependant un crayon blanc ou rose pale appliqué sur la partie inférieure de votre œil vous permettra d’agrandir votre regard !

Si vos lèvres sont gercées par le froid, appliquez un baume à lèvre brillant rosé/nude ou transparent. A l’inverse, si vous souhaitez mettre votre bouche en avant, n’hésitez pas à mettre un rouge à lèvres mat de couleur foncée (violet, bleu, rouge ou bordeau) !

N0.png
Rouge à Lèvres Color Riche x Balmain 

Evitez également le fond de teint qui ne tiendra pas trop et risquera de déteindre sur votre belle veste de ski. Heureusement la BB Cream pourra vous sauver !

Astuce coiffure

Avec le casque ou le bonnet, les cheveux graissent rapidement et le vent d’altitude n’arrange rien. Appliquez régulièrement une huile pour nourrir vos cheveux car le froid abîme et casse.

Les tresses sont idéales : un moyen d’être sophistiquée tout en bénéficiant d’un confort optimal pendant le ski ! Voici d’ailleurs un petit tuto pour vous faire les deux tresses plaquées africaines remises au goût du jour par Kim K !

Combi’ de ski

En 2019, c’est le grand retour de la combinaison de ski une pièce avec capuche à fourrure ! Oui certes, ce n’est pas pratique pour aller faire pipi, mais il faut parfois faire des choix mesdemoiselles… Cependant, si combi une pièce dit vintage, cela n’implique pas le retour du fantaisie, ni des couleurs vives ou des imprimés (léopard ou autre).

Le total look : qu’il soit black, white, doré ou argenté !
Adieu les équipements colorés. Bon, pour celles qui ont peur de ne pas assumer un total look doré ou argenté qui est un peu avant-gardiste ou bien qui ont peur de tomber dans le « cheap », nous vous conseillons de prendre un bas noir et une doudoune dorée ou argentée !

N1
Combinaison de ski noire Fusalp modèle Ingrid  
Combinaison blanche Dominiqueviot 
N2
Veste argentée Napapijri 
Veste dorée Dare 2B 

Le bicolore : black & white ou bien red & white/black !
Le bicolore c’est l’idéal si vous trouvez le total look un peu tristounet. Pour rester sobre, le monochrome reste la meilleure idée. Si vous voulez ajouter une petite pointe de couleur, la veste rouge vous rendra d’autant plus glamour.

N3.PNG
Combinaison bicolore une pièce Lacroix  
Doudoune Moncler rouge  

Quelques astuces pour choisir votre combinaison selon votre morphologie :
– Si vous êtes grande et mince : le slim ou le pantalon droit seront vos alliés.
– Si vous êtes petite : optez pour le fuseau, son bas évasé allongera vos jambes avec une veste courte.
– Si vous êtes ronde : pensez vestes cintrées et ceinturées.

Accessoires

Les lunettes de soleil : il s’agit de l’indispensable pour protéger vos beaux yeux. D’ailleurs pensez à prendre la protection maximale.

  1.  Les lunettes Cat-Eyes : cette année, la forme cat-eyes arrive sur le devant de la scène pour vous faire un regard de félin !
  2. Les lunettes oversize : pour protéger votre visage au maximum !

N4.PNG

Les accessoires pour la tête

  1. Bonnet : le bonnet est nécessaire à tout moment de la journée à la montagne !
  2. Béret : eh oui, les bérets sont toujours à la mode.
  3. Headband : le bandeau est de retour pour protéger vos petites oreilles et laisser votre chevelure de rêve exposée à la vue de tous.

N5.PNG

Evitez cependant les chapka et caches-oreilles en fausse fourrure qui ne sont plus vraiment d’actualité…

Les gants : pendant le ski, privilégiez des gants chauds et confortables. En revanche pour le reste du temps, rien de mieux que les traditionnels gants de cuir !

N6.PNGL’écharpe: nous préconisons d’utiliser plutôt un cache-cou pendant votre session sur les pistes car votre écharpe risque de vous gêner. Cependant après le ski n’hésitez plus : favorisez les grosses mailles ou la fausse fourrure !

N7.PNG

Sacs : sur les pistes, afin de trimbaler votre crème solaire, la petite bouteille d’eau et les biscuits pour se ravitailler, nous vous conseillons de prendre un petit sac à dos ou bien une banane afin de ne pas vous gêner dans vos slaloms.

N8.png
• Les chaussures d’après-ski

Indémodables Moon Boots, Timberland ou encore UGGS : vous avez le choix pour vous déplacer avec style pendant votre shopping dans les ruelles de la station.

N9.PNG

POUR LUI :

Tout d’abord, les combinaisons une pièce sont toujours proscrites pour les hommes ! Que ce soit en termes de style ou de confort, il vous faut une combinaison deux pièces avec pantalon accompagné d’une veste de ski.

Combi’ de ski

– Total look black : pour les hommes aussi, le total look black fait son grand retour ! On vous conseille les veste Canada Goose noires avec un pantalon style surfer ou une coupe bootcup.

N10.

Le coloré: rouge, vert, orange… ces dernières années, toutes les couleurs fluos ou vives, en particulier le bleu et le moutarde, sont très prisées pour la gent masculine au ski.
N11..PNG

Accessoires

Les lunettes rondes Ray Ban : je n’ai rien à dire d’autre que le mot « indémodable ».

N12..png

Le bonnet: notamment si vous avez les cheveux courts, le bonnet vous sera obligatoire pour que vos oreilles ne tombent pas à cause du froid.
N13..PNG

Les gants: notre analyse pour les hommes est relativement similaire à celle faite ci-dessus pour les femmes ! Privilégiez des gants confortables ou même tactiles (Nike) sur les pistes et des gants en cuir le reste du temps.

N14.PNG

L’écharpe: une petite écharpe noire toute simple fera largement son effet !
N15.PNG

Le sac à dos: tout comme pour les femmes, nous vous conseillons de vous balader avec un sac à dos pour transporter tous vos indispensables sur les pistes !

N16.png

  • Les chaussures d’après-ski

Pour vous, pas de question à se poser : les Timberland sont vos meilleurs alliées. Sinon on vous propose des petites bottines de cuir !
N17.PNG

NOS DERNIERS CONSEILS PRATIQUES :

Marques de bronzage 

Si vous ne voulez pas avoir la trace de bronzage de votre masque, pensez à la crème solaire ou bien au masque protège visage, surtout si vous avez la peau sensible.

Casques

Bon, c’est vrai que le casque peut sembler être un tue-l’amour, pour autant il est incontournable pour votre sécurité. Les casques mats foncés pour hommes et blanc ou roses pales pour les femmes sont très à la mode !

Masques miroir

Si vous préférez skier avec un masque solaire plutôt qu’avec des lunettes, on vous conseille de loin les masques à effet miroir. Non seulement ils sont les plus beaux, mais en plus vous pourrez vous refaire une beauté en vous regardant à travers ! Dirigez vous cependant auprès de professionnels pour choisir un masque qui vous convient.

Dessous de ski

Le principe est simple : il ne faut pas superposer des couches de vêtements si vous ne voulez pas ressembler à Bibendum ! Nous vous conseillons donc d’opter pour des vêtements intelligents : les modèles type Thermolactyl et sans coutures sont à privilégier pour plus d’isolation contre le froid.

Pour ce qui est du soutien-gorge, on privilégiera évidement les brassières de sport pour un maintien maximum. En dehors des pistes, pensez aux pulls à grosse maille qui font toujours leur petit effet pour femmes et aux gilets en laine pour homme !

Bref, avec tout ça, si personne ne vous remarque, c’est peut-être que vous skiez trop vite pour qu’on ne vous voit ?

_By Solène Dsbls

 

à la Une

How to dress : « Cheap but not Cheap »

          En tant qu’étudiants endettés, nous faisons (presque) tous face à un terrible dilemme, qu’on pourrait résumer ainsi : « Comment m’habiller avec soin sans me ruiner davantage ? »

Après l’achat du costume/tailleur hors de prix dont on se dit que « c’est un investissement, j’suis en école de commerce quand même« , on se retrouve déjà sur la paille. L’objectif, donc, c’est de trouver un compromis, et devenir cet homme :

1.png

À travers cet article, nous allons vous suggérer quoi acheter et comment le porter, pour que votre tenue paraisse sophistiquée et travaillée, au point que personne ne pourra imaginer un instant qu’en réalité, votre découvert se creuse autant que la dette grecque pendant la crise.

  • LE FAST FASHION PLUTÔT BIEN FAIT

Le point de départ : cheap (quelle surprise me direz-vous !). Pas cher, bon marché, accessible : parfait pour vous et moi. Zara, Mango et H&M sont typiquement des enseignes qui se sont spécialisées sur cette offre qui consiste à proposer des articles plus ou moins inspirés des podiums à moindre prix – surtout pendant les soldes…

  • « OUTLETS» DE MARQUES

Une façon intelligente de faire du « cheap but not cheap », c’est tout simplement s’arranger pour acquérir des articles de marque, donc assez chers à l’origine, à un moindre prix. Au-delà des friperies pour les vêtements d’occasion, nous vous conseillons d’opter pour les magasins d’usines, dits « outlets ». Sandro, Nike, Maje, Guess

Vous trouverez des magasins « outlets » de quasiment toutes les marques de prêt-à-porter. Certains centres commerciaux ou zones industrielles regroupent d’ailleurs de nombreux magasins d’usines : si vous y allez pendant les soldes pour refaire votre garde-robe, c’est le meilleur moyen de faire des affaires en or.

Exemples : Marques Avenue (dans de nombreuses zones périurbaines), Vallée Village (Marne-La-Vallée), McArthurGlen (Troyes), Le Village Des Marques/The Village Outlet (Villefontaine, entre Grenoble et Lyon).

  • FAIRE LES SOLDES À LA FIN

Alors là, chacun sa façon de faire selon ce qu’il cherche, mais vous n’êtes pas sans savoir que plus les démarques s’accumulent, plus les articles sont soldés. Cela évite donc d’acheter une robe le premier jour des soldes et de se mordre les doigts deux semaines plus tard quand on se rend compte qu’il coûte désormais 2 fois moins cher. « Mais j’ai peur qu’il y ait plus ma taaaaaailleeeuh » : eh bien tu vas prier pour que ça n’arrive pas ; les soldes c’est aussi une expérience spirituelle par moments.

Cette astuce vaut surtout le coup lorsque vous shoppez dans des magasins type Printemps, BHV ou Galeries Lafayette et que vous y possédez une carte de fidélité, car ils ont alors des réductions supplémentaires sur des articles de marque soldés.

  • LES SITES DE VENTES PRIVÉES

Vente-privee (devenue Veepee), Showroomprivé… Ces sites à l’origine du concept original de « vente évènementielle » regorgent de réductions sur des marques, que vous trouverez difficilement ailleurs.

Maintenant question « styling », voici nos conseils :

  • « ALL BLACK EVERYTHING »

Non seulement c’est amincissant, mais c’est d’une sobriété infaillible. Quitte à ne porter que des articles à moins de 20€, privilégiez le « tout noir » (ou tout blanc en été, surtout si vous avez la peau matte ou foncée) : haut noir, bas noir, chaussures noires (s’il faut qu’elles soient unies, sinon des chaussures « statement » à motifs ou multicolores c’est encore mieux), manteau noir.

2.PNG

  • FAUSSE SOIE, FAUX CUIR, FAUX DAIM

De rien les vegans, mais on est trop pauvres pour s’offrir du vrai de toute manière : on se contentera donc de similicuir, simili-daim, simili-satin (oui, je viens d’inventer ces termes).

Pour rehausser l’allure de vos tenues, donc, nous vous conseillons grandement de vous procurer quelques pièces dans ce type de matière. Un pantalon en faux cuir avec un pull oversize, une jupe en faux daim avec un t-shirt simple, une chemise fluide effet soie avec un jean : NOW you look like a million bucks, baby.

3.PNG

  • TENUE SIMPLE, ÉCARTS MESURÉS

Une façon de donner de la valeur à votre outfit à part les matières atypiques, ce sont les motifs et couleurs atypiques : vert pétant, motif croco ou léopard, tous les écarts sont permis mais pour ne pas justement tomber dans le « cheap », privilégiez de les insérer à une tenue très simple, voire sobre, en dehors de ce détail décalé : monochrome (toute noire de préférence si vous avec retenu le point évoqué plus haut) et matières basiques de préférence.

Si vous n’êtes pas assez téméraire pour la fourrure à motifs léopard (on vous le pardonnera), osez des pas de côté au niveau des chaussures, ou des accessoires, et tentez de faire des rappels de couleur ailleurs (motifs rouges d’un imprimé rappelés par des chaussures rouges par exemple).

4.PNG

Vous voilà maintenant armés pour parader dans les couloirs de GEM et certainement figurer dans les prochains GEM Ton Style

_By Fatou Gueye

à la Une

DermoPure Challenge Eucerin

            Bonjour à toutes et à tous,

Je vous retrouve aujourd’hui pour un article express concernant les produits de la gamme DermoPure, la gamme purifiante et anti-acné de chez EUCERIN.

EUCERIN est une marque connue et reconnue dans le domaine de la dermo-cosmétique (produits non testés sur les animaux, sur peaux saines mais également sensibles, irritées etc.). L’origine de la marque remonte au 19esiècle.

EUCERIN-AE-History-05

Personnellement, j’ai connu la marque il y a 7 ans environ, grâce à leur fluide de protection solaire que je trouve super car il est non gras et surtout, ne laisse aucun résidu blanc/bleuté !

eucerin-oil-control-sun-gel-creme-toucher-sec-

Comme évoqué plus haut, nous allons donc nous concentrer sur la gamme DermoPure. Voici ce que la marque nous en dit :

« EUCERIN DermoPure est une gamme de solutions dermo-cosmétiques efficaces pour les peaux à tendance acnéique. Sa combinaison d’ingrédients s’attaque aux quatre principaux facteurs des imperfections : l’hyperkératose (chute de cellules de peau déséquilibrée), la séborrhée (surproduction de sébum), la colonisation microbienne (augmentation de la prolifération bactérienne) et l’inflammation de la peau. »

Pour résumer, quel que soit votre type d’acné, vous devriez pouvoir utiliser ces produits, sauf cas exceptionnel comme une acné purement hormonale par exemple (pensez à consulter un dermatologue.). Pour cette gamme, l’innovation se décompose en trois parties: la Symsitive, la Licochalcone et les Céramides. Derrière ces termes peu communs qui peuvent vous sembler effrayants, se cachent en réalité des principes actifs ayant pour vocation la restauration de votre peau.

En effet, les traitements pour acné, sévère ou non, ont souvent tendance à assécher la peau (exemples classiques : Roaccutane, Tetralysal). Si vous avez lu mon article sur les huiles végétales, vous savez donc déjà qu’une peau asséchée et déshydratée est une très mauvaise chose car :

Manque d’eau et d’huile = surproduction de sébum = pores bouchés/formation de comédons = la catastrophe !

Pour revenir à la gamme DermoPure, elle est composée de 6 produits :

  • Un gel nettoyant
  • Un gommage purifiant
  • Une eau micellaire
  • Un fluide matifiant
  • Une crème compensatrice apaisante
  • Un soin rénovateur cutané K10, soin star de cette gamme

La marque m’a gentiment proposé de tester deux produits de la gamme, j’ai donc choisi le K10 bien évidemment ainsi que la crème hydratante compensatrice. Pour être tout à fait transparente avec vous, je n’ai pas encore le recul nécessaire pour vous fournir un avis définitif, étant donné que cela fait seulement quelques jours. Néanmoins, je peux vous dire que je suis tout de même satisfaite pour le moment.

LE K10, Soin Rénovateur Cutané

ECN1784687925DermoPureSkinRenewalTreatment10HydroxyComplexFoBoPS.png

Le produit :

Le K10, riche en acide salicylique (principe actif asséchant les imperfections) mais aussi en acide glycolique (meilleur acide au monde selon moi). La combinaison de ces deux acides, l’un asséchant et l’autre aidant à la régénération de l’épiderme en éliminant les cellules mortes permet de réduire les imperfections déjà présentes et d’en prévenir de nouvelles. Il se vend autour de 14,20€ en parapharmacies et parapharmacies en ligne.

Mon test :

Je ne suis pas fan de la texture (crème-gel un peu jaunâtre) mais en quelques jours de test je peux vous dire que c’est très efficace ! Mes gros boutons type microkystes (ce sont les pires, ils n’ont aucune concurrence) tendent à se résorber et le grain de peau est affiné. Je porte ce produit tous les soirs sur une peau parfaitement nettoyée.

La crème compensatrice apaisante

ECN_17856_88969_Dermo_Pure_Adjunctive_Soothing_Care_FoBo_PS

Le produit :

Ce soin dont le principe actif est la Symsitive, a pour but d’apaiser la peau et de réduire les irritations et rougeurs. Il est présenté dans un flacon pompe airless (parfait pour la conservation du produit) d’une contenance de 50 ml. La crème peut être portée matin et/ou soir. Il se vend autour de 15€ en parapharmacies et parapharmacies en ligne.

Mon test :

J’aime beaucoup ce produit pour le moment, une sensation de confort immédiate assez agréable après s’être lavé le visage avec un gel nettoyant. Il est encore un peu tôt pour juger de son action anti-imperfections mais couplée à mon huile favorite de chez Oh my Cream, j’obtiens une peau rebondie et repulpée. A voir donc sur la durée !

Je vous ferais un update dans quelques semaines, juste en bas de cet article.

Rappel pour le jeu concours #ChallengeDermoPure Eucerin x AVG  :

51623674_799733263718657_6297934124942360576_n

1 carte FNAC de 150€ + routine complète EUCERIN de 90€ ou une des 20 box de la marque avec une mini routine de 45€ !

Pour gagner c’est très simple, il vous suffit de poster sur votre compte Instagram une jolie photo (la marque a mis à votre disposition des accessoires sympathiques pour agrémenter vos photos) accompagnée du hashtag #ChallengeDermoPure. Passez également sur la Mezz au premier étage, on distribue pleins de produits. N’hésitez plus et tentez votre chance, nous vous attendons impatiemment !

_ByChiddiM

 

à la Une

La beauté au masculin révolutionnée par les Beauty Boys !

          Depuis les années 2 000, les influenceurs masculins se sont multipliés : blogs, chaînes Youtube, comptes Instagram, il y en a pour tous les goûts ! La plupart de ces influenceurs proposent des looks, racontent leurs voyages ou leurs astuces capillaires et rasage pour leurs pairs en recherche d’inspiration.

Mais aujourd’hui nous allons vous parler plus particulièrement de ces hommes qui démocratisent le make-up au masculin : place aux « Beauty Boys » !

Au diable les stéréotypes et autres diktats à propos du maquillage ! En 2019, ce dernier n’est plus exclusivement réservé aux femmes : ces influenceurs beauté masculin sont de plus en plus nombreux et font même pâlir les plus coquettes d’entre nous avec leurs make-up !

C’est notamment avec la polémique suscitée par la sélection de Bilal Hassani en tant que représentant français de l’Eurovision 2019, que le sujet de la beauté et du maquillage chez les hommes a refait surface dans les médias !

Le maquillage pour homme, c’est toute une histoire !

Oui, vous avez bien lu : il RE-vient à la mode ! Car en réalité le maquillage pour homme existe depuis des siècles. Voici une petite rétrospective historique pour mieux comprendre l’histoire du maquillage chez les hommes, qui en réalité a toujours existé.

Les premières traces écrites concernant le maquillage se trouvent dans la Bible et l’archéologie a permis de retrouver des accessoires en faisant preuve, remontant à 5 000 ans avant J-C. Certains historiens assurent même que nos ancêtres préhistoriques utilisaient l’ocre et la cendre pour se protéger du soleil et des insectes mais aussi pour créer une hiérarchie dans leurs tribus ou préparer leurs rituels de combat.

  • Les Égyptiens

3 000 ans avant notre ère, les Égyptiens utilisaient déjà des huiles et se maquillaient à l’aide de différents colorants :

  • rouge à lèvres à base de rouge minéral pour empêcher le diable de pénétrer le corps par la bouche (à chacun ses croyances, ne jugeons pas !)
  • khôl à base d’antimoine ou de suie sur les paupières supérieures et les cils pour se protéger du mauvais œil ainsi que des poussières
  • coloration au henné sur les ongles
1.jpg
Œil Égyptien entouré de Khôl

Le maquillage a ensuite été rapporté en Europe du Nord à partir du XIXème siècle et dès lors, les nobles se sont mis à utiliser fond de teint, teinture pour cheveux et parfum.

  • Les Grecs et les Romains

Les Grecs ont d’abord interdit l’usage du maquillage. Mais peu à peu, ce dernier s’est démocratisé : la peau est éclaircie, les sourcils noircis et les paupières sont colorées au safran ou à la cendre. Pour autant, il est perçu comme trompeur et est dédié uniquement aux courtisanes.

Par ailleurs, le maquillage n’est pas toujours bien vu à Rome non plus, mais il reste toléré tant qu’il reste léger. Certains hommes recouvraient même leurs calvities par une sorte de peinture.

  • Au Moyen-Âge

Le maquillage est considéré comme l’œuvre du diable car il déforme la manière dont Dieu a conçu les humains ! Il est cependant utilisé pour éclaircir le teint, comme signe de noblesse. Les saignées sur le visage sont même encore pratiquées pour obtenir le teint le plus livide possible : oui oui, il a toujours fallu souffrir pour être beau/belle !

Quoi qu’il en soit, malgré nos a priori sur cette époque, la population utilisait beaucoup de produits de beauté tels que le lait caillé contre l’acné et le jus de concombre pour effacer les tâches de rousseur.

  • A la Renaissance

Teint blafard, perruques, fards à joue, mouches de taffetas et faux grains de beauté sont à l’honneur pour hommes et femmes ! L’usage du maquillage s’étend dès lors à toutes les classes sociales.

D’ailleurs, c’est au XVIIIème siècle, sous Louis XIV, que le terme « maquillage » est utilisé pour la première fois dans le sens de tromper, masquer ou camoufler.

2.jpg

Le saviez-vous ? Les mouches portent des noms différents selon où on les situe sur le visage : « majestueuse » sur le front, « galante » sur la joue, « baiseuse » ou « coquette » près de la bouche, « voleuse » lorsqu’elle cache un bouton…

  • Du XIXème au XXème siècle

L’idéal en premier lieu ? Avoir l’air mourant grâce à des fards verdâtres et des faux cernes. Mais à partir de 1880, les premiers fards secs de la maison Bourjois révolutionnent l’industrie du maquillage malgré leurs composants très nocifs voire mortels tels que la céruse. C’est pourquoi de 1890 à 1900 la mode du maquillage s’estompe ou est réservée aux prostituées.

Enfin, dès 1906 les produits commencent à être contrôlés alors qu’en parallèle la mode du teint halé se développe et que le premier mascara par Maybelline est commercialisé. Dès lors, le maquillage est exclusivement réservé aux femmes, bien que L’Oréal lance la première ligne de soins pour hommes en 1985.

Et au XXIème siècle, le maquillage masculin va-t-il devenir mainstream ?

Près de 86% des françaises se maquillent au moins une fois par semaine, mais elles ne sont pas seules… En effet, d’après une étude du 20 minutes, 16% des hommes se maquillent quotidiennement avec un make-up discret visant à dissimuler les cernes et autres imperfections.

Une étude un peu plus sérieuse menée au Royaume-Uni et aux Etats-Unis estime que 13% des hommes britanniques utilisent des produits de beauté « discrets » : 54% possèdent un soin hydratant, 24% un soin du visage, 33% un produit d’épilation, 39% un baume à lèvres et 19% un auto-bronzant.

Souvent le maquillage masculin est associé aux faux cils démesurés et aux paillettes flamboyantes des drag queens. Mais cela n’est qu’un simple retour des choses. D’ailleurs, pour les besoins d’un shooting photo, d’une émission télé ou encore au cinéma, les mannequins, les comédiens, les animateurs et même les hommes politiques se maquillent et cela ne choque personne !

Vous constaterez ainsi que maquillage et virilité ne sont pas incompatibles. Il n’y a qu’à voir Johnny Deep dans le rôle de Jack Sparrow : aucune femme ne vous dira que ses yeux soulignés au khôl le rendent moins viril, bien au contraire !

3.jpg
Johnny Deep maquillé dans le rôle de Jack Sparrow pour Pirates des Caraïbes

Cela fait des dizaines d’années qu’en Corée du Sud les produits de beauté « pour lui » sont très répandus et on note notamment leur attrait pour :

  • les crèmes teintées type BB crème et bases de fonds de teint
  • les crèmes hydratantes
  • les soins matifiant
  • les anticernes
  • les poudres bronzantes matifiant
  • les baumes à lèvres mat et gras

En bref, des produits pour gommer les imperfections de manière discrète voire quasi-invisible !

Pourquoi ce retour du maquillage pour homme 2.0 ?

On ne vous l’apprend pas : notre société met de plus en plus en avant l’apparence physique. Des études ont montré que nous sommes davantage attirés par des visages au teint uniforme.

Si les femmes se sont déjà accoutumées à cela, de plus en plus d’hommes ressentent à leur tour le besoin de mieux maîtriser leur image et de s’affirmer. Ils souhaitent avoir accès aux instituts de beauté dédiés aux hommes et prendre soin d’eux avec des maquillages généralement discrets et élégants pour booster leur confiance en eux !

D’autant plus que la nouvelle génération Millenial bouscule les codes en souhaitant, non plus se définir par son genre, mais bien en tant qu’individu unique et non binaire. Eh oui, les stéréotypes selon les sexes, c’est hasbeen !

Un nouveau marché prisé par les marques

Selon une étude du cabinet Reportlinker, le secteur de la beauté masculine est en forte croissance : le marché mondial des cosmétiques pour hommes serait établi aujourd’hui à 38,5 milliards d’euros et devrait avoisiner les 50 milliards d’ici 2026 !

Il y a quelques années, Jean Paul Gaultier avait lancé « Le Mâle Tout Beau Tout Propre » : une collection incluant crème hydratante effet illuminateur, poudre bronzante, vernis à ongles, gloss, eye-liner, brosse à sourcils et anticernes ! Des applicateurs noirs et virils étaient fournis pour rassurer les acheteurs. Mais alors que le terme « métrosexuel » venait d’émerger, la gamme disparut rapidement, tandis que Giorgio Armani mettait à la vente des soins appelés « Lui ».

Certains ont tout de même suivi la tendance comme Alex Dalley, proposant du maquillage pour homme avec sa marque en ligne MMUK, sans compter la naissance des marques unisexe telles que Make Up For Ever, M.A.C et enfin Nars.

Mais depuis, des marques plus luxueuses ont pris le relais : Tom Ford a créé la collection Tom Ford for Men de 9 produits de maquillage masculin alors que Marc Jacobs a lancé une collaboration avec Sephora signée « Boy Tested, Girl Approved ».

Plus récemment, c’est la Maison Chanel qui a lancé la gamme Boy Makeup. La ligne, accompagnée de tutos vidéo, n’est disponible qu’en Corée du Sud pour le moment mais il est possible de se la procurer sur Internet. En ce début d’année 2019, la grande enseigne devrait commencer à la commercialiser dans les boutiques françaises.

4.jpg
Collection maquillage masculine Boy de Chanel

Quelques Beauty Boys à suivre sans attendre !

Enfin, voici notre sélection des Beauty Boys les plus inspirants ! Ne vous y méprenez pas, les hommes, mais aussi les femmes peuvent profiter de leurs conseils beauté et surtout make-up…

  • Jefreestar

Précurseur parmi les Beauty Boys et détenteur d’une dizaine d’années d’expérience, cet influenceur un peu extravagant aux cheveux multicolores et faux ongles, anime aujourd’hui des masterclass de maquillage et même lancé sa propre marque de cosmétiques vegan non testés sur les animaux. A noter : pour la mise en beauté de vos sourcils, ne comptez cependant pas sur son aide.

  • James Charles

Avec ses 14 millions de followers, cet influenceur est une star chez les Beauty Boys ! En 2016, il a été propulsé sous les projecteurs en devenant ambassadeur masculin de la marque de cosmétiques américaine CoverGirl ! Dans une interview, il avait déclaré :

« […] J’espère vraiment que cela démontre que tout le monde peut porter du maquillage et peut faire n’importe quoi si vous travaillez dur ».

La marque avait totalement assumé ce choix peu conventionnel :

«Tous nos modèles CoverGirls sont des briseurs de limites, qui n’ont pas peur de s’exprimer, de se tenir debout pour ce en quoi ils croient, et de redéfinir la notion de beauté».

Depuis, il a lancé sa propre palette de 39 fards à paupières !

  • Manny Gutierrez

Ce Beauty Boy a eu la chance de devenir égérie pour Maybelline. Sans en dire plus, je vous laisse découvrir ses maquillages époustouflants !

  • Jake Wardern

Eh non, vous ne rêvez pas ! Il s’agit bien d’un homme et qui, visiblement, sait manier le pinceau comme personne !

View this post on Instagram

I’m so wet right now 💦 hehe

A post shared by Jake Warden (@jakewarden) on

  • Richaard2609

Célèbre Youtubeur, Richard est aussi maquilleur professionnel chez Sephora ! Sortez votre highlighter : il va vous apprendre à mettre votre teint en valeur !

  • Kam Hugh

Dans un genre un peu plus Drag Queen, voici le roi des tutos excentriques. Admirez tout de son art !

  • Beautyction

Jordan, Make-Up Artist français, va vous apprendre à conjuguer masculinité et maquillage !

View this post on Instagram

Ma nouvelle vidéo 🎥 est en ligne mes chatons 🐱 et je vous ai mis le lien dans ma bio !! 😁 Comme ça faisait un petit moment que je n’avais plus réalisé de vidéo makeup 💄sur moi même, je me suis dit que ça ne ferait pas de mal de reprendre un petit peu tout ça 😏 Du coup, je vous ai filmé ce petit tuto avec la nouvelle palette « Lolita » de @thekatvond que j’aime juste fort d’amour 😍 J’espère tellement qu’elle va vous plaire et que vous allez foncer la voir hihi (dans l’autre sens c’est mieux 😂) Tout plein de bisous !! 😘♥️ ——— Produits utilisés : Teint/skin : – @hourglasscosmetics Base Minérale – @givenchybeauty Matissime Velvet – @makeupforeverofficial Concealer Ultra HD – @narsissist Radiant creamy Concealer – @byterryofficial Hyaluronic Powder – @tartecosmetics Do Not Disturb – @givenchybeauty Shimmery Pink – @benefitfrance Hoola ——— Sourcils/Brows – @benefitfrance Brow Contour Pro ——— Yeux/Eyes : – @makeupforeverofficial Concealer Ultra HD – @thekatvond Lolita Palette – @tartecosmetics Tarteist Pro Remix – @shiseido Rose Pagoda – @benefitfrance Roller Lash – @shiseido Imperial Lash – @hudabeauty Farah ——— Bouche/Lips : – @narsissist Walkyrie – @toofaced Birthday Suit – @toofaced Gloss Show me your coconuts ——— @sephorafrance ——— #makeup #makeupaddicts #makeuplovers #makeupjunkies #kvd #maquillage #beautyction #dressyourface #makeuplook #eyemakeup #eyemakeuplook #darkmakeup #picoftoday #picoftheweek #perfectskin #glow #beautyboy #makeuphasnogender

A post shared by Jordan 🇫🇷 (@beautyction) on

Pour terminer, voici deux sites d’astuces beauté et maquillage pour homme afin que vous trouviez votre bonheur :

  1. https://maquillage-pour-hommes.com/
  2. https://www.commeuncamion.com/2014/02/02/le-maquillage-pour-homme/

Le mot de la fin : Boy Power !

_By Solène D.

à la Une

Zoom Fashion Week Paris : Qu’est-ce-que la « Haute Couture » ?

          Cette semaine s’est déroulée la Fashion Week Printemps-Été 2019 de Paris, après celles de New York, Londres, puis Milan. À Paris, capitale de mode, la semaine de la mode a un statut particulier puisque c’est la seule ville accueillant, en plus des habituels défilés de prêt-à-porter, des défilés de « Haute Couture ».

Quelle est la différence entre prêt-à-porter et Haute Couture ? En quoi celle-ci est-elle un domaine aussi unique que privilégié au sein du monde de la mode ? C’est ce que l’on vous propose de découvrir dans cet article.

Née en France, l’appellation « Haute Couture » a été créée en 1945. Elle permet de distinguer les créations « couture » des collections « prêt-à-porter » destinées à la commercialisation.

Protégée par la loi et accordée par décision du ministre de l’industrie, le label « Haute Couture » ne s’acquiert qu’à condition de remplir certains pré-requis, dont les suivants :

  • Les créations doivent être réalisées à la main, dans des ateliers de la maison de couture composés de vingt personnes minimum.
  • Les maisons de Haute Couture doivent défiler deux fois par an et proposer au minimum vingt-cinq modèles à chaque passage.
  • Elles doivent être inscrites dans le calendrier officiel des collections couture depuis au moins quatre ans et être parrainées par une autre maison.

En effet, la Haute Couture est un véritable symbole du luxe à la Française et son exercice suppose un travail extrêmement minutieux, fastidieux, hérité d’un savoir-faire ancestral que chaque maison cultive.

De ce fait, c’est une activité qui coûte énormément d’argent à ces maisons ; comme l’indiquait Jean-Jacques Picart, co-fondateur de la maison Christian Lacroix (dont l’activité Haute Couture a cessé en 2009),

« Aucune haute couture n’est rentable. Dans le meilleur des cas, on arrive à l’équilibre sur certaines saisons ».

En effet, le prix des modèles Haute Couture atteint facilement la centaine de milliers d’euros, ce qui réduit considérablement la clientèle potentielle. Alors qu’il existait 106 maisons de haute couture en 1946, elles ne sont aujourd’hui plus que 16.

Il s’agit-là des maisons possédant un statut de membre permanent ; mais on compte également les membres « correspondants » (maisons étrangères) et les membres « invités » (jeunes créateurs disposant du terme « couture » et non de l’appellation protégée « Haute Couture »). On peut ajouter à ces catégories établies par la Fédération de la Haute Couture, le calendrier « Off » de la Fashion Week, où figurent en parallèle d’autres maisons de « couture », ce qui leur permet de bénéficier de l’exposition des grands couturiers, et peut-être, à terme, de devenir « membres invités ».

Cette année, l’un des événements marquants de la Paris Fashion Week fut le retour de Balmain, parmi les « membres invités » du calendrier Haute Couture de Janvier 2019. Après dix-sept ans d’absence, la maison revient dans le monde de la Haute Couture sous la direction artistique d’Olivier Rousteing, comme le raconte cet article de Vogue.

Toutes ces maisons exposent leurs créations lors de la Paris Fashion Week, faisant de celle-ci la plus prestigieuse parmi les « Big Four » (avec New York, Londres, et Milan).

Vous pourrez voir sur ce site la liste complète des maisons défilant au calendrier Haute Couture de Janvier 2019, selon leur catégorie.

Des pièces d’exception :

1
Robe pantalon signée Chanel, en organza brodé de galons argentés « effet miroirs cassés », de bijoux cristal et de feuilles d’argent découpées puis appliquées à l’aiguille a nécessité 12 200 pierres, cristaux et perles, ainsi que 1000 heures de travail.
2
Robe de mariée Elie Saab dont la longueur de la traîne est de 3 mètres et a nécessité 75 mètres de tulle. Pour la confectionner, 18 brodeuses et couturiers ont travaillé dur.

En tant que véritables œuvres d’art, les pièces de Haute Couture ne sont pas nécessairement destinées à être portées par vous et moi ;

Selon les mots de Christian Lacroix, »la Haute Couture doit être insensée, drôle, et presque importable ».

Le savoir-faire qu’elles nécessitent est transmis par des artisans d’excellence tels que les ateliers de Broderie Lesage, ou encore le plumassier Lemarié.

Cette inaccessibilité participe aussi au prestige de la Haute Couture, qui se veut avant tout, d’être la pure expression du génie artistique des couturiers.

Donatella Versace disait à ce propos : « lorsque je fais de la Haute couture, il n’y a aucune barrière, aucune limite, […], je peux travailler en totale liberté, puisqu’il n’y a aucune contrainte ».

Mais en tant qu’entreprises à succès, comment expliquer que les maisons maintiennent leurs activités de Haute Couture si celles-ci ne sont pas rentables ?

Simplement parce que la Haute Couture, à défaut de se vendre elle-même, permet de vendre du rêve. En effet, malgré son caractère sélect et exclusif, elle continue de fasciner le plus grand nombre, et sert ainsi de vitrine pour diffuser l’image de marque des maisons, qui en bénéficient donc pour vendre leurs autres produits, qu’il s’agisse de prêt-à-porter, d’accessoires ou de parfums.

Bernard Arnaud, patron de LVMH, le dit lui-même lorsqu’il est interrogé par le Telegraph :  » La Haute Couture est au cœur même de la définition du luxe. L’argent qu’on y perd, on le retrouve finalement dans l’image de marque que nous confère la Couture. »

De plus, la Haute Couture est aussi un secteur à part entière qui recrute des nombreux artisans et son maintien permet à ces personnes de survivre financièrement, mais également de faire survivre le patrimoine culturel que représente la Haute Couture en France.

_By Fatou & Noa (Membre d’AVG)

à la Une

Slow Fashion : un possible retour vers la mode 1.0 ?

          C’est en me réappropriant un vieux Leica des années 50 qu’une certaine controverse me prit de court : comment cet appareil photo peut-il capturer une image photographique sans batterie, sans électricité ? Une optique, une pellicule, quelques engrenages mécaniques, une fraction de seconde et me voici avec un cliché produit par une machine dépendante seulement de l’action humaine.

Il peut sembler quelque peu incongru de penser ainsi, mais bon nombre de nos récentes innovations technologiques ne dépendent-elles pas de l’électricité ?  La réflexion actuelle du design industriel apparaît entretenir un mode de vie énergivore, au détriment de son but premier : un aspect pratique et fiable au service des consommateurs, axé sur le long terme.

Malheureusement, l’industrie du textile ne fait pas exception à cette perspective, notamment à l’heure de la fast fashion, apparue dans les années 90, qui produit toujours plus et toujours moins cher. Il suffit de recenser le nombre de vêtements faisant office de figurants dans notre placard ou de compter chaque mois les différentes collections proposées par certaines grandes chaînes (ZARA, H&M, etc.) pour appréhender les limites de cette surconsommation vestimentaire.

En effet, la mode produit plus de 80 milliards de vêtement chaque année, consomme près de 4% des réserves d’eau potable disponibles et émettrait près de 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre, ce qui en fait la 3ème industrie la plus polluante au monde après la culture de blé. Si aujourd’hui, le vêtement n’a jamais été aussi accessible c’est au détriment d’une politique réfléchie que ce soit sous un angle environnemental, socio-économique ou artistique.

1
Anti-Fashion : A Manifesto for the next decades ; Lidewij Edelkoort (2014)

« La mode est morte, vive le vêtement »

Pointant les limites d’une industrie verrouillée, la styliste Lidewij Edelkoort tire la sonnette d’alarme : il faut reconsidérer le système dans sa globalité, de la relation entre le créateur et le producteur, jusqu’au consommateur final.

Son manifeste fait office de porte-étendard d’une vision plus juste de la mode et d’un rééquilibrage des différents acteurs sur la chaîne de valeur. Les dix points abordés par le manifeste sont sans appel : nous sommes passés d’une mode où le vêtement était réfléchi pour le consommateur, à l’ère de la fast fashion, où c’est à nous de donner forme au vêtement.

Ainsi, le collectif Anti-Fashion, qui depuis 2015 prend place en juin à Marseille, ne milite non pas pour une révolution de la mode mais pour son évolution. Dès lors, il en ressort plusieurs axes d’études possibles dont :

  • développer une mode responsable
  • renouer avec le dialogue artistique des couturiers essoufflés par le rythme excessif qu’impose la fast fashion
  • se rendre disponible aux innovations, notamment à celles du domaine de la biotech

La mode responsable : OVNI de l’industrie du textile

          En 2013, à travers l’affaire du Rana Plaza, c’est sans une certaine once de mauvaise foi que les consommateurs découvrent la dure réalité des conditions de travail des ouvriers du textile travaillant pour des enseignes telles que Mango ou Benetton. L’industrie du textile se doit de mettre l’accent sur le concept d’une économie circulaire à savoir : récupération, réparation et recyclage des vêtements produits.

C’est ainsi que se lancent des mouvements tels que « Who Made My Clothes ? » où près de deux millions de consommateurs à travers le monde prennent une photo de leur étiquette et interrogeant les marques sur les réseaux sociaux à propos du processus de fabrication de leur vêtement. Malgré ces initiatives, la mode responsable ne représente seulement que 5% des ventes mondiales et selon la fondation « Make Fashion Circular », seul 1% des vêtements produits dans les grandes enseignes sont recyclés.

2
« Who Made My Clothes ? »

De nombreuses marques telles que Patagonia ou Veja tendent à ne pas délaisser l’engagement au détriment du design. Ainsi, c’est l’ensemble du processus de fabrication et de distribution des richesses qui est reconsidéré : Veja a fait le choix à l’ère de l’internet d’un produit « brick and mortar », mettant de côté la communication liée à la distribution des sneakers.

3.jpg
Fabrication d’une basket Veja

Cette politique de la marque Française prend à contre-courant le découpage budgétaire nécessaire à la production d’une sneaker. En effet, si on se penche sur le schéma du collectif Ethique-sur-étique ci-dessous, on remarque une inégale répartition de la richesse produite vis-à-vis de la main d’œuvre et une importante part liée aux coûts publicitaires : il n’y a aucune proportionnalité entre le prix de vente d’une basket et le salaire d’un ouvrier textile.

Ainsi, si les matériaux écologiques utilisés pour produire une sneaker Veja sont plus coûteux que ceux de la concurrence, la marque arrive à se positionner sur le marché en coupant court à son budget publicité. Centre Commercial, à Paris, propose un catalogue varié de marques alliant éco-responsabilité et tendance.

4

On comprend donc que la mode responsable remet en question la conception de l’abondance et la recherche perpétuelle de nouveauté du consommateur : il s’agit avant tout de réaliser des produits intemporels, respectant une démarche éthique et respectueuse de l’environnement. En bref, achetez moins mais achetez mieux.

Le renouveau du dialogue artistique entre le vêtement et la mode

              A l’ère de la fast fashion, s’il n’a jamais été aussi peu cher de produire un vêtement, le constat est amer : on achète près de 60% plus de vêtements qu’il y a 15 ans mais ils durent deux fois moins longtemps, selon l’ADEME (l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Dès lors, la styliste Lidewij Edelkoort pointe du doigt cette course aux faibles coûts de production : une robe à 5 € implique nécessairement des moyens de production poussés à l’extrême et ternit également la valeur de la mode. Ainsi, c’est notre rapport au vêtement qui a complètement été bousculé : c’est à nous de nous habituer aux formes du vêtement et non le vêtement à nos formes.

5.jpg
Troisième rencontre Anti-Fashion à Marseille (2018)

Le rythme incessant des collections bouscule également le rythme créatif de la haute couture. Ainsi, de nombreux créateurs voient leurs créations adaptées en boutique avant qu’ils n’aient le temps de les livrer à leur clientèle. De fait, ce n’est plus la création vestimentaire qui est au cœur de la mode mais le continuel renouvellement de l’offre.

Ces rythmes allant de 16 collections par an font de l’ambassadeur d’une maison non plus un créateur mais un véritable manager. Or, le vêtement a une place prépondérante dans l’histoire du design et de l’art en ce qu’il est également un vecteur de questions sociétales, de par les visions singulières des stylistes qui le façonnent. Il suffit de penser au travail de Jean Paul Gautier dans les années 80 sur les questions de genre ou au minimalisme japonais orchestré par Rei Kawakubo, fondatrice de la marque Comme des Garçons, pour se rendre compte de l’héritage qu’a apporté le vêtement dans nos mœurs actuelles.

Dans une autre mesure, en réaction à la crise créatrice de certaines grandes maisons de coutures, certaines tendances, telles que le Normcore, n’hésitent pas à dévitaliser la fashion en assumant une certaine absence de look : le style se veut neutre, indistinguable de la norme.

Ainsi, émerge une phase de couture conceptuelle, qui tend à assumer la laideur et bouscule les codes de la fashion. Ce phénomène de déconstruction du vêtement a été entrepris par Martin Margiela dans les années 90 puis repris par son ancien élève et directeur artistique de Balenciaga, Demna Gvasalia, à travers la marque énigmatique Vêtement.

6
Le déconstructivisme du vêtement par Martin Margiela

Dès lors, les volumes et assemblages des fripes sont retravaillés avec un savoir-faire couture, remettant au centre des projecteurs, non plus la mode, mais le vêtement en tant que tel. Vêtement pousse la rupture anti-fashion à son comble, avec le célèbre détournement du tee-shirt DHL, vendu à un prix couture.

7.jpg
Le tee shirt DHL réalisé par Demna Gvasalia

Est-ce une critique du secteur de la haute-couture ? Une reprise de codes ouvriers existants à l’image de la marinière ? Simple geste d’art contemporain ? À quand le partenariat avec La Poste ? Sans doute une synthèse de ces possibilités, le fil conducteur de la création dans la mode tend aujourd’hui à reprendre un code existant en le détournant.

Biomimétisme et biotech : de nouvelles perspectives pour le vêtement

              A travers des recherches s’inspirant du biomimétisme, processus d’innovation s’inspirant des propriétés et fonctions du vivant, la biotech offre de nouvelles perspectives de création pour le vêtement moderne. Ainsi, le mouvement de la fashion tech n’hésite pas à utiliser de la matière végétale (des algues par exemple) pour fabriquer ses vêtements. Dès lors, des entreprises telles que Bolth Thread ou Spiber se veulent pionnières en la matière qui, en reproduisant de la protéine d’araignée, fournissent une fibre artificielle aux marques cherchant à passer un cap dans l’élaboration de leur vêtement technique, telles The North Face.

8.jpg
Veste technique réalisée avec de la soie d’araignée artificielle encore à l’état de prototype

Cette soie artificielle, non polluante, est également utilisée dans la haute couture, notamment par Stella McCartney, qui en a conçu la première robe 100% en cette matière. Dans une autre mesure, la styliste Iris van Herpen, attirée par les formes organiques et les processus de transformation que l’on peut trouver dans la nature, n’hésite pas à expérimenter en utilisant des matières fabriquées à l’aide d’imprimantes 3D notamment dans sa collection Ludi Naturae.

9.jpg
Défilé de la collection Ludi Naturae

L’intérêt de l’impression en 3D est de remplacer à terme la matière synthétique par la biotech et développer « l’open source », c’est-à-dire l’échange de patrons/plans de design de vêtement entre styliste, chose courante en design industriel.

Enfin, il convient également de mentionner que l’impression 3D permet un sur-mesure presque instantané pour le client. En partenariat avec les designers de l’entreprise américaine Carbon qui ont scanné les pieds d’athlètes, Adidas a lancé sa chaussure Alphaedge 4D dont la semelle a été imprimée en 3D. Ainsi, la marque allemande prévoit par la suite de scanner les pieds des clients en magasin pour leur offrir une semelle entièrement adaptée à leur morphologie.

10.jpg
Adidas Alphaedge 4d

En attendant cet avenir plus ou moins réalisable, la mode se réinvente. Elle challenge actuellement les codes existants et adopte une position plus responsable et transparente. Certaines tendances consistant à donner un nouveau souffle au vêtement telles que « l’upcycling » ou encore le « Free troc party » (vide dressing qui se veut gratuit) témoignent d’une certaine prise de conscience des consommateurs, ce qui  permet au marché de s’insérer dans une économie du partage. Selon Lidewij Edelkoort, il faut mettre l’accent sur la compréhension d’un monde en mutation dans la formation des futurs stylistes, tout en mettant en avant les jeunes talents.

La slow fashion n’est donc pas nécessairement incompatible avec le fait de jouer avec les codes que racontent les vêtements ou la possibilité de se faire plaisir en changeant de garde-robe. C’est aussi une question d’éducation du consommateur et de prise de conscience des grandes enseignes. La crise actuelle que rencontre la mode est en fin de compte propice à son évolution vers non pas une mode 1.0, mais bien vers une mode novatrice et consciente de son environnement.

_By Quentin Gd

 

à la Une

Incorporer les huiles végétales dans sa routine visage !

          Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour un article dédié aux huiles végétales. Ce sont des alliées indispensables pour la bonne santé de votre peau, surtout en ces températures hivernales qui s’approchent de 0°C.

Souvent négligées, les huiles peuvent s’avérer être un vrai plus pour votre peau grâce aux lipides dont elles sont constituées à 100 %. Beaucoup ont tendance à les fuir, du moins sur le visage, de peur de luire comme une boule à facette et c’est une erreur, surtout pour les peaux grasses !

huile-nettoyante-visage-tendances-beauté-femme-noix-coco-olives-huiles-essentielles

Comment sont obtenues les huiles végétales ?

Tout d’abord, il faut bien faire la distinction entre huiles végétales et huiles essentielles. En effet, les huiles végétales sont extraites de plantes oléagineuses, c’est-à-dire de plantes qui produisent des noix (coco ou argan) ou alors, dans le péricarpe de certains fruits (comme l’avocat).

On reconnaît une huile de qualité au fait qu’elle soit issue d’une première pression dite à froid, c’est-à-dire que le noyau ou la noix n’aura pas été chauffé afin de faciliter le processus d’extraction de l’huile. Ainsi, vous pourrez être sûr que votre huile gardera toutes ses propriétés et principes actifs. Cela est également valable pour les huiles que vous consommez dans votre cuisine. L’extraction à froid se fait grâce à un procédé de pressage physique.

Il existe aussi un procédé de pression à chaud, généralement réalisé grâce à des machines industrielles afin de maximiser la production d’huile. Des solvants y sont parfois ajoutés donc faîtes attention car l’huile en sera forcément de qualité plus médiocre !

Les huiles essentielles, elles, sont issues de plantes aromatiques (donc qui ne produisent pas de noyaux) et sont localisées dans les tiges ou les feuilles de la plante. Ici, le processus d’extraction à froid est tout aussi important, voire indispensable.

lhuile-davocat-fait-elle-maigrir--702x336

Pourquoi les incorporer dans sa routine beauté ?

Comme évoqué en introduction, beaucoup de personnes ont tendance à fuir les huiles mais sachez que chaque type de peau peut trouver une huile qui lui correspond. Vous le savez peut-être déjà, l’huile et l’eau sont deux liquides non miscibles, c’est-à-dire qu’ils ne se mélangent pas (coucou les cours de physique-chimie de 4e).

On évoque souvent l’hydratation de la peau en délaissant le coté nutritif, que les huiles apportent. Elles renforcent pourtant votre film hydrolipidique et empêche ainsi à l’eau que vous avez apportée grâce à la crème de s’évaporer. Dans l’idéal, crème et huile s’utilisent donc en complément l’une de l’autre mais vous pouvez aussi utiliser une huile comme crème de jour. L’huile de nigelle ou de jojoba par exemple, se prêtent parfaitement à cette utilisation. On parle alors d’huiles émollientes. Utilisées en synergie avec certaines huiles essentielles ou d’autres huiles végétales, certaines huiles peuvent même multiplier leurs bienfaits. Enfin, les huiles ont une fonction ré-équilibrante du sébum.

Une routine parfaite hydratante simple et efficace peut-être composée de gel d’aloé vera (à poser en premier) suivit d’une couche d’huile végétale de votre choix. En cas de soucis d’acné par exemple, vous pouvez verser une petite goutte d’huile essentielle de Tea Tree  ou de lavande à votre huile et voilà, une peau souple et hydratée pour la journée !

Rosehip_Packshot_Colour_Balance_1_large.png

Choisir son huile en fonction de son type de peau

Pour choisir une huile adaptée à votre visage vous avez besoin de savoir deux choses ; votre type de peau et les problématiques que vous souhaitez cibler.

Voici les recommandations généralement faîtes en fonction de votre type de peau :

  • Peau normale : jojoba (la composition de cette huile est celle qui se rapproche le plus du sébum produit par notre peau)
  • Peau grasse à mixte : jojoba, noisette ou macadamia
  • Peau sèche : argan, tournesol, amande douce ou germe de blé
  • Peau mature (on ne sait jamais, vous pourriez avoir besoin de faire un cadeau) : rose musquée (ultra efficace sur les tâches), onagre, argan et bourrache.

Les problématiques de peaux les plus communes sont les suivantes :

  • Peau sensible : argan, calendula, jojoba ou macadamia.
  • Acnés/points noirs : jojoba (la plus neutre), nigelle, noisette, calophylle et neem. J’ai une préférence personnelle pour l’huile de neem que je trouve redoutablement efficace. Ceci est dû notamment à ses propriétés antiseptique, antifongique et anti-inflammatoire. Elle est adoucissante et hydratante mais malheureusement ne sent pas bon du tout !
  • Teint terne : carotte (qui donne un bel effet bonne mine), buriti ou noyaux d’abricot.

uploded_stock-image-53411553-1497688227.jpg

Je me dois toutefois de vous avertir qu’il est important d’avoir connaissance de votre type de peau car certaines huiles se trouvent être comédogènes (obstrue les pores et créé des comédons). Par exemple, je ne vous recommande pas l’huile de coco sur le visage qui est réputée pour être très comédogène.

A privilégier pour une utilisation dans les cheveux ou le corps : elle est parfaite pour cela. Un indice de comédogénicité est établi afin d’avoir une meilleur visibilité sur les huiles qui nous sont adaptées. Cet indicateur va de 0 à 5 : 0= pas du tout comédogène et 5= très comédogène.

  • 0 : Jojoba, argan, avocat, baobab, camélia, noisette, son de riz
  • 1 : Carthame, grenade, neem, onagre, sésame, chaulmogra
  • 2 : Abricot, argousier, macadamia, calophylle
  • 3 : Coton, rose musquée, cacao,
  • 4 : Lin, coco
  • 5 : germe de blé

Une autre utilisation très en vogue des huiles en ce moment est celle du démaquillage à l’huile. En cosmétique, on dit que le gras attire le gras, donc concrètement, l’huile vous aidera à piéger votre fond de teint lors du démaquillage en le faisant fondre si vous en portez par exemple. Il vous suffira ensuite de procéder à un second nettoyage avec un nettoyant classique de votre choix. C’est ce que l’on appelle le double-cleansing, très efficace et utilisé depuis des années chez nos consœurs et confrères asiatiques !

Je vous joins cette vidéo courte et explicative :

Ou trouver des huiles végétales de qualité ?

La plupart des huiles dont je vous ai parlées, si ce n’est toutes, sont disponibles sur le site d’Aroma-Zone :

Il existe aussi le site de la Compagnie des Sens qui offre des huiles de première qualité :

Si vous préférez directement vous déplacer, allez en parapharmacie et choisissez des huiles certifiées Bio. Melvita en fait de très bonnes !

Enfin, la marque WAAM Cosmetics. Vous y trouverez des huiles de très bonne qualité comparable à celle de la Compagnie des Sens et d’autres produits naturels (eaux florales, beurres corporels, sels, argiles etc.) :

A bientôt les beautés !

_By Chiddi M.

à la Une

À Grenoble, Lyon ou Paris, il y a toujours du temps pour un brunch !

          Toi aussi tu la connais cette envie absolument vitale de manger pour presque deux dès le réveil ?

Souvent c’est au lendemain d’une grosse et mémorable soirée. Ou bien parce que tu t’es couché(e) à 19H la veille. Ou parce que tu t’es réservé(e) pour LE Brunch du mois ! C’est sympa, c’est fancy, chic et ça te permet d’alimenter ton compte Instagram avec un nombre de hashtag tellement important que lire cet article sera plus court que de tous les écrire.

                  En tant qu’étudiant(e) qui se respecte, tu ne prends sûrement jamais le temps de profiter d’un vrai petit déjeuner, n’est-ce pas ? C’est plutôt un croissant rapide à la cafétéria de l’École avec un café court, le tout que tu dégustes ensuite en cours, bouchée par bouchée quand le prof a le dos tourné ou qu’il explique le cours à quelqu’un qui n’a encore rien suivi. Bref, rien d’agréable ni d’efficace puisque généralement, quand sonne la pause, tu as encore faim. Il faut bien, à un moment donné, que tu te restaures comme il se doit. Et quoi de mieux qu’un Brunch pour se retrouver entre amis, parler ensemble, refaire le monde, avant d’entamer une nouvelle, dure et agaçante semaine ! Tu l’auras compris, le Brunch est idéal pour te remplir la panse tout en te vidant la tête.

Avant-Garde a repéré pour toi quelques endroits sympathiques à Grenoble, Lyon et Paris pour tes matins du week-end ! Alors partage vite cet article sur tes groupes de conversation Facebook avec tes amis, ta famille ou qui tu veux ! N’aies pas peur…même s’il te fera saliver, cet article ne te fera pas prendre un kilo !

GRENOBLE 

fontaine-magic011-72dpi

Magic Candy Bar : on a sûrement tous déjà mangé un bon Burger – frites là-bas, un samedi soir. Mais si nous allions y bruncher ?

Un samedi ou un dimanche (ou encore lors d’un jour férié), afin de faire une réelle pause entre deux semaines plus ou moins intenses, pénibles, longues…

 

Dans une ambiance chaleureuse et animée, vous serez délicieusement surpris par tout ce que vous propose ce restaurant du Cours Jean Jaurès ; pour 20,90€ vous serez absolument rassasiés tant la formule est complète ! L’endroit est idéal pour vous y rendre entre amis, en famille ou en couple ! (si vous avez oublié son anniversaire, cela vous fait une jolie et économique solution de replis…)

Les assiettes sont très copieuses, prévoyez ainsi d’avoir faim ! Un lendemain de soirée semble être l’excuse idéale, non… ?

À savoir : il faut réserver avant ! Pour cela, trois services vous seront proposés : entre 10H et 10H30, entre 12H30 et 13H et entre 14H30 et 15H. Nous vous conseillons de réserver la veille, même si certains chanceux obtiennent une table en appelant trente minutes avant.

https://magiccandybar.fr/restaurant/brunch-grenoble/

Prix : la formule Brunch est comprise entre 20,90€ et 25,90€.

Lieu : 23 avenue Alsace-Lorraine – 38000 Grenoble. Ligne A ou B du Tramway, arrêt Alsace-Lorraine.

h2

Les Fils à Maman : dans une ambiance style super-héros un peu rétro, ce restaurant très « cosy » vous accueille tous les dimanches pour un brunch qualitatif à base, d’œufs et de pommes de terre afin d’être sûrs que vous n’aurez plus faim en sortant !

Les Fils à Maman proposent également leur propre pâte à tartiner…et la légende raconte que, non seulement elle est comprise dans la formule, mais en plus que vous pouvez repartir avec le pot si vous ne l’avez pas terminé…

À savoir : il s’agit d’une chaîne de restaurants que vous retrouverez notamment à Lyon et à Paris ! Elle n’est pas belle la vie ?

https://www.lesfilsamaman.com/grenoble/carte/

Prix : la formule Brunch est à 24€.

Lieu : 2 rue Saint-Hugues – 38000 Grenoble. Ligne B du Tramway, arrêt Sainte-Claire les Halles ou Notre-Dame Musée.

LYON

1b-couve_dsc3122

Pimprenelle : le lieu est très distingué, aux couleurs vives et bleues. Idéal pour une pause à la fin de la semaine si l’on veut se retrouver au calme et se rappeler la mer du mois de Juillet.

Tous les dimanches, le restaurant vous propose son brunch délicieux et fort copieux ! Les produits sont frais et les fruits et légumes proviennent du marché du jour. Laissez-vous tenter…

https://www.restaurant-pimprenelle.com/

Prix : la formule Brunch est à 28€.

Lieu : 13 rue des Quatre Chapeaux – 69002 Lyon. Ligne A du métro, arrêt Les Cordeliers.

730_4

Grand Café de la Préfecture : envie d’un brunch britannique ? Laissez-vous surprendre par cette formule composée d’ingrédients typiquement anglais qui ne pourront que faire du bien à votre palais ! La formule est un peu plus chère que dans les autres restaurants proposés mais elle est très fournie, si bien qu’à la simple lecture du menu, on se dit qu’il faut peut-être entamer une grève de la faim sur deux jours avant de s’y rendre… L’endroit est très chaleureux et très bien situé, de quoi réserver tout de suite, sur le champ !

À savoir : réservation conseillée, deux services sont proposés. L’un dès 11H, l’autre à 13H15.

http://www.grandcafeprefecture.fr/brunch/

Prix : la formule Brunch est à 30€.

Lieu : 10 rue Servient – 69003 Lyon. Ligne 1 du Tramway, arrêt Liberté ou Saxe Préfecture.

PARIS

paris 1

Les Bariolés de Maud : désolée de vous décevoir mais il ne s’agit en rien de mon restaurant ! Au-delà d’un nom qui claque, ce restaurant situé au cœur du neuvième arrondissement vous propose un « brunch de bariolés » tous les samedis et dimanches de 10H à 15H30. Les bariolés sont sous forme de petits triangles colorés et contiennent un succulent mélange d’ingrédients sucrés ou salés. Un peu de couleurs dans vos assiettes égaiera votre journée !

http://lesbariolesdemaud.fr/

Prix : la formule gourmande est à 25€.

Lieu : 12 rue Buffault – 75009 Paris. Ligne 7 du métro, arrêtLe Peletier ou Cadet.

5223_1

Gloria : chez Gloria, on vous proposera un brunch à tendance brésilienne ! Il se divisera en deux temps, afin de vous permettre d’apprécier chaque produit à sa juste valeur. Situé au pied du Sacré-Cœur, toute la cuisine de chez Gloria est faite maison et est servie dans une belle vaisselle en porcelaine. Les produits sont frais et adaptés à la saison ! D’abord,, on vous servira une boisson chaude puis vous seront proposés un verre de vin et un jus de fruit frais mixé.

Ensuite viendra la nourriture ; une belle assiette de mets sucrés pour commencer, avec des spécialités brésiliennes. Dans un deuxième temps vient le salé : de beaux et bons ingrédients, certains étant typiques, d’autres bien connus de vos habitudes alimentaires (à l’instar des œufs, toujours délicieusement cuisinés).

Prix : la formule est à 26€. Brunch servi tous les dimanches.

Lieu : 48 rue d’Orsel – 75018 Paris. Ligne 2 du métro, arrêt Anvers.

la-fable-brunch-by-nancy-rubin

The Bottle Shop : dans ce restaurant à l’ambiance anglo-saxonne, vous ne serez pas déçus du panel de produits qui vous seront proposés ! À la carte ou bien en menu vous trouverez forcément votre bonheur !

Le lieu est très sympathique et convivial, presque familial. Vous pourrez jouir de la « tasse sans fond ». Le principe ? Vous pouvez vous resservir une boisson chaude autant de fois que vous le désirez.

Les petits toast d’épinards ajoutent une touche de couleurs mais aussi de goût tant ils sont délicieux et fondants en bouche. Il y en a pour tous les goûts ; végétariens, vegans, amoureux de la viande…tout le monde sera comblé !

De plus, Jane Birkin adore cet endroit, alors si vous rêviez de la rencontrer…tentez votre chance ! Personnellement, j’étais à la table juste à côté…

Prix : la formule est à 19€. Brunch servi tous les dimanches.

Lieu : 5 rue Trousseau – 75011 Paris. Ligne 8 du métro, arrêt Ledru-Rollin.

Si jamais vous vous rendez dans l’un de ces beaux (et séduisants…) lieux, n’hésitez pas à nous envoyer une photo ! Je serais ravie de les faire apparaître dans un prochain article ! Ou alors tagguez-nous sur vos jolies photos Instagram…on les attend impatiemment !

_By Maud

à la Une

L’essor des mannequins virtuels

Connaissez-vous Shudu, plus connue sous le pseudonyme @shudu.gram sur Instagram ?

Suivie par plus de 150 000 personnes sur l’application, elle a posé pour des magazines tels que Vogue, Cosmopolitan, Women’s Wear Daily et est l’un des mannequins de la maison Balmain. Un top model comme il en existe de nombreux me direz-vous. Certes, à la différence près que Shudu n’existe pas. Ou pas réellement en tout cas, car elle a été créée grâce à un logiciel 3D qui lui donne une apparence plus vraie que nature.

Inspirée par la Barbie « Princess of South Africa », mais aussi par de célèbres mannequins telles que Iman ou encore Duckie Thot, ce mannequin noir est une modélisation numérique hyperréaliste de mannequin et possède son propre compte Instagram où de nombreux admirateurs ont eu du mal à croire qu’il ne s’agissait pas d’un humain tant la vraisemblance est troublante.

View this post on Instagram

🌸 . . #digitalart #3d #clo3D #daz3d #thediigitals

A post shared by Shudu (@shudu.gram) on

Le concepteur de Shudu, Cameron-James Wilson, est un photographe de mode londonien qui a ainsi créé la première agence de mannequins virtuels, The Diigitals, et décrit Shudu comme la « première supermodèle virtuelle ». En s’associant avec des entreprises comme Clo3D, qui conçoit des vêtements 3D hyperréalistes à partir de modèles existants, Wilson a fait de ses créations de véritables vitrines pour certaines marques, notamment grâce à leurs profils Instagram.

Shudu n’est qu’un exemple parmi plusieurs « influenceuses virtuelles » : toutes ont la particularité de déstabiliser leur public tant leur vraisemblance est troublante, et leur popularité sur les réseaux sociaux est une preuve de l’intérêt qu’elles suscitent. Il est d’autant plus intéressant de constater que ces mannequins virtuels, qui se prennent pour de vrais models se font connaître à travers Instagram, une plateforme où le faux semble remplacer le vrai, en poussant à exposer une version fantasmée de soi et de sa vie.

Mais cette nouveauté, qui lie la mode aux nouvelles technologies, suscite le débat car elle fait réfléchir sur certains aspects éthiques, économiques et environnementaux de l’industrie de la mode.

Mariage entre mode et technologie

Pour certaines marques, la création de Shudu et d’autres mannequins virtuels est l’opportunité de montrer qu’elles sont dans l’air du temps, et prennent également le tournant des nouvelles technologies, à leur manière. Ainsi, Olivier Rousteing, le célèbre directeur artistique de la maison Balmain, est l’ un des premiers dans le monde de la haute couture à s’être emparé de la tendance des mannequins virtuels. Il a récemment créé sa « Balmain Virtual Army » avec Shudu, Margot et Zhi, trois des mannequins virtuels conçus par Wilson.

Ce phénomène n’est pas complètement nouveau. Déjà en 2015, à l’occasion d’une campagne très inspirée par l’univers des animes, Nicolas Ghesquières, directeur artistique de chez Louis Vuitton, avait choisi comme égérie Lightning, un personnage aux cheveux roses issu du jeu vidéo Final Fantasy, conçu par Tetsuya Nomura.

Dans le même esprit, en juillet 2018, Gucci a choisi Erica, une humanoïde japonaise de 23 ans, dans le cadre d’une campagne de la marque en Chine.

Gucci Chine.jpg
Présentation d’Erica, dans le cadre d’une collaboration GQ x Gucci : https://www.gq-magazine.co.uk/article/gucci-performers-hiroshi-ishiguro

La campagne promotionnelle chinoise: https://mp.weixin.qq.com/s/2axxmYuBFBMwNUWe4dv0XQ

Les faux sont-ils l’avenir des vrais ?

Dès le début, le projet de Cameron-James Wilson n’a pas ravi tout le monde, et la création de Shudu a notamment fait polémique sur Twitter. En effet, certains accusent Cameron-James Wilson, un homme trentenaire blanc, d’utiliser l’image fantasmée d’une femme noire sans vraiment promouvoir les vraies femmes noires encore sous-représentées dans le milieu de la mode (chose que Naomi Campbell a longtemps dénoncé). Cet article du Huffington Post, ainsi que celui-ci du New Yorker décrivent et analysent plus précisément les causes de ce tollé sur les réseaux sociaux.

Néanmoins, le créateur s’est défendu de ces critiques en rappelant que Shudu n’était qu’une de ses créations en tant qu’artiste, et qu’à travers elle, ou encore Brenn (@brenn.gram sur Instagram), il promeut au contraire la diversité dans la mode.

Au-delà de cette polémique, on peut s’interroger plus largement sur l’avenir du mannequinat, notamment à l’ère du digital et de l’intelligence artificielle. Pour l’heure, à moins de considérer les mannequins comme de simples portants à vêtements au service des marques, on peut difficilement imaginer que les mannequins virtuels remplacent les vraies top models. Comme le montre le phénomène des « super-modèles », dont la popularité dépasse les podiums en les érigeant parfois au rang d’icône, l’aura des mannequins – et leur impact sur les marques pour lesquelles elles travaillent – est aussi fondée sur leur personnalité et parfois leur vie personnelle grâce aux réseaux sociaux.

Est-il possible de créer des mannequins virtuels qui ne soient pas de simples avatars, mais qui aient une véritable image et une personnalité propre ? C’est le pari que se sont lancés les créateurs de Miquela Sousa, connue sous le pseudo @lilmiquela sur Instagram, où elle possède plus de 1,5 million de followers. En effet, autour de Miquela, jeune mannequin virtuel de 19 ans vivant à Los Angeles, Trevor McFedries et Sara Decou, ses concepteurs, ont créé tout un univers afin de rendre l’illusion plus vraie que nature. Sur sa page Instagram désormais très suivie, Miquela pose pour des magazines et des marques tels que Interview Magazine, Notion Magazine, UGGou Opening Ceremony. Elle promeut des organismes défendant les causes qui lui sont chères, pose avec de véritables célébrités telles que Diplo ou Tracee Ellis Ross et s’est même lancée dans la musique avec ses titres « Hate Me »et « Not Mine », écoutés respectivement plus de 3 millions et 1,5 million de fois sur Spotify.

View this post on Instagram

Let’s skedaddle 🐎

A post shared by *~ MIQUELA ~* (@lilmiquela) on

Une mode virtuelle : la solution pour une mode plus durable ?

Qui dit mannequin dit vêtements, et les mannequins virtuels ne sont pas en reste. Les vêtements qu’ils portent sont également des reproductions 3D de modèles existants, et leur réalisme est l’œuvre d’entreprises comme Clo3d qui développent des vêtements en 3D au service des marques à des fins de création mais aussi pour éviter de produire des spécimens destinés à être exposés ou photographiés (pour le e-commerce par exemple). Ainsi, comme le soutient Amber Jae Slooten, la co-fondatrice et directrice artistique de The Fabricant(une « digital fashion house ») à l’occasion d’un panel sur le design 3D et la réalité virtuelle comme technologies durables, cette solution innovante est aussi un moyen de réduire les ressources consommées et les déchets produits par l’industrie de la mode, qui est la plus polluante au monde après celle du pétrole.

fabricant in motion fatou.jpgThe Fabricant – In Motion

Au vue de tous les questionnements qu’ils suscitent et des solutions qu’ils semblent apporter, les mannequins virtuels sont certainement plus qu’une simple mode et semblent avoir un avenir prometteur.

_By Fatou Gueye

 

à la Une

Quel style adopter pour les Fêtes de fin d’année ?

Noël est bien souvent le moment idéal pour sortir sa plus belle tenue, sa robe coup de cœur achetée sur un coup de tête mais que l’on n’a jamais osé porter (trop longue, trop scintillante, trop compliquée à porter). Mais à Noël, c’est comme au mois de mai : fais ce qu’il te plaît ! Pour être chic et classe il suffit parfois de peu. Viens découvrir les conseils d’Avant-Garde pour briller de mille feux durant les fêtes de fin d’année !

Tu hésites entre plusieurs looks ? Tu as peur de paraître trop sobre mais en même temps les tenues qui brillent ou qui sortent de l’ordinaire ce n’est pas pour toi ?

Déjà, ne panique plus. Pour les fêtes il faut également se sentir soi-même, être à l’aise dans ce que l’on porte. Vous n’êtes pas sans connaître la durée moyenne d’un repas de Noël en France… Si vous n’êtes pas à l’aise, ce ne sera pas un moment agréable à vivre alors que pour nombre d’entre nous, c’est le meilleur moment de l’année, celui que l’on attend tous avec grande impatience. Nous allons vous proposer quelques conseils…femmes, hommes, cet article est fait pour vous, laissez-vous guider…

Comment briller de mille feux à Noël ?

Osez le doré et l’argenté ! Si vous aimez en mettre plein la vue et que l’on vous remarque, ces couleurs sont faites pour vous. Il s’agit de surcroît de couleurs festives et chaleureuses ! Si vous êtes blond(e), nous vous conseillons de favoriser le doré ; en effet, si vous êtes une fille, la tenue que vous porterez s’inscrira dans la continuité de votre chevelure : ce sera absolument magnifique. Pour les hommes, le doré rappellera la couleur de vos cheveux et sublimera votre élégance.

Pour les personnes brunes, préférez l’argenté qui viendra marquer un réel contraste avec la couleur de vos cheveux. Tout est question d’harmonisation entre votre visage et votre tenue.

La tendance 2018 ? Le Lamé ! Il s’agit d’un tissu tissé ou tricoté avec des rubans minces de fibre métallique. Il est généralement argenté ou bien doré…ça tombe bien, en voilà des exemples !

Combinaison Lamé - Monki 40€
Combinaison Lamé – Monki 40€. Élégante et raffinée, cette superbe combinaison est idéale pour célébrer les fêtes de fin d’année. À ce prix-là, vous n’hésiterez plus !
Robe Lamé Other Stories
Robe de Fêtes & Other Stories – 129€. Chic et branché, de quoi faire comprendre que vous êtes la reine de la soirée ! https://www.stories.com/en_eur/clothing/dresses/product.metallic-satin-midi-dress-gold.0681055001.html
Jupe plissée Lamé Bershka
Jupe plissée Lamée Bershka – 35,99€. Vous serez scintillante dans une jupe pareille ! À marier avec un petit haut blanc pour un style rétro et noir pour un look un peu plus branché. https://www.bershka.com/fr/femme/collection/party-collection-%E2%AD%90/jupe-pliss%C3%A9e-midi-c1010193228p101545557.html?colorId=808

Néanmoins Mesdames, vous pourrez être également tentées par un look sobre. Sobriété et classe sont souvent deux adjectifs qui se marient parfaitement. Dans ce cas, privilégiez plutôt le Total Look (la même couleur partout) dans des tons hivernaux à savoir le noir, le jaune (à la mode en 2018), le orange brûlé et le violet (dans toutes ses teintes, bordeaux inclus). Vous pourrez toujours casser l’harmonie avec un accessoire osé (voir ci-dessous).

Col roulé en tricot et maille Tommy Hilfiger
Col roulé en tricot et maille Tommy Hilfiger – 129,95€. Rehaussé d’une veste noire, vous serez le plus élégant de la soirée ! https://www.zalando.fr/tommy-hilfiger-roll-neck-pullover-to122q052-c11.html?size=XL&wmc=SEM330_NB_GO._7455046171_205187157_11471702037.&opc=2211&gclid=CjwKCAiA3vfgBRB9EiwAkfpd3NRhbqEhsZyLsuitowFDEl8zp1fYrvqNw5FSldfK9ia2LVvjU2wUERoCG8IQAvD_BwE&gclsrc=aw.ds
Veste en velours et satin ZARA
Veste en velours et satin ZARA – 99,95€. Vous illuminerez la soirée et aurez un petit côté baron qui ne sera jamais de trop un soir de Réveillon… ! https://www.zara.com/fr/fr/veste-en-velours-p08245350.html?v1=7145544&v2=1121022

Messieurs, on ne vous oublie pas ! Nous aimons beaucoup le col roulé qui fait son retour en ces belles (et froides…) périodes de fêtes ! Chic, élégant, il vous permet d’avoir un style sobre et raffiné. Accompagné d’un blazer, il vous donnera une allure presque royale.

2018 c’est aussi le retour du satin ! Il vous aide à briller de façon discrète et distinguée ! Lancez-vous Messieurs…

Et en termes d’accessoires ?

Une pochette, des bijoux ou encore une ceinture, il s’agit de trouver l’accessoire parfait pour accompagner votre tenue et lui conférer un certain charme. N’oubliez pas que c’est au travers de petits détails que votre ensemble sera sublimé ! Le tout c’est d’oser.

Si votre maquillage et votre tenue se doivent d’être harmonieux ensemble, votre accessoire peut tout à fait venir dénoter. Une pochette vive, une ceinture avec une boucle plutôt imposante, c’est le moment de venir casser un peu votre look. Osez et vous serez la seule personne sur qui les yeux seront rivés…

Pochette Sabrina
Pochette Sabrina – 49,50€. Pas besoin de dépenser trop cher pour être la Reine du Bal ! https://www.bhv.fr/p/pochette+joy-sabrina/55857541/320
Ceinture Ralph Lauren
Ceinture Ralph Lauren – 79,00€. Osez la ceinture tressée qui vient apporter une once de souplesse à votre tenue. https://www.ralphlauren.fr/fr/ceinture-en-cuir-vachetta-tresse-425275.html?cgid=men-belts-braces&dwvar425275_colorname=Dark%20Brown&webcat=HOMMES%2FACCESSOIRES%2FCeintures%20%20%20Bretelles#webcat=men%7Caccessories%7CCeintures+&start=1&cgid=men-belts-braces
Collier Etsy
Collier Etsy – 43€. C’est le moment de casser le chic et d’oser le choc tout en élégance ! https://www.etsy.com/fr/listing/535664767/eve-party-special-contemporain-en?ga_order=most_relevant&ga_search_type=all&ga_view_type=gallery&ga_search_query=collier+extravagant&ref=sr_gallery-2-13

Et si on discutait Make-up ?

Le maquillage n’est pas essentiel mais si vous désirez en faire un digne de ce nom, là encore nous pouvons vous aiguiller.

La règle d’or est de faire concorder sa tenue et son maquillage. Mais il faut également savoir doser ; si votre look est un total doré par exemple, évitez le fard à paupière de la même couleur. Cela risque de faire pot de peinture car il y aura trop de doré (ou autre) sur vous. Parfois cela peut même s’avérer vulgaire. Et ce n’est pas du tout ce que vous souhaitent nos bloggeurs ! Au contraire, « chic » et « classe » sont nos maîtres mots.

Nous vous conseillons de rehausser votre tenue avec votre maquillage et de tout miser sur les rappels de couleurs. Si votre bas ou votre haut, ou même vos chaussures sont d’une certaine couleur, nous vous proposons d’appliquer cette même couleur sur vos paupières. En effet, cela rappellera un élément de votre tenue et donnera bien l’impression d’un style travaillé. Cela confère une certaine cohérence à votre style et c’est primordial, surtout si vous souhaitez retenir l’attention.

Exemple maquillage
L’harmonie du maquillage avec la tenue donne vraiment l’impression d’une unification choisie et assumée et donne tout de suite envie de porter notre regard sur vous…Messieurs tenez-vous prêts car ces Dames vont sublimer votre soirée !

Des idées de coiffures pour finir ?

Là encore, il s’agit de vos choix, vos envies, votre temps, mais il existe plusieurs coiffures à faire pour Noël, à accessoiriser ou non afin d’être parfait(e) de la tête aux pieds ! Que ce soit pour vous Mesdames ou encore vous Messieurs, il est préférable d’avoir les cheveux attachés ; en effet, vous serez plus à l’aise et vous éviterez de vous toucher sans cesse les cheveux ou la mèche rebelle pendant la soirée.

De plus, cela laissera respirer votre cou et votre décolleté que vous pourrez orner à votre guise afin de rehausser encore votre tenue. Une belle coiffure viendra appuyer votre stylé travaillé mais ne croyez pas tout ce que l’on vous raconte : ce n’est pas parce que c’est très joli et distingué que cela nécessite forcément du temps !

Le petit plus : si vous optez pour une coiffure particulière, pensez à utiliser une laque ensuite pour fixer le tout. Vous n’aurez pas l’effet mi-mouillé mi-gras du gel et cela sera plus naturel.

Laque
Cette laque de chez l’Oréal est à 4,87€ seulement et se cache dans les rayons des grandes surfaces (Monoprix par exemple).

Mesdames, vous souhaitez vous distinguer en misant sur une coiffure travaillée mais ne savez pas exactement comment vous y prendre ? Voici une petite vidéo qui pourra vous donner des idées…

_By Maud Poinsot-Cordier

à la Une

Plongée dans l’univers de LaChapelle avec « Letter To The World »

     N’étant pas une grande connaisseuse en matière photographique ou en art contemporain, j’ai néanmoins une courte liste d’artistes dont j’admire particulièrement le travail. David LaChapelle est l’un d’entre eux, et quand j’ai appris qu’il exposait des œuvres à Paris cet automne, c’est sans hésitation que j’ai décidé de m’y rendre, pour pouvoir apprécier son génie de mes propres yeux.

En effet, une exposition intitulée « Letter to the World » lui a été consacrée à la Galerie Templon à Paris, dans laquelle on peut trouver à la fois des travaux plus récents de l’artiste, mais aussi d’autres qui rappellent le style très clinquant qui l’a fait connaître.

L’espace de l’exposition est organisé en deux étapes sur deux étages :

  • En bas étaient disposées certaines des œuvres iconiques de David LaChapelle, très inspirées de la pop culture des années 2000/2010, d’une façon déstructurée qui évoque les excès de la société de consommation.

On y voit Miley Cyrus photographiée nue dans une cellule de prison, David Bowie en chirurgien esthétique, Lady Di empaquetée telle une Barbie démembrée… Une des pièces les plus imposantes de cette étape de l’exposition, tant par sa taille et la place qu’elle prenait dans l’espace, que par l’œuvre elle-même, était un large panneau représentant toute la tribu Kardashian, au milieu d’un désordre bling-bling, et où l’on voit périodiquement, tout le long de la scène, des images de celle qui a fait de cette famille l’une des plus célèbres et influentes des États-Unis : Kim Kardashian.

                     “Addicted to Diamonds”    “American Jesus”       “Couture Consumption”

“Icarus”
“Icarus”
« Self-Portrait as House »
« Self-Portrait as House »

« The Kardashian Family Christmas Card » (2013)

  • En haut, l’exposition nous fait voir à l’inverse un univers bien plus apaisé, spirituel, voire paradisiaque.

Ces compositions plus récentes de l’artiste sont à l’image du tournant qu’a pris son art depuis quelques années : s’étant éloigné des lumières de la ville pour vivre dans la jungle hawaïenne, David LaChapelle montre désormais dans ses œuvres une volonté de s’éloigner de l’univers superficiel du show-business, à travers des photographies faites de forêts luxuriantes, d’une nature regorgeant de vie et de couleurs.

Les tableaux de cette partie de l’exposition rappellent toujours l’inspiration « pop » de l’artiste avec des couleurs vives, des corps lisses et des clins d’œil comme un swoosh pailleté apparaissant sur le pied d’un homme, dans le tableau « Rebirth of Venus«  inspiré de la « Vénus » de Boticelli. Mais les références religieuses et spirituelles, rappelées dans le style baroque et coloré propre à l’artiste, sont omniprésentes, comme vous pouvez le voir sur les images que j’ai prises de certaines œuvres :

« We Forgave Deeply Then Love Flooded Our Hearts »
« We Forgave Deeply Then Love Flooded Our Hearts »
« Nativity »
« Nativity »
« Adam and Eve »
« Adam and Eve »
« Rebirth of Venus »
« Rebirth of Venus »

Allant du chaos à l’espérance, l’exposition « Letter to the World » à la Galerie Templon est un voyage dans l’univers de David LaChapelle. Vous pouvez encore vous y rendre jusqu’au 29 décembre 2018, mais à défaut de cela (ou en supplément), je vous invite vivement à en découvrir davantage sur cet artiste, avec un article, une vidéo, et un podcast à son sujet que j’ai choisis juste pour vous :

 _By Fatou Gueye

à la Une

Voyages : Les îles espagnoles – Acte I

A partir des expériences de ses membres, Avant-Garde vous propose de découvrir de nouvelles destinations pour vos prochains séjours !

Alors que le froid commence à s’installer doucement et que les vacances de Noël arrivent à grands pas, toi petit Gémien, ne rêves-tu pas d’une petite escapade au soleil ?

Que l’on soit bien d’accord : les films de Noël, les chants traditionnels et les chocolat-chauds, on adore. Mais franchement, la chaleur et la plage ça manque quand même un petit peu non ?

Nombre d’entre vous ont déjà eu l’occasion de voyager en Espagne, mais beaucoup moins sont allés jusque dans les îles espagnoles. Aujourd’hui je vais vous parler de Majorque : une île ensoleillée où il fait bon poser ses valises !

Paysage.jpg

Mallorca, Majorque, Majorqua, Majorca, Maiorica  sont tout autant de noms donnés à l’île de Majorque ! Il s’agit de la plus grande île de l’archipel des Baléares situé dans la méditerranée, à seulement 1h30 de la France par avion.

Il est important de savoir que Majorque est une communauté espagnole autonome des îles Baléares dans laquelle la langue parlée est le Catalan ! Evidemment, la population comprend le Castillant, mais méfiez-vous…les habitants ne font pas toujours d’efforts pour les touristes.

La capitale, Palma, est le centre de l’île et regroupe la majeure activité touristique et historique de l’île. C’est également à son aéroport international que vous atterrirez ! Pour autant, c’est sur le reste de l’île que vous trouverez les endroits les plus paradisiaques.

Vous vous demandez probablement quel est le style de vacances que vous pourrez passer à Majorque. En réalité, cette île a deux facettes ! Il s’agit en effet d’une destination principalement familiale ou pour un voyage en amoureux mais certaines villes sont dédiées exclusivement au divertissement pour les jeunes !

Voici donc, les recommandations et astuces que nous vous proposons pour passer un séjour des plus quali‘ !

Les incontournables

Visites

  • La Cathédrale de Palma De Majorque :

Cet édifice absolument immense surplombe la ville de Palma ! Vous pourrez vous balader tout autour et dans les jardins publics. L’intérieur est également visitable de 10h à 16h au prix de 7€. Prévoyez cependant entre 1h et 1h30 de queue !

  • Palais royal de l’Almudaina :

Situé dans la capitale également, cet ancien château musulman est visitable de 10h à 19h au prix de 7€. Pour autant, l’admirer depuis l’extérieur suffit déjà amplement !

  • Château de Bellver :

Ce superbe château, situé à 3km de Palma, est un véritable musée visitable de 10h à 18h au prix de 4€ !

  • Les Bains arabes :

Tout proche de la cathédrale et au prix de 2€ l’entrée, vous pourrez y flâner et découvrir un  sympathique petit jardin !

Jardins des anciens bains arabes - Palma
Jardins des anciens bains arabes – Palma

Villes

  • Ville de Manacor

Dans cette ville, il n’y a pas grand-chose à faire, hormis visiter les usines perlières de Majorque ! Dans ces dernières sont fabriqués les fameux bijoux en perles de Majorque. Vous pouvez les visiter, mais aussi bénéficier de prix préférentiels sur toutes les perles.

  • Villes d’Alcudia et Magaluf:

Ce sont les deux villes les plus festives de Majorque ! Si vous souhaitez vous éclater et passer une soirée mémorable, n’hésitez pas à aller y faire un tour. Le Banana Club est probablement le club le plus hype d’Alcudia. A Magaluf, le choix est beaucoup plus dense, on vous laisse faire votre propre expérience !

  • Ville de Pollença :

C’est probablement l’un des villages les plus charmants de l’île. Vous y trouverez une église imposante ainsi que de nombreuses boutiques d’artisans locaux et des galeries d’art dans toutes les petites ruelles pavées ! Les plus courageux monteront les centaines de marches menant à une petite chapelle surplombant la ville pour assister à une vue incroyable !  Il faut parfois souffrir (et transpirer) pour faire les plus belles photos. Pour ma part, ce fut un bon moyen d’éliminer les tapas du midi !

Les escaliers du Calvaire - Pollença
Les escaliers du Calvaire – Pollença
  • Le Port de Pollença :

Un sympathique petit port sur lequel vous trouverez des bars branchés et des boutiques tendance. Si vous souhaitez rapporter un cadeau local à votre mère, belle-mère ou autre, rendez-vous sur son marché artisanal nocturne ! Vous ne serez pas déçus.

Nature et paysages

  • Puig Major :

Si vous êtes sportif, vous pouvez atteindre le point le plus élevé de l’île grâce à de belles randonnées dans la nature. Évitez toutefois de le faire sans guide si vous ne voulez pas vous perdre comme mes potes et moi toute une après-midi…

  • Le Cap de Formentor :

Il s’agit du cap à l’extrémité nord de l’île, vous y trouverez une vue incontournable ! Prévoyez cependant un bon conducteur qui n’a pas peur du vide pour vous y mener puisque la route sinueuse est très étroite… Vous avez également de grandes chances d’y rencontrer des chèvres sauvages ! Pour information, ces petites chèvres sont quelque peu peureuses mais avec un peu de patience et si vous avez de la nourriture, elles viendront vous manger dans la main.

Couché de soleil au Cap de Formentor
Couché de soleil au Cap de Formentor
  • La plage de Formentor :

Sur la route menant au Cap de Formentor se trouve la plage la plus paradisiaque de l’île ! L’eau transparente et le sable fin blanc vous transportent dans un autre monde ! Pensez à y aller très tôt pour éviter la queue à l’entrée du parking.

Playa de Formentor
Playa de Formentor
  • Parc Naturel de s’Albufera:

Un petit havre de paix à parcourir en vélo par exemple si vous souhaitez retrouver un peu de sérénité après une soirée arrosée.

  • Les grottes :

De nombreuses grottes se cachent sur l’île. Si vous êtes à la recherche de frais et d’aventure, vous pouvez en visiter la plupart !  Les plus connues sont les suivantes : « Cuevas de Drach » et « Cuevas dels Hams »

Animations lumineuses dans las Cuevas de Artà
Animations lumineuses dans las Cuevas de Artà
  • Les plus belles criques et piscines naturelles appelées « Calas »:

Cala Agulla ; Cala Millor ; Cala Figuera ; Cala Varquez ; Cala Major ; Cala Tuent

cala.jpg
Vue depuis mon balcon – Cala Sant Vicenç

Les bons plans

Ne payez pas les parkings 

A Majorque, les parkings sont tellement chers que la population se montre très altruiste ! Mes amis et moi avons mis du temps à comprendre le concept et avons perdu une vingtaine d’euros en payant le parking pour rien… En effet, prenez l’habitude de ne pas payer à l’avance à l’entrée piétonne des parkings. Souvent, une personne paye et laisse le ticket sur la borne face à la barrière : ainsi vous profitez de son ticket en le réinsérant !

– Réservez à l’avance

Si vous avez l’opportunité de planifier votre voyage à l’avance (3-4 mois), pensez à passer par des sites tels que Promo Vacances afin de profiter de prix imbattables pour des séjours tout compris sur l’île (vol, transfert, hôtel, demi-pension). A l’inverse, en dernière minute les prix sont exorbitants !

– Récupérez les bouées gonflables

Comme le trajet ne se fait quasiment que par avion, la plupart des touristes laissent leurs bouées et autres matelas gonflables sur les plages avant de partir ! N’hésitez donc pas à les récupérer si vous voyez qu’ils sont abandonnés ! Pour notre part, des touristes sont même directement venus nous le proposer.

– Faites le plein de cigarettes

Avis aux fumeurs, les paquets à Majorque sont presque moitié moins cher qu’en France ! Par avion, vous pouvez normalement ramener 4 cartouches. Achetez les en ville, elles seront encore moins chères qu’au Duty Free.

– Prenez votre masque et tuba !

Les eaux de Majorque sont propices au snorkeling alors pensez à emmener votre masque pour découvrir la faune et la flore exceptionnelles de la méditerranée ! Pour ceux qui craignent les rochers, je vous conseille de prendre des chaussures d’eau. Certes, ces accessoires ne sont pas très glamours, mais ils sont les plus agréables et les plus pratiques pour une longue exploration aquatique entre les rochers des criques de Majorque !

Eau.jpg

– Choisissez bien vos activités nautiques

Il semble que Majorque ne soit pas la meilleure destination pour faire du Jet Ski en toute liberté à prix abordables (c’est du vécu)…  En revanche, vous trouverez des activités de bouée tractée (« el fantom » et « el sofà ») pour faire monter votre adrénaline durant près de 15min pour seulement 20€ environ !

Assurez-vous quand même d’avoir votre estomac bien accroché car les espagnols n’y vont pas de main morte. Leur objectif ? Que vous tombiez. Prévoyez la go-pro et des pansements pour vos mains meurtries !

Nos conseils

– Règle n°1 : Toujours prendre un hôtel avec une étoile de plus qu’en France !

Malheureusement, sur l’île de Majorque, il existe très peu d’offres Air B&B car les réglementations sont très strictes. La plupart des touristes n’ont donc pas d’autre choix que de prendre un hôtel.

Bon, on ne va pas se mentir… les hôtels espagnols ne sont pas de même qualité que ceux de France ! Ne vous faites pas avoir comme moi : pour avoir le standing d’un hôtel 3 étoiles français, n’hésitez pas à réserver dans un étoiles 4 voire 5 étoiles ! Malheureusement les prix sont souvent presque aussi élevés qu’en France. Alors préparez vos porte-monnaie…

D’autre part, la nourriture des hôtels n’est pas des plus gastronomique : je vous déconseille le all-inclusive, d’autant plus que les horaires sont souvent adaptés à ceux des pays nordiques (petit-déjeuner de 7h à 10h ; déjeuner de 13h à 15h ; dîner de 18h à 21h), ce qui donne peu de liberté pour s’échapper de l’hôtel !

– Règle n°2 : Eviter de boire l’eau des robinets

Comme sur toute île, il est fortement déconseillé de boire l’eau du robinet ! En effet, elle a souvent un goût très désagréable de sel, et je parle en connaissance de cause… D’ailleurs, l’eau de la douche est légèrement salée aussi donc attention aux peaux fragiles !

– Règle n°3 : Connaître les avis météo

Les îles sont souvent sujettes à des vents violents et orages. Comme la plupart des plages sont ornées de rochers, il est très important de prendre en considérations les alertes météorologiques. Évitez donc de vous baigner lorsque la mer est agitée, même s’il fait beau et chaud ! Profitez-en pour visiter l’île, cela vous évitera un passage à l’hôpital !

– Règle n°4 : Songer à la location de scooters ou de voitures

Si vous êtes loin du centre de l’île, il serait intéressant pour vous de vous déplacer en bus. Les transports en commun sont peu chers et comme l’île est petite, il est facile de se déplacer vers les endroits les plus touristiques assez rapidement.

Certains d’entre vous préfèrent peut être avoir plus de mobilité. Les taxis coûtent très cher et Uber n’y est pas vraiment développé… Mais à Majorque, les locations sont vraiment très abordables sans compter le prix de l’essence qui est bien moins élevé qu’en France (big up aux gilets jaunes).

Si vous n’êtes que 2, le scooter sera beaucoup plus pratique pour se garer un peu partout ! En revanche, à partir de 4 personnes et surtout si vous comptez vagabonder sur toute l’île, la voiture sera plus adéquate, notamment sur les grands axes routiers et si vous souhaitez faire un tour dans les montagnes.

De plus, il vous suffit d’avoir un permis de conduire et d’être âgé de plus de 21 ans pour pouvoir louer. Adieu le BSR et les 3 ans de permis obligatoires !

– Règle n°5 : Toujours faire attention aux méduses !

Les eaux de Majorque sont très chaudes, ce qui attire souvent des bans de méduses. L’un de mes amis en a fait les frais, et au bout de 3 mois, la marque n’est toujours pas partie… Il faut donc toujours bien examiner les instructions données sur les plages.  et, en cas de brûlure, appliquer immédiatement du sable sur la zone concernée ! Heureusement, la mer est presque translucide, ce qui vous facilitera la tâche pour débusquer les méduses !

Les Must-Have à Majorque

  • Des baskets

Si vous souhaitez vous balader dans les montagnes, ou encore sauter dans l’eau depuis les falaises, prenez des baskets de sport en plus de vos tongs et nu-pieds ! Sinon, vous risquez de souffrir… Épargnez également vos sneakers si vous ne voulez pas les érafler.

  • Le chapeau de paille

Sur les îles, le soleil cogne toujours un peu plus fort. Pensez à prendre votre indémodable chapeau de paille pour vous protéger si celui-ci rentre dans votre valise ! Attention cependant à ce qu’il ne s’envole pas lors d’un coup de vent.

  • Une veste pour les soirées les plus fraîches

Bien qu’il fasse très chaud en journée, lorsque le soir arrive, le vent se lève et la température se rafraîchi très rapidement. Un coupe-vent ou bien une petite veste sont alors indispensables pour ne pas avoir froid ! Par exemple cette petite veste col cascade pour femme ou ce bomber suédine pour homme seront idéals !

  • Les bijoux en perles de Majorque

Reconnues à l’international, les perles de Majorque ne proviennent pas directement des huîtres mais sont fabriquées en atelier. Il existe deux marques principales : Majorica et Orquidea. Ces perles sont en vente sur toute l’île et garanties à vie ! Il y en a pour tous les goûts : perles roses, blanches, grises en colliers, bracelets, boucles d’oreilles, bagues….

Personnellement j’ai craqué sur ces perles Orquidéa !
Personnellement j’ai craqué sur ces perles Orquidea !
Bref, cette destination vaut le coup, et ne vous méprenez pas… Bien qu’elle soit petite, cette île regorge d’activités et de coins reculés à découvrir !

A la prochaine, pour de nouveaux bons plans voyages, la bise stylée.

_By Solène D.

à la Une

Vente de Bijoux d’Avant-Garde !

          Celles et ceux qui étaient déjà présents à GEM l’année passée l’ont connue…les nouveaux, vous allez la découvrir et l’adorer ! La superbe vente de bijoux, fabriqués par les soins des membres de l’Association Avant-Garde, se déroulera du Mardi 4 au Jeudi 6 Décembre au sein de GEM, sur la Mezzanine.

Noël approche et votre imagination n’est pas de la partie ? Votre amie fête son anniversaire samedi et entre les révisions, les travaux de groupe et les projets d’associations vous n’avez plus une minute pour vous ? Vous aimez faire plaisir mais votre budget est rapidement restreint ? Ne vous inquiétez plus, la Team d’Avant-Garde est là pour vous, pour vous permettre de faire plaisir avec des produits uniques, sans faire souffrir votre porte-monnaie !

Pendant plusieurs jours, nos Avant Gardistes ont confectionné toutes sortes de bijoux, féminins et masculins afin que chacun y trouve son compte. Nous vous laissons alors découvrir nos petites perles, sans perdre davantage de temps !

En espérant vous croiser à notre stand…faites votre choix !

dsc00600.jpg
Créoles en Acier inoxydable. À marier avec un look hivernal et des couleurs plutôt foncées (marron, noir…)
DSC00628
Collier épi en Acier, idéal assorti à une tenue sobre et élégante.
DSC00636
Plaqué or 925 – Cordelette en cuir pour homme. Discret, il donne tout de suit une touche raffinée à votre tenue. Petite astuce…pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un plaqué or, vous trouverez un petit poinçon sur le bijou ! 
dsc00676.jpg
Collier en acier assez discret mais qui peut venir casser un style sobre et chic ! 
DSC00681
Bracelet en acier pouvant apporter une touche un peu rétro à votre tenue ! 
DSC00705
Bracelet en acier très fin qui vient agrémenter votre tenue élégante et apporter une touche chic à l’ensemble !

_By Maud Poinsot-Cordier

 

à la Une

Aborder la photographie entre deux stations de métro

          Je tends à concevoir la photographie à l’image de cette citation du célèbre photo-reporter Henri Cartier Bresson :

« S’il n’y a pas d’émotion, s’il n’y a pas un choc, si on ne réagit pas à la sensibilité, on ne doit pas prendre de photo. C’est la photo qui nous prend » ; L’homme et la machine (1969)

A partir de quel moment une photographie devient-elle de l’art ? Qu’est-ce qui différencie la photographie de « monsieur tout le monde » et de celle de l’artiste ? Questions simples en apparence mais dont les réponses ne le sont pas forcément…

Nous baignons dans une ère de production d’images exponentielles dans laquelle la photo est accessible à tous, du peu que l’on veuille sortir son portable de sa poche. En effet, déjà dans les années 70, Susan Sontag aimait décrire ce constat comme tel :

« A notre époque, la photographie est devenue un divertissement aussi répandu que le sexe et la danse, ce qui veut dire que, comme toutes les formes d’art populaire, la photographie n’est pas pratiquée comme un art par la plupart des gens. » ; Sur la photographie (1977)

Dans la photographie d’art, le cliché n’est pas censé être réussi de par une mise en valeur irréprochable du sujet ou encore d’une l’application hors pair de la fameuse Règle des tiers. La distinction repose essentiellement sur le regard singulier de l’artiste, sur sa capacité à ajouter un supplément d’âme et à la narration qu’entretien la photographie avec le spectateur.

Si la photographie s’est faite une place sur le marché de l’art depuis les années 70 et a obtenu la reconnaissance d’être exposée à la FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain, qui prend place chaque année à Paris), c’est avant tout grâce à la relation qu’elle noue avec le discours et l’écriture.

Photographie
Elliot Erwitt ; Musée de Madrid (1995)

Ainsi, la photographie d’art est une invitation à la rencontre et au dialogue avec le spectateur. La beauté de l’œuvre se décuple de par les émotions qui en jaillissent et le témoignage subjectif de l’auteur qui en découle. Dès lors, une plénitude de visions et de travaux sur notre rapport à l’image émergent.

Par exemple, pour HCB la spontanéité est de mise : il parle « d’instant décisif » pour expliquer ce laps de temps où une réalité devient la plus significative d’elle même, tant par la pose de ses sujets que par sa composition. On remarque que ce concept fait écho à la recherche constante de spontanéité que prônait le cercle des surréalistes : l’instant quelconque qu’offre notre quotidien peut être vecteur de signification et de profondeur. Ainsi, comment se manifeste cette beauté furtive dans la photographie et qui touche notre humanité ? Je me permets de reprendre cette réponse d’André Breton, un des tenants de ce mouvement, qui clôturait son récit autobiographique :

« La beauté sera CONVULSIVE ou ne sera pas » ; Nadja (1928)

***

Parmi les nombreux rendez-vous immanquables des amateurs d’art, le traditionnel diptyque que représente la FIAC et Paris Photo, fait toujours figure d’autorité. Ravisant aussi bien le jeune photographe en herbe et le collectionneur avisé (et fortuné), ces deux grandes foires d’art contemporain prennent respectivement place en octobre et novembre au Grand Palais à Paris. Elles ont notamment toutes deux réussi le pari de rester élitistes dans la sélection des œuvres en vente, tout en restant des événements populaires avec un certain nombre d’œuvres disposées dans quelques parcs de la capitale.

Photographie
« Mobiles » de Alexander Calder situé au jardin des Tuileries

Si l’on arrive à faire abstraction un temps soit peu de la superficialité apparente des visiteurs et du caractère parfois douteux de certaines œuvres, ces événements sont une véritable mine d’or pour découvrir de nouveaux artistes émergents ou réviser nos classiques.

Ainsi, quelques semaines après la FIAC, le déclic survient. Alors que je parcourais le programme des conférences de l’édition 2018 de Paris photo : Daidō Moriyama, illustre photographe contemporain Japonais, orchestre une discussion à propos de son ouvrage majeur, Record (1972-2018). Ni une, ni deux, un saut dans le métro et me voici au premier rang faisant office de jeunot dans une salle comble.

Daidō Moriyama fait partie de cette famille de photographes adeptes de street photograpy, terme un peu fourretout où le photographe erre dans les rues à la recherche de clichés spontanés. Il s’est fait remarqué à la fin des années 60 à Tokyo pour ses photographies en noir et blanc très contrastées, accompagnées d’une composition originale où des éléments de la rue (panneaux publicitaires, fenêtres, etc) entrent en scène au même titre que le sujet principal (principalement humain). Commencé en 1972, son travail majeur, Record, regroupe à l’image d’un journal intime des clichés pris à la volée principalement dans les rues de Tokyo, New York ou encore Paris.

Photographie
Daidō Moriyama ; Tokyo (1971)

Ainsi, à travers cette conférence orchestrée par Simon Baker (directeur de la Maison de la Photographie Européenne), le photographe accompagné de son éditeur Akio Nagasawa (directeur des galeries Ginza & Aoyama), présente le 22ème volume de Record.

Armé de mon moleskine, voici quelques fragments de cet entretien où Daidō Moriyama se prête au jeu en nous livrant une certaine rétrospective de son travail et de ses états d’âmes.

Lire la suite de « Aborder la photographie entre deux stations de métro »

à la Une

La K-Beauty

Hello tout le monde ! Suite à un voyage à Séoul de deux semaines cet été et étant pas-sion-née par l’industrie cosmétique dans sa globalité, je me suis dit que ça pourrait être sympa de vous faire un petit topo sur la K-Beauty !

Alors la K-Beauty, kézako ?

Le terme K-Beauty est celui communément utilisé pour faire référence aux produits cosmétiques coréens, tout simplement (K pour Korean). Cela englobe à la fois produits visages, corps et maquillage. En Corée du Sud, cette industrie fait partie intégrante de leur économie tellement les Coréennes sont addictes aux produits de beauté et les C.A enregistrés ne font que croître tant la tendance dépasse les frontières coréennes.

Juste pour vous donner un petit chiffre illustrant l’engouement des Coréennes ; le groupe Amore Pacific (n°1 coréen du secteur) a réalisé un C.A de 4,5 milliards d’euros en 2017, dont 65,3 % des ventes dans le pays. Pour le reste des régions où la marque est présente à savoir Europe et Amérique du Nord, le groupe a réalisé seulement 67 millions d’euros de ventes.global-trends-in-beauty-and-personal-care-29-638

Les critères de beauté coréens sont différents de ceux des occidentaux. En effet, on privilégiera là-bas une peau très blanche (il est assez commun de rencontrer des femmes mais également des hommes avec le visage beaucoup plus clair que le reste de leurs corps), sans imperfections, sans tâches d’hyper-pigmentation et avec un fini peau ultra-hydratée (dewy, glowy pour les connaisseurs).

A noter que ces critères de beauté, notamment celui de la blancheur de la peau ne sont pas propres à la Corée ; on les retrouve dans beaucoup d’autres pays asiatiques (la Chine, le Japon, Singapour ou encore l’Inde) et certains d’Afrique. Avoir une peau très blanche est considéré comme un signe de noblesse.En effet, dans le temps c’étaient les classes les moins aisées qui travaillaient dans les champs au contact direct du soleil: leur peau était donc brune.

aa40eded-4854-4133-88d5-a83c2d991d52-getty-959214016.jpg

Très récemment, le mouvement #EscapeTheCorset s’est formé par plusieurs femmes coréennes en signe de protestation contre ces diktats de beauté. Elles se filment en train de détruire leurs produits de maquillage désignés comme étant des outils d’oppression des femmes dans le pays. Petite vidéo explicative si ce mouvement vous intéresse :

Vous l’aurez peut-être remarqué, il y a encore 5 ans, nous n’entendions pas vraiment parler de produits coréens ni même asiatiques si ce n’est de deux, trois marques onéreuses installées depuis longtemps telles que Shiseido ou Shu Uemura. Il était alors assez compliqué de se procurer certains produits sans payer des frais de port astronomiques. Agaçant quand on sait que beaucoup de ces produits sont en réalité relativement peu chers tout en restant très qualitatifs.

C’est d’ailleurs l’une des raisons du succès de ces produits en Europe et en Amérique du Nord: le rapport qualité/prix. Les deux autres raisons principales sont :

  • Le fait de privilégier l’aspect et la santé de sa peau
  • Le côté cocooning d’une routine beauté coréenne qui compte 10 étapes (Les flemmard(e)s, vous pouvez réduire à 5 ou 7)
  • L’offre de produits aux textures diverses et variées, avec des ingrédients parfois insolites (bave d’escargot)

La Corée du Sud est LE pays de l’innovation cosmétique, exfoliants et nettoyants en tout genre, essences, sérums, crèmes aux textures variées, masques en tissus (oui ça vient de chez eux à la base !) et j’en passe…

korean-skincare-bestsellers.jpeg

Aujourd’hui, pour nous l’accès à ces produits est beaucoup plus facile via plusieurs canaux de distributions :

Voilà pour cet article « introductif » à la cosmétique coréenne, je vous laisse sur la démo d’une routine en 10 étapes assez sympa et pas trop longue à regarder (oui c’est en anglais, un effort !)

En attendant, si vous avez une quelconque question,  remarque où que vous souhaitez juste discuter un peu plus en détails de cet article, n’hésitez pas à me le faire savoir, ce serait avec plaisir.

A bientôt les beautés !

_By Chiddi M.