Plongée dans l’univers de LaChapelle avec « Letter To The World »

     N’étant pas une grande connaisseuse en matière photographique ou en art contemporain, j’ai néanmoins une courte liste d’artistes dont j’admire particulièrement le travail. David LaChapelle est l’un d’entre eux, et quand j’ai appris qu’il exposait des œuvres à Paris cet automne, c’est sans hésitation que j’ai décidé de m’y rendre, pour pouvoir apprécier son génie de mes propres yeux.

En effet, une exposition intitulée « Letter to the World » lui a été consacrée à la Galerie Templon à Paris, dans laquelle on peut trouver à la fois des travaux plus récents de l’artiste, mais aussi d’autres qui rappellent le style très clinquant qui l’a fait connaître.

L’espace de l’exposition est organisé en deux étapes sur deux étages :

  • En bas étaient disposées certaines des œuvres iconiques de David LaChapelle, très inspirées de la pop culture des années 2000/2010, d’une façon déstructurée qui évoque les excès de la société de consommation.

On y voit Miley Cyrus photographiée nue dans une cellule de prison, David Bowie en chirurgien esthétique, Lady Di empaquetée telle une Barbie démembrée… Une des pièces les plus imposantes de cette étape de l’exposition, tant par sa taille et la place qu’elle prenait dans l’espace, que par l’œuvre elle-même, était un large panneau représentant toute la tribu Kardashian, au milieu d’un désordre bling-bling, et où l’on voit périodiquement, tout le long de la scène, des images de celle qui a fait de cette famille l’une des plus célèbres et influentes des États-Unis : Kim Kardashian.

                     “Addicted to Diamonds”    “American Jesus”       “Couture Consumption”

“Icarus”
“Icarus”
« Self-Portrait as House »
« Self-Portrait as House »

« The Kardashian Family Christmas Card » (2013)

  • En haut, l’exposition nous fait voir à l’inverse un univers bien plus apaisé, spirituel, voire paradisiaque.

Ces compositions plus récentes de l’artiste sont à l’image du tournant qu’a pris son art depuis quelques années : s’étant éloigné des lumières de la ville pour vivre dans la jungle hawaïenne, David LaChapelle montre désormais dans ses œuvres une volonté de s’éloigner de l’univers superficiel du show-business, à travers des photographies faites de forêts luxuriantes, d’une nature regorgeant de vie et de couleurs.

Les tableaux de cette partie de l’exposition rappellent toujours l’inspiration « pop » de l’artiste avec des couleurs vives, des corps lisses et des clins d’œil comme un swoosh pailleté apparaissant sur le pied d’un homme, dans le tableau « Rebirth of Venus«  inspiré de la « Vénus » de Boticelli. Mais les références religieuses et spirituelles, rappelées dans le style baroque et coloré propre à l’artiste, sont omniprésentes, comme vous pouvez le voir sur les images que j’ai prises de certaines œuvres :

« We Forgave Deeply Then Love Flooded Our Hearts »
« We Forgave Deeply Then Love Flooded Our Hearts »
« Nativity »
« Nativity »
« Adam and Eve »
« Adam and Eve »
« Rebirth of Venus »
« Rebirth of Venus »

Allant du chaos à l’espérance, l’exposition « Letter to the World » à la Galerie Templon est un voyage dans l’univers de David LaChapelle. Vous pouvez encore vous y rendre jusqu’au 29 décembre 2018, mais à défaut de cela (ou en supplément), je vous invite vivement à en découvrir davantage sur cet artiste, avec un article, une vidéo, et un podcast à son sujet que j’ai choisis juste pour vous :

 _By Fatou Gueye

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s