Slow-joaillerie : à la découverte des bijoux éthiques et recyclés !

          Avez-vous déjà entendu parler des bijoux éthiques et recyclés ? Je ne parle évidemment pas des colliers de pâtes que vous faisiez en maternelle à votre mère pour sa fête, ni de vos bracelets en scoubidou… mais bien de bijoux réalisés par des artisans et parfois même de luxe !

Avec les tendances actuelles qui sont à l’écologie et le consumérisme responsable, les vêtements et accessoires de mode recyclés et éthiques se développent de plus en plus. Contrairement aux idées reçues, ces derniers ne sont pas forcément cheap et trop fantaisies. Il existe des modèles très sobres qui ont l’avantage, en plus de nourrir la slow-fashion à travers la slow-joaillerie et l’up-cycling, d’être réalisés sur mesure par des petits artisans créateurs !

D’ailleurs, le salon français du bijou, Bijorhca Paris, a décidé de créer le Concours Chall’angel destiné à dénicher les nouveaux talents. En janvier 2019, les bijoux éthiques et recyclés ont été mis à l’honneur avec 3 lauréates  :

– Made in My… avec des bijoux en chambres à air et en forme de plumes

plume.PNG

Atelier la Menteuse avec des bijoux en laiton et mousseline

menteuse.PNG

Apphia Créations avec des bijoux en cuir de poisson (oui vous avez bien lu)

poisson.PNG

  • Bijoux éthiques : c’est quoi  le concept ? 

Lorsque l’on parle de bijoux éthiques, il s’agit d’une production de bonne qualité avec une attention particulière sur la provenance des matières, qui ne pollue pas l’environnement et qui assure un respect des personnes, notamment en ce qui concerne les conditions d’extraction des pierres. Il s’agit également de promouvoir la création et l’artisanat. Certains bijoux éthiques sont apposés de certifications.

Le label Fairmined garantit que les mines d’extractions sont respectueuses des droits des travailleurs mais également de l’environnement. Il assure un soutien aux mines artisanales pour les aider à développer leurs normes de qualité et de sécurité envers les travailleurs qui doivent être majeurs.

Résultat de recherche d'images pour

L’engagement Kimberley Process, dans la lignée des labels « Conflict Free », assure quant à lui que l’or et les pierres précieuses utilisés ne sont pas issus d’une zone de conflit grâce à un système de traçabilité.

Certains artisans souhaitent mettre fin à la consommation de masse pour acquérir une plus grande transparence et promouvoir leur savoir-faire tout en diminuant leur impact environnemental à la conception des bijoux.

Parfois même, les artisans ont des collaborations avec des artisans-bijoutiers du monde entier et reversent une partie de leurs revenus à des causes pour lesquelles ils se sont engagés :

– protection des animaux

– droits des femmes

– meilleure employabilité et conditions de travail des travailleurs

– scolarisation des enfants

– protection de l’environnement

– lutte contre l’esclavage

C’est d’ailleurs ce que propose Natifs, à travers son commerce équitable de bijoux issus des traditions et cultures du monde entier. Chaque bijou fait l’objet d’une légende expliquant son histoire et celle de son fabricant.

Aglaia & Co, marque collaborative de bijoux raffinés, vous propose un concept similaire basé sur la créativité, le partage mais surtout la responsabilité sociale et environnementale en participant activement à des œuvres sociales ou humanitaires par le biais du reversement de 5% du montant des commande à des associations.

D’autres créateurs dans des styles différents mais avec la même mission sont listés sur le site de mode équitable Altermundi. On peut notamment trouver :

Paulette à Bicyclette, pionnière dans ce domaine

JEM Paris, April Paris et Or du Monde, dans le haut de gamme

Le tiroir de Lou, Treez et Flore & Zephyr, pour des bijoux élégants

Acai Bijou, pour des modèles à partir d’herbe dorée

Amahlé pour des bijoux tissés en Afrique du Sud

  • Bijoux recyclés, oui, mais recyclés comment ? 

Qui dit consommer mieux dit évidemment recycler ! Il existe d’abord les bijoux recyclés entièrement, par exemple avec des matériaux nobles comme le fait la marque haut de gamme Innocent Stone. Il s’agit plus précisément de bijoux en or recyclé et diamant de synthèse, créés en laboratoire. Pour l’instant, la collection compte 80 modèles vendus en ligne. Il s’agit de la première initiative de ce genre prise dans une Maison de Joaillerie haut de gamme pour le moment.

IS.PNG

Il existe d’autres petits créateurs vous proposant des bijoux à base d’or, d’argent ou encore de laiton totalement recyclés !

laiton.PNG

D’ailleurs, la grande tendance, ce sont les bagues de fiançailles et de mariage éthiques ! Les futurs mariés voient ainsi en leur bijou le symbole porteur de leurs valeurs communes.

Une autre tendance est le surcyclage aussi appelé upcycling. Il s’agit du fait de réaliser des objets à partir de matériaux dont nous ne trouvons plus l’utilité : on parle de recyclage par le haut ! En plus du bénéfice écologique dû au recyclage des produits, c’est une occasion pour créer des objets uniques.

Les matériaux bruts utilisés pour créer les bijoux sont alors multiples, souvent sous-estimés et issus du quotidien : chambre à air et caoutchouc, fils électriques, essuie-glaces (oui oui, ne jetez pas vos essuies-glasses abîmés), écrous, joints de plomberie, anneaux de rideaux, plastique, boutons, capsules à café, tissu (jeans), liège, perles d’anciens bijoux cassés, etc.

L’éco-conception implique donc des moindres coûts dans la mesure où la majorité des matériaux utilisés pour créer un objet sont réutilisés. En revanche, les crochets, supports, fermoirs, crochets, tiges et chaînes sont souvent faits à partir de matières plus nobles telles que l’acier, l’argent et l’or et sont garantis conformes à la réglementation française (sans nickel) afin d’éviter les allergies.

Alors je sais ce que tu te dis, là tout de suite : « les trucs recyclés c’est cool mais franchement le choix c’est pas ouf, les modèles sont pas hyper jolis ». Et je vais te répondre que faire du neuf à partir du vieux c’est possible ! Voici quelques exemples de modèles que tu peux retrouver et acheter sur le site Etsy :

  • DIY mon bijou recyclé

Pas besoin d’être une grande bricoleuse ni une grande artiste pour faire ton propre bijou. On peut créer un peu de tout à partir de rien ! Il faut juste collecter tous les objets non utilisés ou récupérés qui pourraient servir à la confection du bijou souhaité. Nous vous proposons ensuite deux modèles simples :

DY

Récupérez du tissu qui ne vous sert plus et effectuez les différentes étapes comme ci-dessus pour obtenir votre collier !

DI

Coupez vos bâtonnets de glace en bois, peignez-les de la couleur que vous souhaitez avec un vernis à ongles, puis ajouter les crochets. Ces derniers peuvent être achetés à bas prix en mercerie ou en magasins spécialisés.

Tu peux trouver d’autres idées sur Pinterest ou en Tuto sur Youtube. Et si vraiment c’est trop compliqué pour toi, tu peux toujours faire un joli bracelet en perles et fil de pêche à l’ancienne !

_By Solène Dsbls

 

Les Designers Africains à l’assaut du marché international

           Si la diversité progresse parmi les mannequins, c’est moins le cas parmi les créateurs de mode : on se souvient de l’événement que fut la nomination de Virgil Abloh à la tête de la maison Louis Vuitton Homme au printemps dernier.

Cependant, on voit de plus en plus émerger de nouveaux designers africains, encore peu connus du grand public, mais qui visent une clientèle internationale. Certains sont récompensés de prix internationaux et figurent dans des revues de mode renommée, ou se retrouvent dans la garde-robe de célébrités très exposées.

En effet, l’industrie de la mode africaine voit naître de nombreux talents çà et là, mais souffre encore d’un manque de visibilité ainsi que d’un réseau peu développé entre ses créateurs. Afin d’y remédier, la plateforme Industrie Africa qui se décrit comme étant « le premier showroom digital d’Afrique », a été créée afin d’offrir aux professionnels, comme aux amateurs, une vision globale du paysage africain de la mode contemporaine.

Fini la tendance passagère pour le wax ou la « mode ethnique » rapidement tombée aux oubliettes. Progressivement, les créateurs africains sont réellement reconnus sur la scène internationale, dans la mode comme dans les autres domaines artistiques : le prestigieux Woolmark Prize créé en 1953 (qui récompense les créateurs faisant un usage talentueux de la laine labelisée Woolmark) a récemment ouvert ses inscriptions aux créateurs africains. Dans le mobilier, en 2019, Ikea a lancé la collection Overällt en collaboration avec 8 designers africains ; selon le chef artistique de l’enseigne suédoise,

« Ikea s’intéresse à l’explosion créative qu’on observe en ce moment dans plusieurs grandes villes africaines. Nous voulons apprendre de ce mouvement, et le répandre dans le reste du monde ».

 

Beyoncé a elle-même rendu hommage au savoir-faire africain contemporain en optant pour des tenues de marques africaines exclusivement à l’occasion de son passage en Afrique du Sud en décembre dernier.

À ma petite échelle, je vous invite à découvrir quelques-uns de ces créateurs qui mettent à l’honneur une esthétique africaine contemporaine, et qui sortent du lot par leurs créations uniques, sophistiquées et engagées.

TONGORO (SÉNÉGAL)

Créée en 2016 par Sarah Diouf, une entrepreneuse issue du monde de la communication, cette marque propose des vêtements aériens et riches en motifs et textures pour un prix relativement accessible.

De Beyoncé à l’actrice française Karidja Touré, elle a aussi conquis le cœur des célébrités avec ses modèles. Le nom des pièces, toutes fabriquées à Dakar, renvoie à des expressions locales issues de divers pays d’Afrique, car la créatrice voit dans cette marque un moyen de célébrer le mode de vie africain et sénégalais en particulier.

La marque vient tout juste de lancer, en mars 2019, sa gamme « Mogö » dédiée aux hommes, que vous pouvez découvrir comme tout le reste sur son site et son compte Instagram.

Image Fatou 6

ANDREA IYAMAH (NIGERIA)

 

D’abord connue pour ses collections de maillots de bain atypiques, Andrea Iyamah a fait grandir sa marque avec une proposition riche de vêtements aux coupes sophistiquées et riches en détails, qui mettent en avant le corps de la femme qui les porte. En plus de créer de beaux vêtements (comme la plupart des marques citées dans cet article), les campagnes qui accompagnent les collections sont un plaisir pour les yeux.

 

Image Fatou 14

LOZA MALÉOMBHO (CÔTE D’IVOIRE)

Image Fatou 15

Depuis que ses créations ont été aperçues dans le clip Formation de Beyoncé, Loza Maléombho connaît son public d’adeptes, tous séduits par ces pièces au style décalé. D’abord créée en 2009 à New York, l’enseigne s’est relocalisée à Abidjan en 2013 où sont désormais fabriqués tous les accessoires tels que les sandales unisexe Fah Regal, signatures de la marque.

 

Image Fatou 19

Image Fatou 20

Image Fatou 21

CHRISTIE BROWN (GHANA)

Cette maison de luxe ghanéenne a été fondée en 2008 par Aisha Ayensu et propose des tenues de sortie d’inspiration multiculturelle. Seule marque ghanéenne à défiler à la Paris Fashion Week dès 2010 pour l’« Arise Afrique-à-porter », elle est depuis habituée des semaines de la mode et s’impose comme un nom incontournable de la mode africaine contemporaine.

Image Fatou 22

Image Fatou 23

RICH MNISI (AFRIQUE DU SUD)

 

Basée à Johannesburg, Rich Mnisi a été créée en 2014 par le créateur du même nom, lauréat la même année du « Africa Fashion International Young Designer of the Year ». Ses créations osées s’inspirent largement de la culture populaire tout en gardant des références culturelles qui les rendent uniques.

 

Image Fatou 32

LISA FOLAWIYO (NIGÉRIA)

 

Mêlant textiles traditionnels et silhouettes modernes, Lisa Folawiyo a donné une dimension globale à la mode nigériane. Au point que sa marque a collaboré avec L’Oréal pour une ligne de rouge à lèvres et stickers à ongles, ainsi qu’avec BlackBerry sur une collection de coques de téléphone. Pour en voir et savoir davantage, c’est par ici !

 

_By Fatou G.

Être stylé au ski ? On relève le défi !

          En cette période de vacances hivernales, nombre d’entre nous font un petit tour à la montagne ou à Altigliss pour prendre un grand bol d’air frais. Alors que certains ont pour but de dévaler un maximum de pistes en un minimum de temps, d’autres se prélassent au soleil sur les terrasses des bars d’altitude.

Mais tous ont la même problématique : comment rester stylé au ski ? C’est vrai quoi, ta dégaine de skieur du dimanche avec les cheveux en bataille et la marque du masque ne devrait pas être un frein pour trouver une choppe à la Folie Douce ou bien pour débusquer un petit moniteur de ski sexy.

Nous avons donc décidé de mettre à votre disposition quelques conseils pour que tout le monde se retourne sur votre passage, que ce soit sur les pistes, sur les télésièges ou en pleine station (et non à cause de votre niveau de débutant mais bien parce que vous serez le plus stylé…).

POUR ELLE :

Astuce maquillage :

Au ski, difficile d’avoir un maquillage très recherché… Avec l’humidité, ce dernier coule souvent, il est donc préférable de faire un maquillage assez naturel et simple.

Pensez tout d’abord à utiliser un mascara waterproof pour ne pas vous retrouver avec des yeux de panda ! Bannissez l’eye-liner et le crayon noir ; cependant un crayon blanc ou rose pale appliqué sur la partie inférieure de votre œil vous permettra d’agrandir votre regard !

Si vos lèvres sont gercées par le froid, appliquez un baume à lèvre brillant rosé/nude ou transparent. A l’inverse, si vous souhaitez mettre votre bouche en avant, n’hésitez pas à mettre un rouge à lèvres mat de couleur foncée (violet, bleu, rouge ou bordeau) !

N0.png
Rouge à Lèvres Color Riche x Balmain 

Evitez également le fond de teint qui ne tiendra pas trop et risquera de déteindre sur votre belle veste de ski. Heureusement la BB Cream pourra vous sauver !

Astuce coiffure

Avec le casque ou le bonnet, les cheveux graissent rapidement et le vent d’altitude n’arrange rien. Appliquez régulièrement une huile pour nourrir vos cheveux car le froid abîme et casse.

Les tresses sont idéales : un moyen d’être sophistiquée tout en bénéficiant d’un confort optimal pendant le ski ! Voici d’ailleurs un petit tuto pour vous faire les deux tresses plaquées africaines remises au goût du jour par Kim K !

Combi’ de ski

En 2019, c’est le grand retour de la combinaison de ski une pièce avec capuche à fourrure ! Oui certes, ce n’est pas pratique pour aller faire pipi, mais il faut parfois faire des choix mesdemoiselles… Cependant, si combi une pièce dit vintage, cela n’implique pas le retour du fantaisie, ni des couleurs vives ou des imprimés (léopard ou autre).

Le total look : qu’il soit black, white, doré ou argenté !
Adieu les équipements colorés. Bon, pour celles qui ont peur de ne pas assumer un total look doré ou argenté qui est un peu avant-gardiste ou bien qui ont peur de tomber dans le « cheap », nous vous conseillons de prendre un bas noir et une doudoune dorée ou argentée !

N1
Combinaison de ski noire Fusalp modèle Ingrid  
Combinaison blanche Dominiqueviot 
N2
Veste argentée Napapijri 
Veste dorée Dare 2B 

Le bicolore : black & white ou bien red & white/black !
Le bicolore c’est l’idéal si vous trouvez le total look un peu tristounet. Pour rester sobre, le monochrome reste la meilleure idée. Si vous voulez ajouter une petite pointe de couleur, la veste rouge vous rendra d’autant plus glamour.

N3.PNG
Combinaison bicolore une pièce Lacroix  
Doudoune Moncler rouge  

Quelques astuces pour choisir votre combinaison selon votre morphologie :
– Si vous êtes grande et mince : le slim ou le pantalon droit seront vos alliés.
– Si vous êtes petite : optez pour le fuseau, son bas évasé allongera vos jambes avec une veste courte.
– Si vous êtes ronde : pensez vestes cintrées et ceinturées.

Accessoires

Les lunettes de soleil : il s’agit de l’indispensable pour protéger vos beaux yeux. D’ailleurs pensez à prendre la protection maximale.

  1.  Les lunettes Cat-Eyes : cette année, la forme cat-eyes arrive sur le devant de la scène pour vous faire un regard de félin !
  2. Les lunettes oversize : pour protéger votre visage au maximum !

N4.PNG

Les accessoires pour la tête

  1. Bonnet : le bonnet est nécessaire à tout moment de la journée à la montagne !
  2. Béret : eh oui, les bérets sont toujours à la mode.
  3. Headband : le bandeau est de retour pour protéger vos petites oreilles et laisser votre chevelure de rêve exposée à la vue de tous.

N5.PNG

Evitez cependant les chapka et caches-oreilles en fausse fourrure qui ne sont plus vraiment d’actualité…

Les gants : pendant le ski, privilégiez des gants chauds et confortables. En revanche pour le reste du temps, rien de mieux que les traditionnels gants de cuir !

N6.PNGL’écharpe: nous préconisons d’utiliser plutôt un cache-cou pendant votre session sur les pistes car votre écharpe risque de vous gêner. Cependant après le ski n’hésitez plus : favorisez les grosses mailles ou la fausse fourrure !

N7.PNG

Sacs : sur les pistes, afin de trimbaler votre crème solaire, la petite bouteille d’eau et les biscuits pour se ravitailler, nous vous conseillons de prendre un petit sac à dos ou bien une banane afin de ne pas vous gêner dans vos slaloms.

N8.png
• Les chaussures d’après-ski

Indémodables Moon Boots, Timberland ou encore UGGS : vous avez le choix pour vous déplacer avec style pendant votre shopping dans les ruelles de la station.

N9.PNG

POUR LUI :

Tout d’abord, les combinaisons une pièce sont toujours proscrites pour les hommes ! Que ce soit en termes de style ou de confort, il vous faut une combinaison deux pièces avec pantalon accompagné d’une veste de ski.

Combi’ de ski

– Total look black : pour les hommes aussi, le total look black fait son grand retour ! On vous conseille les veste Canada Goose noires avec un pantalon style surfer ou une coupe bootcup.

N10.

Le coloré: rouge, vert, orange… ces dernières années, toutes les couleurs fluos ou vives, en particulier le bleu et le moutarde, sont très prisées pour la gent masculine au ski.
N11..PNG

Accessoires

Les lunettes rondes Ray Ban : je n’ai rien à dire d’autre que le mot « indémodable ».

N12..png

Le bonnet: notamment si vous avez les cheveux courts, le bonnet vous sera obligatoire pour que vos oreilles ne tombent pas à cause du froid.
N13..PNG

Les gants: notre analyse pour les hommes est relativement similaire à celle faite ci-dessus pour les femmes ! Privilégiez des gants confortables ou même tactiles (Nike) sur les pistes et des gants en cuir le reste du temps.

N14.PNG

L’écharpe: une petite écharpe noire toute simple fera largement son effet !
N15.PNG

Le sac à dos: tout comme pour les femmes, nous vous conseillons de vous balader avec un sac à dos pour transporter tous vos indispensables sur les pistes !

N16.png

  • Les chaussures d’après-ski

Pour vous, pas de question à se poser : les Timberland sont vos meilleurs alliées. Sinon on vous propose des petites bottines de cuir !
N17.PNG

NOS DERNIERS CONSEILS PRATIQUES :

Marques de bronzage 

Si vous ne voulez pas avoir la trace de bronzage de votre masque, pensez à la crème solaire ou bien au masque protège visage, surtout si vous avez la peau sensible.

Casques

Bon, c’est vrai que le casque peut sembler être un tue-l’amour, pour autant il est incontournable pour votre sécurité. Les casques mats foncés pour hommes et blanc ou roses pales pour les femmes sont très à la mode !

Masques miroir

Si vous préférez skier avec un masque solaire plutôt qu’avec des lunettes, on vous conseille de loin les masques à effet miroir. Non seulement ils sont les plus beaux, mais en plus vous pourrez vous refaire une beauté en vous regardant à travers ! Dirigez vous cependant auprès de professionnels pour choisir un masque qui vous convient.

Dessous de ski

Le principe est simple : il ne faut pas superposer des couches de vêtements si vous ne voulez pas ressembler à Bibendum ! Nous vous conseillons donc d’opter pour des vêtements intelligents : les modèles type Thermolactyl et sans coutures sont à privilégier pour plus d’isolation contre le froid.

Pour ce qui est du soutien-gorge, on privilégiera évidement les brassières de sport pour un maintien maximum. En dehors des pistes, pensez aux pulls à grosse maille qui font toujours leur petit effet pour femmes et aux gilets en laine pour homme !

Bref, avec tout ça, si personne ne vous remarque, c’est peut-être que vous skiez trop vite pour qu’on ne vous voit ?

_By Solène Dsbls

 

La beauté au masculin révolutionnée par les Beauty Boys !

          Depuis les années 2 000, les influenceurs masculins se sont multipliés : blogs, chaînes Youtube, comptes Instagram, il y en a pour tous les goûts ! La plupart de ces influenceurs proposent des looks, racontent leurs voyages ou leurs astuces capillaires et rasage pour leurs pairs en recherche d’inspiration.

Mais aujourd’hui nous allons vous parler plus particulièrement de ces hommes qui démocratisent le make-up au masculin : place aux « Beauty Boys » !

Au diable les stéréotypes et autres diktats à propos du maquillage ! En 2019, ce dernier n’est plus exclusivement réservé aux femmes : ces influenceurs beauté masculin sont de plus en plus nombreux et font même pâlir les plus coquettes d’entre nous avec leurs make-up !

C’est notamment avec la polémique suscitée par la sélection de Bilal Hassani en tant que représentant français de l’Eurovision 2019, que le sujet de la beauté et du maquillage chez les hommes a refait surface dans les médias !

Le maquillage pour homme, c’est toute une histoire !

Oui, vous avez bien lu : il RE-vient à la mode ! Car en réalité le maquillage pour homme existe depuis des siècles. Voici une petite rétrospective historique pour mieux comprendre l’histoire du maquillage chez les hommes, qui en réalité a toujours existé.

Les premières traces écrites concernant le maquillage se trouvent dans la Bible et l’archéologie a permis de retrouver des accessoires en faisant preuve, remontant à 5 000 ans avant J-C. Certains historiens assurent même que nos ancêtres préhistoriques utilisaient l’ocre et la cendre pour se protéger du soleil et des insectes mais aussi pour créer une hiérarchie dans leurs tribus ou préparer leurs rituels de combat.

  • Les Égyptiens

3 000 ans avant notre ère, les Égyptiens utilisaient déjà des huiles et se maquillaient à l’aide de différents colorants :

  • rouge à lèvres à base de rouge minéral pour empêcher le diable de pénétrer le corps par la bouche (à chacun ses croyances, ne jugeons pas !)
  • khôl à base d’antimoine ou de suie sur les paupières supérieures et les cils pour se protéger du mauvais œil ainsi que des poussières
  • coloration au henné sur les ongles
1.jpg
Œil Égyptien entouré de Khôl

Le maquillage a ensuite été rapporté en Europe du Nord à partir du XIXème siècle et dès lors, les nobles se sont mis à utiliser fond de teint, teinture pour cheveux et parfum.

  • Les Grecs et les Romains

Les Grecs ont d’abord interdit l’usage du maquillage. Mais peu à peu, ce dernier s’est démocratisé : la peau est éclaircie, les sourcils noircis et les paupières sont colorées au safran ou à la cendre. Pour autant, il est perçu comme trompeur et est dédié uniquement aux courtisanes.

Par ailleurs, le maquillage n’est pas toujours bien vu à Rome non plus, mais il reste toléré tant qu’il reste léger. Certains hommes recouvraient même leurs calvities par une sorte de peinture.

  • Au Moyen-Âge

Le maquillage est considéré comme l’œuvre du diable car il déforme la manière dont Dieu a conçu les humains ! Il est cependant utilisé pour éclaircir le teint, comme signe de noblesse. Les saignées sur le visage sont même encore pratiquées pour obtenir le teint le plus livide possible : oui oui, il a toujours fallu souffrir pour être beau/belle !

Quoi qu’il en soit, malgré nos a priori sur cette époque, la population utilisait beaucoup de produits de beauté tels que le lait caillé contre l’acné et le jus de concombre pour effacer les tâches de rousseur.

  • A la Renaissance

Teint blafard, perruques, fards à joue, mouches de taffetas et faux grains de beauté sont à l’honneur pour hommes et femmes ! L’usage du maquillage s’étend dès lors à toutes les classes sociales.

D’ailleurs, c’est au XVIIIème siècle, sous Louis XIV, que le terme « maquillage » est utilisé pour la première fois dans le sens de tromper, masquer ou camoufler.

2.jpg

Le saviez-vous ? Les mouches portent des noms différents selon où on les situe sur le visage : « majestueuse » sur le front, « galante » sur la joue, « baiseuse » ou « coquette » près de la bouche, « voleuse » lorsqu’elle cache un bouton…

  • Du XIXème au XXème siècle

L’idéal en premier lieu ? Avoir l’air mourant grâce à des fards verdâtres et des faux cernes. Mais à partir de 1880, les premiers fards secs de la maison Bourjois révolutionnent l’industrie du maquillage malgré leurs composants très nocifs voire mortels tels que la céruse. C’est pourquoi de 1890 à 1900 la mode du maquillage s’estompe ou est réservée aux prostituées.

Enfin, dès 1906 les produits commencent à être contrôlés alors qu’en parallèle la mode du teint halé se développe et que le premier mascara par Maybelline est commercialisé. Dès lors, le maquillage est exclusivement réservé aux femmes, bien que L’Oréal lance la première ligne de soins pour hommes en 1985.

Et au XXIème siècle, le maquillage masculin va-t-il devenir mainstream ?

Près de 86% des françaises se maquillent au moins une fois par semaine, mais elles ne sont pas seules… En effet, d’après une étude du 20 minutes, 16% des hommes se maquillent quotidiennement avec un make-up discret visant à dissimuler les cernes et autres imperfections.

Une étude un peu plus sérieuse menée au Royaume-Uni et aux Etats-Unis estime que 13% des hommes britanniques utilisent des produits de beauté « discrets » : 54% possèdent un soin hydratant, 24% un soin du visage, 33% un produit d’épilation, 39% un baume à lèvres et 19% un auto-bronzant.

Souvent le maquillage masculin est associé aux faux cils démesurés et aux paillettes flamboyantes des drag queens. Mais cela n’est qu’un simple retour des choses. D’ailleurs, pour les besoins d’un shooting photo, d’une émission télé ou encore au cinéma, les mannequins, les comédiens, les animateurs et même les hommes politiques se maquillent et cela ne choque personne !

Vous constaterez ainsi que maquillage et virilité ne sont pas incompatibles. Il n’y a qu’à voir Johnny Deep dans le rôle de Jack Sparrow : aucune femme ne vous dira que ses yeux soulignés au khôl le rendent moins viril, bien au contraire !

3.jpg
Johnny Deep maquillé dans le rôle de Jack Sparrow pour Pirates des Caraïbes

Cela fait des dizaines d’années qu’en Corée du Sud les produits de beauté « pour lui » sont très répandus et on note notamment leur attrait pour :

  • les crèmes teintées type BB crème et bases de fonds de teint
  • les crèmes hydratantes
  • les soins matifiant
  • les anticernes
  • les poudres bronzantes matifiant
  • les baumes à lèvres mat et gras

En bref, des produits pour gommer les imperfections de manière discrète voire quasi-invisible !

Pourquoi ce retour du maquillage pour homme 2.0 ?

On ne vous l’apprend pas : notre société met de plus en plus en avant l’apparence physique. Des études ont montré que nous sommes davantage attirés par des visages au teint uniforme.

Si les femmes se sont déjà accoutumées à cela, de plus en plus d’hommes ressentent à leur tour le besoin de mieux maîtriser leur image et de s’affirmer. Ils souhaitent avoir accès aux instituts de beauté dédiés aux hommes et prendre soin d’eux avec des maquillages généralement discrets et élégants pour booster leur confiance en eux !

D’autant plus que la nouvelle génération Millenial bouscule les codes en souhaitant, non plus se définir par son genre, mais bien en tant qu’individu unique et non binaire. Eh oui, les stéréotypes selon les sexes, c’est hasbeen !

Un nouveau marché prisé par les marques

Selon une étude du cabinet Reportlinker, le secteur de la beauté masculine est en forte croissance : le marché mondial des cosmétiques pour hommes serait établi aujourd’hui à 38,5 milliards d’euros et devrait avoisiner les 50 milliards d’ici 2026 !

Il y a quelques années, Jean Paul Gaultier avait lancé « Le Mâle Tout Beau Tout Propre » : une collection incluant crème hydratante effet illuminateur, poudre bronzante, vernis à ongles, gloss, eye-liner, brosse à sourcils et anticernes ! Des applicateurs noirs et virils étaient fournis pour rassurer les acheteurs. Mais alors que le terme « métrosexuel » venait d’émerger, la gamme disparut rapidement, tandis que Giorgio Armani mettait à la vente des soins appelés « Lui ».

Certains ont tout de même suivi la tendance comme Alex Dalley, proposant du maquillage pour homme avec sa marque en ligne MMUK, sans compter la naissance des marques unisexe telles que Make Up For Ever, M.A.C et enfin Nars.

Mais depuis, des marques plus luxueuses ont pris le relais : Tom Ford a créé la collection Tom Ford for Men de 9 produits de maquillage masculin alors que Marc Jacobs a lancé une collaboration avec Sephora signée « Boy Tested, Girl Approved ».

Plus récemment, c’est la Maison Chanel qui a lancé la gamme Boy Makeup. La ligne, accompagnée de tutos vidéo, n’est disponible qu’en Corée du Sud pour le moment mais il est possible de se la procurer sur Internet. En ce début d’année 2019, la grande enseigne devrait commencer à la commercialiser dans les boutiques françaises.

4.jpg
Collection maquillage masculine Boy de Chanel

Quelques Beauty Boys à suivre sans attendre !

Enfin, voici notre sélection des Beauty Boys les plus inspirants ! Ne vous y méprenez pas, les hommes, mais aussi les femmes peuvent profiter de leurs conseils beauté et surtout make-up…

  • Jefreestar

Précurseur parmi les Beauty Boys et détenteur d’une dizaine d’années d’expérience, cet influenceur un peu extravagant aux cheveux multicolores et faux ongles, anime aujourd’hui des masterclass de maquillage et même lancé sa propre marque de cosmétiques vegan non testés sur les animaux. A noter : pour la mise en beauté de vos sourcils, ne comptez cependant pas sur son aide.

  • James Charles

Avec ses 14 millions de followers, cet influenceur est une star chez les Beauty Boys ! En 2016, il a été propulsé sous les projecteurs en devenant ambassadeur masculin de la marque de cosmétiques américaine CoverGirl ! Dans une interview, il avait déclaré :

« […] J’espère vraiment que cela démontre que tout le monde peut porter du maquillage et peut faire n’importe quoi si vous travaillez dur ».

La marque avait totalement assumé ce choix peu conventionnel :

«Tous nos modèles CoverGirls sont des briseurs de limites, qui n’ont pas peur de s’exprimer, de se tenir debout pour ce en quoi ils croient, et de redéfinir la notion de beauté».

Depuis, il a lancé sa propre palette de 39 fards à paupières !

  • Manny Gutierrez

Ce Beauty Boy a eu la chance de devenir égérie pour Maybelline. Sans en dire plus, je vous laisse découvrir ses maquillages époustouflants !

  • Jake Wardern

Eh non, vous ne rêvez pas ! Il s’agit bien d’un homme et qui, visiblement, sait manier le pinceau comme personne !

View this post on Instagram

I’m so wet right now 💦 hehe

A post shared by Jake Warden (@jakewarden) on

  • Richaard2609

Célèbre Youtubeur, Richard est aussi maquilleur professionnel chez Sephora ! Sortez votre highlighter : il va vous apprendre à mettre votre teint en valeur !

  • Kam Hugh

Dans un genre un peu plus Drag Queen, voici le roi des tutos excentriques. Admirez tout de son art !

  • Beautyction

Jordan, Make-Up Artist français, va vous apprendre à conjuguer masculinité et maquillage !

View this post on Instagram

Ma nouvelle vidéo 🎥 est en ligne mes chatons 🐱 et je vous ai mis le lien dans ma bio !! 😁 Comme ça faisait un petit moment que je n’avais plus réalisé de vidéo makeup 💄sur moi même, je me suis dit que ça ne ferait pas de mal de reprendre un petit peu tout ça 😏 Du coup, je vous ai filmé ce petit tuto avec la nouvelle palette « Lolita » de @thekatvond que j’aime juste fort d’amour 😍 J’espère tellement qu’elle va vous plaire et que vous allez foncer la voir hihi (dans l’autre sens c’est mieux 😂) Tout plein de bisous !! 😘♥️ ——— Produits utilisés : Teint/skin : – @hourglasscosmetics Base Minérale – @givenchybeauty Matissime Velvet – @makeupforeverofficial Concealer Ultra HD – @narsissist Radiant creamy Concealer – @byterryofficial Hyaluronic Powder – @tartecosmetics Do Not Disturb – @givenchybeauty Shimmery Pink – @benefitfrance Hoola ——— Sourcils/Brows – @benefitfrance Brow Contour Pro ——— Yeux/Eyes : – @makeupforeverofficial Concealer Ultra HD – @thekatvond Lolita Palette – @tartecosmetics Tarteist Pro Remix – @shiseido Rose Pagoda – @benefitfrance Roller Lash – @shiseido Imperial Lash – @hudabeauty Farah ——— Bouche/Lips : – @narsissist Walkyrie – @toofaced Birthday Suit – @toofaced Gloss Show me your coconuts ——— @sephorafrance ——— #makeup #makeupaddicts #makeuplovers #makeupjunkies #kvd #maquillage #beautyction #dressyourface #makeuplook #eyemakeup #eyemakeuplook #darkmakeup #picoftoday #picoftheweek #perfectskin #glow #beautyboy #makeuphasnogender

A post shared by Jordan 🇫🇷 (@beautyction) on

Pour terminer, voici deux sites d’astuces beauté et maquillage pour homme afin que vous trouviez votre bonheur :

  1. https://maquillage-pour-hommes.com/
  2. https://www.commeuncamion.com/2014/02/02/le-maquillage-pour-homme/

Le mot de la fin : Boy Power !

_By Solène D.

Slow Fashion : un possible retour vers la mode 1.0 ?

          C’est en me réappropriant un vieux Leica des années 50 qu’une certaine controverse me prit de court : comment cet appareil photo peut-il capturer une image photographique sans batterie, sans électricité ? Une optique, une pellicule, quelques engrenages mécaniques, une fraction de seconde et me voici avec un cliché produit par une machine dépendante seulement de l’action humaine.

Il peut sembler quelque peu incongru de penser ainsi, mais bon nombre de nos récentes innovations technologiques ne dépendent-elles pas de l’électricité ?  La réflexion actuelle du design industriel apparaît entretenir un mode de vie énergivore, au détriment de son but premier : un aspect pratique et fiable au service des consommateurs, axé sur le long terme.

Malheureusement, l’industrie du textile ne fait pas exception à cette perspective, notamment à l’heure de la fast fashion, apparue dans les années 90, qui produit toujours plus et toujours moins cher. Il suffit de recenser le nombre de vêtements faisant office de figurants dans notre placard ou de compter chaque mois les différentes collections proposées par certaines grandes chaînes (ZARA, H&M, etc.) pour appréhender les limites de cette surconsommation vestimentaire.

En effet, la mode produit plus de 80 milliards de vêtement chaque année, consomme près de 4% des réserves d’eau potable disponibles et émettrait près de 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre, ce qui en fait la 3ème industrie la plus polluante au monde après la culture de blé. Si aujourd’hui, le vêtement n’a jamais été aussi accessible c’est au détriment d’une politique réfléchie que ce soit sous un angle environnemental, socio-économique ou artistique.

1
Anti-Fashion : A Manifesto for the next decades ; Lidewij Edelkoort (2014)

« La mode est morte, vive le vêtement »

Pointant les limites d’une industrie verrouillée, la styliste Lidewij Edelkoort tire la sonnette d’alarme : il faut reconsidérer le système dans sa globalité, de la relation entre le créateur et le producteur, jusqu’au consommateur final.

Son manifeste fait office de porte-étendard d’une vision plus juste de la mode et d’un rééquilibrage des différents acteurs sur la chaîne de valeur. Les dix points abordés par le manifeste sont sans appel : nous sommes passés d’une mode où le vêtement était réfléchi pour le consommateur, à l’ère de la fast fashion, où c’est à nous de donner forme au vêtement.

Ainsi, le collectif Anti-Fashion, qui depuis 2015 prend place en juin à Marseille, ne milite non pas pour une révolution de la mode mais pour son évolution. Dès lors, il en ressort plusieurs axes d’études possibles dont :

  • développer une mode responsable
  • renouer avec le dialogue artistique des couturiers essoufflés par le rythme excessif qu’impose la fast fashion
  • se rendre disponible aux innovations, notamment à celles du domaine de la biotech

La mode responsable : OVNI de l’industrie du textile

          En 2013, à travers l’affaire du Rana Plaza, c’est sans une certaine once de mauvaise foi que les consommateurs découvrent la dure réalité des conditions de travail des ouvriers du textile travaillant pour des enseignes telles que Mango ou Benetton. L’industrie du textile se doit de mettre l’accent sur le concept d’une économie circulaire à savoir : récupération, réparation et recyclage des vêtements produits.

C’est ainsi que se lancent des mouvements tels que « Who Made My Clothes ? » où près de deux millions de consommateurs à travers le monde prennent une photo de leur étiquette et interrogeant les marques sur les réseaux sociaux à propos du processus de fabrication de leur vêtement. Malgré ces initiatives, la mode responsable ne représente seulement que 5% des ventes mondiales et selon la fondation « Make Fashion Circular », seul 1% des vêtements produits dans les grandes enseignes sont recyclés.

2
« Who Made My Clothes ? »

De nombreuses marques telles que Patagonia ou Veja tendent à ne pas délaisser l’engagement au détriment du design. Ainsi, c’est l’ensemble du processus de fabrication et de distribution des richesses qui est reconsidéré : Veja a fait le choix à l’ère de l’internet d’un produit « brick and mortar », mettant de côté la communication liée à la distribution des sneakers.

3.jpg
Fabrication d’une basket Veja

Cette politique de la marque Française prend à contre-courant le découpage budgétaire nécessaire à la production d’une sneaker. En effet, si on se penche sur le schéma du collectif Ethique-sur-étique ci-dessous, on remarque une inégale répartition de la richesse produite vis-à-vis de la main d’œuvre et une importante part liée aux coûts publicitaires : il n’y a aucune proportionnalité entre le prix de vente d’une basket et le salaire d’un ouvrier textile.

Ainsi, si les matériaux écologiques utilisés pour produire une sneaker Veja sont plus coûteux que ceux de la concurrence, la marque arrive à se positionner sur le marché en coupant court à son budget publicité. Centre Commercial, à Paris, propose un catalogue varié de marques alliant éco-responsabilité et tendance.

4

On comprend donc que la mode responsable remet en question la conception de l’abondance et la recherche perpétuelle de nouveauté du consommateur : il s’agit avant tout de réaliser des produits intemporels, respectant une démarche éthique et respectueuse de l’environnement. En bref, achetez moins mais achetez mieux.

Le renouveau du dialogue artistique entre le vêtement et la mode

              A l’ère de la fast fashion, s’il n’a jamais été aussi peu cher de produire un vêtement, le constat est amer : on achète près de 60% plus de vêtements qu’il y a 15 ans mais ils durent deux fois moins longtemps, selon l’ADEME (l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Dès lors, la styliste Lidewij Edelkoort pointe du doigt cette course aux faibles coûts de production : une robe à 5 € implique nécessairement des moyens de production poussés à l’extrême et ternit également la valeur de la mode. Ainsi, c’est notre rapport au vêtement qui a complètement été bousculé : c’est à nous de nous habituer aux formes du vêtement et non le vêtement à nos formes.

5.jpg
Troisième rencontre Anti-Fashion à Marseille (2018)

Le rythme incessant des collections bouscule également le rythme créatif de la haute couture. Ainsi, de nombreux créateurs voient leurs créations adaptées en boutique avant qu’ils n’aient le temps de les livrer à leur clientèle. De fait, ce n’est plus la création vestimentaire qui est au cœur de la mode mais le continuel renouvellement de l’offre.

Ces rythmes allant de 16 collections par an font de l’ambassadeur d’une maison non plus un créateur mais un véritable manager. Or, le vêtement a une place prépondérante dans l’histoire du design et de l’art en ce qu’il est également un vecteur de questions sociétales, de par les visions singulières des stylistes qui le façonnent. Il suffit de penser au travail de Jean Paul Gautier dans les années 80 sur les questions de genre ou au minimalisme japonais orchestré par Rei Kawakubo, fondatrice de la marque Comme des Garçons, pour se rendre compte de l’héritage qu’a apporté le vêtement dans nos mœurs actuelles.

Dans une autre mesure, en réaction à la crise créatrice de certaines grandes maisons de coutures, certaines tendances, telles que le Normcore, n’hésitent pas à dévitaliser la fashion en assumant une certaine absence de look : le style se veut neutre, indistinguable de la norme.

Ainsi, émerge une phase de couture conceptuelle, qui tend à assumer la laideur et bouscule les codes de la fashion. Ce phénomène de déconstruction du vêtement a été entrepris par Martin Margiela dans les années 90 puis repris par son ancien élève et directeur artistique de Balenciaga, Demna Gvasalia, à travers la marque énigmatique Vêtement.

6
Le déconstructivisme du vêtement par Martin Margiela

Dès lors, les volumes et assemblages des fripes sont retravaillés avec un savoir-faire couture, remettant au centre des projecteurs, non plus la mode, mais le vêtement en tant que tel. Vêtement pousse la rupture anti-fashion à son comble, avec le célèbre détournement du tee-shirt DHL, vendu à un prix couture.

7.jpg
Le tee shirt DHL réalisé par Demna Gvasalia

Est-ce une critique du secteur de la haute-couture ? Une reprise de codes ouvriers existants à l’image de la marinière ? Simple geste d’art contemporain ? À quand le partenariat avec La Poste ? Sans doute une synthèse de ces possibilités, le fil conducteur de la création dans la mode tend aujourd’hui à reprendre un code existant en le détournant.

Biomimétisme et biotech : de nouvelles perspectives pour le vêtement

              A travers des recherches s’inspirant du biomimétisme, processus d’innovation s’inspirant des propriétés et fonctions du vivant, la biotech offre de nouvelles perspectives de création pour le vêtement moderne. Ainsi, le mouvement de la fashion tech n’hésite pas à utiliser de la matière végétale (des algues par exemple) pour fabriquer ses vêtements. Dès lors, des entreprises telles que Bolth Thread ou Spiber se veulent pionnières en la matière qui, en reproduisant de la protéine d’araignée, fournissent une fibre artificielle aux marques cherchant à passer un cap dans l’élaboration de leur vêtement technique, telles The North Face.

8.jpg
Veste technique réalisée avec de la soie d’araignée artificielle encore à l’état de prototype

Cette soie artificielle, non polluante, est également utilisée dans la haute couture, notamment par Stella McCartney, qui en a conçu la première robe 100% en cette matière. Dans une autre mesure, la styliste Iris van Herpen, attirée par les formes organiques et les processus de transformation que l’on peut trouver dans la nature, n’hésite pas à expérimenter en utilisant des matières fabriquées à l’aide d’imprimantes 3D notamment dans sa collection Ludi Naturae.

9.jpg
Défilé de la collection Ludi Naturae

L’intérêt de l’impression en 3D est de remplacer à terme la matière synthétique par la biotech et développer « l’open source », c’est-à-dire l’échange de patrons/plans de design de vêtement entre styliste, chose courante en design industriel.

Enfin, il convient également de mentionner que l’impression 3D permet un sur-mesure presque instantané pour le client. En partenariat avec les designers de l’entreprise américaine Carbon qui ont scanné les pieds d’athlètes, Adidas a lancé sa chaussure Alphaedge 4D dont la semelle a été imprimée en 3D. Ainsi, la marque allemande prévoit par la suite de scanner les pieds des clients en magasin pour leur offrir une semelle entièrement adaptée à leur morphologie.

10.jpg
Adidas Alphaedge 4d

En attendant cet avenir plus ou moins réalisable, la mode se réinvente. Elle challenge actuellement les codes existants et adopte une position plus responsable et transparente. Certaines tendances consistant à donner un nouveau souffle au vêtement telles que « l’upcycling » ou encore le « Free troc party » (vide dressing qui se veut gratuit) témoignent d’une certaine prise de conscience des consommateurs, ce qui  permet au marché de s’insérer dans une économie du partage. Selon Lidewij Edelkoort, il faut mettre l’accent sur la compréhension d’un monde en mutation dans la formation des futurs stylistes, tout en mettant en avant les jeunes talents.

La slow fashion n’est donc pas nécessairement incompatible avec le fait de jouer avec les codes que racontent les vêtements ou la possibilité de se faire plaisir en changeant de garde-robe. C’est aussi une question d’éducation du consommateur et de prise de conscience des grandes enseignes. La crise actuelle que rencontre la mode est en fin de compte propice à son évolution vers non pas une mode 1.0, mais bien vers une mode novatrice et consciente de son environnement.

_By Quentin Gd

 

La K-Beauty

Hello tout le monde ! Suite à un voyage à Séoul de deux semaines cet été et étant pas-sion-née par l’industrie cosmétique dans sa globalité, je me suis dit que ça pourrait être sympa de vous faire un petit topo sur la K-Beauty !

Alors la K-Beauty, kézako ?

Le terme K-Beauty est celui communément utilisé pour faire référence aux produits cosmétiques coréens, tout simplement (K pour Korean). Cela englobe à la fois produits visages, corps et maquillage. En Corée du Sud, cette industrie fait partie intégrante de leur économie tellement les Coréennes sont addictes aux produits de beauté et les C.A enregistrés ne font que croître tant la tendance dépasse les frontières coréennes.

Juste pour vous donner un petit chiffre illustrant l’engouement des Coréennes ; le groupe Amore Pacific (n°1 coréen du secteur) a réalisé un C.A de 4,5 milliards d’euros en 2017, dont 65,3 % des ventes dans le pays. Pour le reste des régions où la marque est présente à savoir Europe et Amérique du Nord, le groupe a réalisé seulement 67 millions d’euros de ventes.global-trends-in-beauty-and-personal-care-29-638

Les critères de beauté coréens sont différents de ceux des occidentaux. En effet, on privilégiera là-bas une peau très blanche (il est assez commun de rencontrer des femmes mais également des hommes avec le visage beaucoup plus clair que le reste de leurs corps), sans imperfections, sans tâches d’hyper-pigmentation et avec un fini peau ultra-hydratée (dewy, glowy pour les connaisseurs).

A noter que ces critères de beauté, notamment celui de la blancheur de la peau ne sont pas propres à la Corée ; on les retrouve dans beaucoup d’autres pays asiatiques (la Chine, le Japon, Singapour ou encore l’Inde) et certains d’Afrique. Avoir une peau très blanche est considéré comme un signe de noblesse.En effet, dans le temps c’étaient les classes les moins aisées qui travaillaient dans les champs au contact direct du soleil: leur peau était donc brune.

aa40eded-4854-4133-88d5-a83c2d991d52-getty-959214016.jpg

Très récemment, le mouvement #EscapeTheCorset s’est formé par plusieurs femmes coréennes en signe de protestation contre ces diktats de beauté. Elles se filment en train de détruire leurs produits de maquillage désignés comme étant des outils d’oppression des femmes dans le pays. Petite vidéo explicative si ce mouvement vous intéresse :

Vous l’aurez peut-être remarqué, il y a encore 5 ans, nous n’entendions pas vraiment parler de produits coréens ni même asiatiques si ce n’est de deux, trois marques onéreuses installées depuis longtemps telles que Shiseido ou Shu Uemura. Il était alors assez compliqué de se procurer certains produits sans payer des frais de port astronomiques. Agaçant quand on sait que beaucoup de ces produits sont en réalité relativement peu chers tout en restant très qualitatifs.

C’est d’ailleurs l’une des raisons du succès de ces produits en Europe et en Amérique du Nord: le rapport qualité/prix. Les deux autres raisons principales sont :

  • Le fait de privilégier l’aspect et la santé de sa peau
  • Le côté cocooning d’une routine beauté coréenne qui compte 10 étapes (Les flemmard(e)s, vous pouvez réduire à 5 ou 7)
  • L’offre de produits aux textures diverses et variées, avec des ingrédients parfois insolites (bave d’escargot)

La Corée du Sud est LE pays de l’innovation cosmétique, exfoliants et nettoyants en tout genre, essences, sérums, crèmes aux textures variées, masques en tissus (oui ça vient de chez eux à la base !) et j’en passe…

korean-skincare-bestsellers.jpeg

Aujourd’hui, pour nous l’accès à ces produits est beaucoup plus facile via plusieurs canaux de distributions :

Voilà pour cet article « introductif » à la cosmétique coréenne, je vous laisse sur la démo d’une routine en 10 étapes assez sympa et pas trop longue à regarder (oui c’est en anglais, un effort !)

En attendant, si vous avez une quelconque question,  remarque où que vous souhaitez juste discuter un peu plus en détails de cet article, n’hésitez pas à me le faire savoir, ce serait avec plaisir.

A bientôt les beautés !

_By Chiddi M.

Les Tendances Automne-Hiver 2017-2018

Vous rêvez d’un hiver cocooning ? Karl vous livre sa sélection pour s’emmitoufler avec style cet hiver.


Tendances Femme 

  • Les couleurs 

    Le ton des couleurs tendances de cet hiver donné par les grandes maisons

    Ah l’hiver… Cette saison si spéciale, qu’on adore pour aller skier, se plonger dans les sources chaudes alentours, déguster de bonnes raclettes entre copains, admirer les montagnes enneigées, et bien sûr pour son lot de surprises à l’approche des fêtes. L’hiver ça peut être cool, certes. Oui mais pour nous, les modeuses, l’hiver c’est aussi LA saison où on galère. C’est vrai quoi, comment s’habille t-on, particulièrement quand on est gémiens à Grenoble et qu’on se pèle les gambettes parce qu’on veut rester stylées ? En hiver, c’est compliqué. En attendant de savoir comment se tenir chaud (Cf. A poil ou à plume) nous allons voir comment rester tendance ! Elsa Schiaparelli, créatrice de mode qui a tenu une maison de haute couture à Paris durant les années 1930 à 1950 disait : « en période difficile, la mode est toujours extravagante ». Cette vision s’illustre particulièrement avec les couleurs phares de cette année, pour rayonner, se dénoter et rester stylées ! Les nominés sont :

    #1 L’argent
    argent
    De gauche à droite : Chanel, Comme des Garçons, Y-Project
    #2 L'orange
    orange
    De gauche à droite : Emilio Pucci, Miu Miu, Versace
    #3 Le rouge
    rouge
    De gauche à droite : Giambatista Valli, Prada, Alexander McQueen
    #4 Le rose/violet
    rose
    De gauche à droite: Gucci, Balenciaga, Valentino
    #5 Le jaune
    jaune
    De gauche à droite : Dolce et Gabbana, Calvin Klein, Loewe

     

    Vous l’avez compris, fini le noir et les couleurs qui donnent le spleen ! Place à des pièces pop et lumineuses ! On ose le total look, mais ATTENTION, on s’adapte en fonction de son teint of course, et pour les plus timides, on mise sur les accessoires !

    PS : Les nuances de gris, le kaki et le beige sont aussi des couleurs IN ! No worries.

Notre sélection pour vous:

couleur
Veste argentée New Look 39,99€ / Veste fourrure violette Top Shop 125€ / Pantalon kaki Berska 17,99€ / Bottines à talons rouges Zara 39,95€ / Pull orange Pimkie 45,99€ / Total Look H&M, jupe 60€ / Pull jaune Kookai 69€ / Jupe violette Top Shop 52€
  • Les matières 

    A plume ou à poil ? Les It matières de cet hiver !

    On en trouve pour tous les goûts, que ce soit en termes de couleurs, de longueurs ou encore de motifs, jusqu’ici très en Vogue : La fameuse fourrure ! Oui mais voilà, la peau de bête poilue n’a plus tant le vent en poupe, en tout cas la vraie ! En effet, dans cette ère régie par les Millenials  vous savez, cette génération digitale née dans les années 80 à 2000 qui envahissent le monde de la mode, de la musique, des acteurs et j’en passe qui constituent aujourd’hui la majorité de la clientèle des grandes maisons et qui sont la cible prioritaire des plus grosses entreprises, les attentes et les préoccupations évoluent. Alors que pour nos grands-mères porter de la vraie fourrure illustrait un statut social, aujourd’hui la question n’est plus la même, mais c’est celle de la cruauté animale qui se pose d’avantage. Gucci a d’ailleurs fait part le 12 Octobre dernier de son désir de ne plus utiliser de vraies fourrures animales à compter de ses prochaines collections 2018. La fourrure, IN or OUT ? La question fait débat. Nous on trouve ça plutôt cool et les marques aussi, n’est-ce pas Karl ?

    « Vous ne pouvez pas falsifier le chic, mais vous pouvez être chic avec de la fausse fourrure. » – Merci Karl !

    En plus de la fausse fourrure colorée et fantaisiste, les plumes ont également la cote ! D’autruches, d’oies et d’autres volatiles, on sait pas si c’est bien plus éthique (on reviendra sur ce sujet), mais en tout cas c’est beau, c’est chic, c’est mode quoi et ça on l’a bien  remarqué à la Fashion Week :

    plume
    De gauche à droite : Sonia Rykiel, Balenciaga, Alexander McQueen

    Notre sélection pour vous:

    fourrure
    Fourrure Vila 84,99€ / Fourrure Cameo Rose 79,99€ / Fourrure verte Kiabi 40€ / Fourrure bleue R studio 74, 99€ / Fourrure rouge Urban outfitters 185€ / Fourrure Zara 69,95€

 

plume
Gilet rose Zara 19,95€ / Sac IKKS 45€ / Mocassin à plume Zara 49,95€ / Veste à paillettes Top Shop 210€

 

Ambiance Matrix, on scintille en cuir !
cuir 2
Saint-Laurent

Les amies, pas besoin d’être motarde ou amatrice de SM pour succomber à des pièces cuirs ou simili cuir ! Alors oui, on sait, le cuir c’est spécial. Mais cette année porter du cuir ne semblera plus si excentrique puisque c’est une des matières emblématiques de cet hiver ! En effet, omniprésentes chez les créateurs et particulièrement visibles sur les podiums de la Fashion Week où il a été mis en lumières notamment par Lanvin, Alexander McQueen, Wanda Nylon, Balmain, ou Hermès. Les pièces en cuir en mode Matrix s’invitent tout naturellement dans nos dressings ! Scintillant, rutilant et avant-gardiste, on le retrouve sous toutes les formes : Jupes, pantalons, trench, top, etc. Porter avec des pièces plus douces tant en termes de matières qu’en couleurs, on donne à cette matière une dimension élégante, citadine et bourgeoise.

Alors les filles nous ce qu’on dit, c’est qu’on écoute tonton Yves Saint-Laurent qui valide et on s’impose en cuir !

Notre sélection pour vous:

cuir 2
Jupe crayon avec fente Kiomi 49,95€ / Jupe Maje 295€ / Veste en cuir courte Morgane 90€ / Pantalon simili cuir Only 39,95€ / Trench en cuir Burberry 2 695€ / Robe effet cuir Zara 39,95€ / Short Karl Marc John 145€ / Jupe crayon Vila 44,95€
Tricoti Tricota, une manche par ci un fil par là
patchwork
Burberry

Surplus de fil et de matières, les coupes déstructurées et asymétriques sont plus que jamais vos amies ! Adoptés par les créateurs à la Fashion Week et par les célébrités, on se lance dans des styles patchwork.

riri
Rihanna

 

Coup de ciseaux, superposition de matières, jeux de longueur, cet hiver on rapièce et on aime ça, on oublie les codes car quand on parle de style il n’y en a pas !

Pas d’idée ? On en a pour vous !

Notre sélection pour vous :

Destructuré
Jupe asymétrique Zara 17,95€ / Robe longue Zara 89,95 / Doudoune Zara 59,95€ / Body Zara 39,95€ / Haut bi matière Zara 19,95€ / Jupe patwork Zara 29,95€ / Sweat Asos 37,99€ / Jean Asos 51, 99€ / Top orange Asos 43,99€ / Top bleu J.O.A 70,99€
  • Les Must-Have 

  • 1. Back to the 80s : Les épaulettes
    epaulettes 2
    Nina Ricci

    Un plus d’être vintage et donc super tendance, ces rembourrages sur l’épaule, accessoires de mode qui renforce la carrure, apportent aplomb, classe et assurance à celles qui les portent. Nous on valide et on vous conseille de vous laisser séduire !

    Notre sélection pour vous:

    epaulette
    Robe bordeaux Silence+Noise 77€ / Veste en jean Bershka 43,99€ / Tshit noir Urban Outfitters 35€ / Body cache-cœur Zara 39,95€ / Chemise à rayure Zara 29,95€ / Robe rouge Asos 40,99€ / Robe mi longue bleue Asos 74,99€

    2. La dégaine de working girl

Jeune gémienne bientôt à la recherche de ta césure et de la tenue parfaite pour ton entretien ? Inquiète de trop dépenser dans une tenue que tu ne remettras jamais ?  Rassure toi, cette année tu pourras facilement trouver ton bonheur, la tendance working girl est partout. Plus besoin d’être à la JAI pour sortir ta tenue pro en toutes occasions avec la tendance working girl. On suit aussi la tendance du costume d’homme pour tous instauré par Armani. On arbore ainsi fièrement notre costume et nos mocassins. Messieurs, mettez-vous à l’abri, la force du girl power vient vous défier cet hiver !

Capture d_écran 2017-10-27 à 23.09.45
De gauche à droite : Louis Vuitton, Calvin Klein, Michael Kors, Céline

On aime : la combinaison blazer à carreaux

Capture d’écran 2017-10-27 à 23.51.15.png
Combinaison Zara, 59,95€

 

  • 3. La casquette 

Mieux qu’un bonnet la casquette diffuse toujours une dose de cool. On adopte cette tendance brodée de votre marque de sportswear préférée ou sublimée par le logo de votre future liste. On l’assume aussi au sommet du normcore couverte d’une capuche.

Casquettes
De gauche à droite, Saint-Laurent, Maison Margiela, Prada

On aime : la casquette gavroche qui coiffe toute tenue hivernale de la working girl pressée

3920217064_2_5_1
Casquette de marin, Zara, 15€95

4. Les perles

Réputées sophistiquées, les perles s’invitent cette saison dans votre garde-robe et deviennent la touche féminine et bourgeoise qui fait mouche !

On aime : 

perles association
Ceintures avec perles, Sandro 115€ / Derbies slip-on en cuir vernis, Givenchy 496€ / Jean ourlets perles, Zara 39,95€

 

5. Le lamé 

Le lamé des années 80 revient à la mode aussi bien pour les accessoires que pour les vêtements pour briller de mille feux.

Capture d’écran 2017-10-28 à 00.38.29.png
Bottega Veneta, Diane Von Furstenberg

On aime :

Capture d_écran 2017-10-28 à 00.23.44
Veste Bershka, 39,99€

 

6. Le plaid-à-porter

Difficile pour vous de quitter votre couette et de sortir de votre lit ? Soyez audacieuses et n’hésitez plus à remplacer votre doudoune par votre « pilou-pilou » sous une brise glaciale. Cette saison, on fonce pour le plaid-à-porter.

On aime : L’association au col roulé et à une jupe taille haute pour garantir l’ effet chic au saut du lit de notre look de working girl.

capes
Lomax Cape Reiss, Zalando 114,95€

 

7. Les fleurs
  • Nostalgique du printemps ? Ne rangez surtout pas vos chemisiers fleuris au placard!

    Fleurs.png
    De gauche à droite : Coach, Emilia Wickstead, Erden

     

    Floral
    Numph, Bombers imprimé floral, La Redoute 67,96€ / Ted Baker Chelsea Print Trouser, ASOS £139.00 / Red Floral Pattern Wrap, Newlook 24,99€

     


Tendances Homme

  • LES COULEURS

    1. Le rouge électrique 

Le rouge n’aura jamais été aussi présent sur les catwalk de la fashion week. Moderne et chic à la fois c’est la couleur de la saison ! Assumé dans un look streetwear chez Balenciaga elle habille la tenue avec son énergie.

Capture d_écran 2017-10-27 à 17.24.55
Balenciaga

On adopte le style :

Gucci est notre chouchou, maître dans l’art de la maille rouge, on vous propose :

Capture d_écran 2017-10-27 à 17.42.35
Pull laine Gucci – inscription texte et abeille – 890€

Dans un style plus street et pour un prix (bien) plus abordable Nike fait aussi des merveilles :

Capture d_écran 2017-10-27 à 17.45.00
Sweat Nike ras de cou : 44,99€

 

  2. L'orange vitaminé 

L’orange vitaminé ambiance sunrise et retour en vacances. Pour tous ceux qui n’ont pas encore accepté de quitter les cocktails d’été, on le retrouve chez Dior dans look excentrique et deluxe.

 

Capture d_écran 2017-10-27 à 17.20.55
Dior

On adopte le style :

On craque pour ce beau pull Diesel, parfait pour les journées d’automnes

Capture d_écran 2017-10-27 à 18.03.35
Diesel – Pull aigle : 104,99 €
           3.  Le noir : indémodable 

Cette saison le noir prend encore une place importante ! En total look chez Givenchy ou avec modération, il a habillé toutes les collections. Simple, sobre et dérivable à l’infini les garçons auront forcement de quoi faire.

Capture d_écran 2017-10-27 à 18.09.14
Givenchy

On adopte le style :

Le coup de coeur, les baskets punk-rock, classes et décalées

Capture d_écran 2017-10-27 à 18.12.34
Valentino – baskets v-punk : 590€
  • LES MATIERES

    1. La fourrure 

Cet Hiver, sortez couverts avec votre beau manteau en fourrure à poils courts évidemment !

Pour surmonter le froid de Grenoble, c’est l’élément indispensable de votre garde robe masculine !

fourrure_jpg_7491_jpeg_1877.jpeg_north_1160x_white
De gauche à droite : Louis Vuitton, Dior Homme, Fendi

Pour les petits budgets, vous pouvez toujours vous en procurer une :

 2. Le velours 

Le velours revient à la mode et sous toutes les coutures : blousons, costumes, vestes … Alors n’hésitez plus et procurez-vous vite une nouvelle pièce en velours : le futur must-have de votre garde robe. Doux & raffiné, vous ne pourrez pas vous tromper !

 

Où pouvez-vous vous procurer cette magnifique veste en velours ? 

SI vous avez un budget assez flexible, n’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de la marque Paul Smith :

 

 

3. Influence Sportswear 

Et oui cet hiver, le survêtement & les speakers font leur grand retour ! D’habitude, on se moque de vous quand vous arrivez en survêtement à l’école ou au boulot, cet hiver tout ça s’est fini : Vous serez stylés les gars !

tendance_mode_homme_automne_hiver_2017_2018_fashion_week_19_3331.jpeg_north_1160x_white
De gauche à droite : Astrid Andersen, Gosha Rubchinskiy, Lucien Pellat-Finet

Vous vous demandez où vous pouvez trouver des pièces streetwear stylés ?

ASOS vous propose des joggings et vestes assez sympas et confortables :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • LES MUST-HAVE

    1. L'accessoire indispensable de votre Hiver

Messieurs à vos marques…prêts…bérets !

Vous n’avez jamais essayé d’en porter ? Vous allez voir, le tester c’est l’adopter !

Pour orner votre tête, vous avez du choix…chapeau, casquette, bandana et bien d’autres. Mais le béret fait de l’effet au mois d’octobre et s’impose comme tendance actuelle. Et la Fashion Week a pu vous donner un aperçu convaincant :

FW

Mais alors vous allez vous dire que c’est bien gentil de vous proposer ça, mais où en acheter ? De marque, plus abordables, il y en a pour tous les goûts !

Louis Vuitton présente ce béret (photo du milieu) à 420,00 € :

LV

Mais Zara est également sur le marché avec ce beau béret bleu qui se marie aux couleurs automnales, pour 12,95 € :

Béret_Zara

Messieurs, si votre temps vous est compté, n’hésitez pas à surfer sur ce site, qui regroupe à la fois divers styles et divers prix : https://www.headict.com/fr/62-beret-homme

2. Porter une cravate...un jeu d'enfant !

Pour relever la couleur de votre chemise, vous donner un air sérieux ou mystérieux, ou simplement parce que la rigueur d’une tenue de travail l’exige, la cravate est un accessoire incontournable de ce mois d’octobre. Et plus précisément la cravate de couleur rouge qui se marie bien avec le dégradé orangé des feuilles d’automne qui tombent. Et si ça peut vous donner un petit côté Di Caprio dans Le Loup de Wall Street…n’hésitez pas ! Le tout est d’avoir la cravate qui vous correspond.

Martine Rose a choisi la sobriété pour vous proposer cette cravate à 190,00 €.

Martine Rose

Mais H&M a également la solution, ne vous inquiétez pas ; pour 9,99 €, vous êtes déjà en mesure d’incarner la classe d’octobre.

H&M3. Messieurs, cette année, le cuir vous ira comme un gant 

Affronter le froid, là, maintenant…on a beau dire ce que l’on veut, personne n’est réellement prêt. Écrire un message sur son téléphone, tenir la laisse du chien ou même fumer une cigarette, par grand froid, cela peut s’avérer bien compliqué sans gants…alors les marques ont pensé à tout ! Pas uniquement les marques de luxe, mais toutes les marques !

  • Hermès vous propose ces gants pour un prix de 460 €. Le froid n’osera pas les défier…ils font la paire tous les deux !HermèsMais Jules est aussi sur le marché (35,99 €) ainsi que H&M (29,99 €) et Zara (29,95 €).Gants_J     Gants H&M     Gants_ZaraMessieurs, soyez gantés, soyez stylés, démarquez-vous !

 


LE POINT DE VUE DE BARNABE

11825202_923868094345509_3656353233237219458_n

Petite Nouveauté ! A chaque fois, notre mascotte Barnabé vous donne son avis ! Alors Barnabé, t’en penses quoi des tendances de l’hiver ? Plutôt top ou flop ?

 » Les Fashion Faux Pas selon Barnabé  :

-La couleur argent brillant sort clairement du lot : ça fait cosmonaute, ringard. Très bien pour un déguisement.

Mes Coups de cœur :

-La plume d’autruche : donne un air volumineux, aérien et élégant.

-J’adore la mode du plastic chic surtout quand c’est transparent, je trouve que c’est de très bon goût et que ça amène un style qui pour le coup sort du lot également mais en bien.

-Le maille cocon donne un style XXL parfait pour l’hiver à mon goût : c’est confortable et s’associe parfaitement au côté convivial des ambiances feux de bois / chalet de ski.

-le petit bonnet de pécheur tellement a la mode que tout le monde le met alors qu’il fait 30°.

Niveau chaussures : les Air force Off White et les Vapormax Off White qui donne un style vraiment original et innovant.  Les Balenciaga triple S sont plus sobres mais possèdent une forme hyper originale absolument unique.  »


Par Audrey A., Mélanie C.,  Clémence T., Romane L., Maud P., Sabrina O.